22 entretiens parents-professeurs

Samedi du matin jusqu’au soir, des papas, des mamans, des couples ont défilé à la table de Madame pour des entretiens parents-professeur.

C’est toujours très instructif de faire leur connaissance. Il en a déjà été question ici, et ceux parmi vous qui sont parents d’élèves ont réagi. Beaucoup de parents ont des relations très ambigües avec l’école ou avec les profs de leur enfant. Et surtout: beaucoup de parents culpabilisent.

Donc ce samedi Madame était à l’écoute de toutes ces demandes plus ou moins ouvertement formulées. Pas seulement au prof de FLE mais à la « coordinatrice ».

Celle qui a une baguette magique pour les élèves qui « ne travaillent pas »:

– Mon fils ne fait rien pour l’école. Rien de rien.
– Ma fille croit qu’elle travaille et qu’elle connaît sa matière. Puis elle est chaque fois déçue par ses résultats.
– Mon fils n’est motivé que pour une seule chose: le football.
– Ma fille n’est pas bonne en langues. Mais c’est de famille. Moi non plus je n’étais pas bon en langues.

Celle qui a une baguette magique pour les problèmes familiaux:

– Ma fille a beaucoup souffert de notre divorce. Moi je ne sais plus quoi faire avec elle. Elle me rejette.
– Chez mon ex-femme ils peuvent faire tout ce qu’ils veulent. Ils ne sont pas suivis.
– Ma fille ne veut plus me voir. Mon ex-mari lui a dit trop de mal de moi. C’est moi qui suis partie…
– Pourriez-vous remettre cette lettre à mon fils? C’est une ultime tentative pour le toucher…

Celle qui a une baguette magique pour les problèmes de cœur:

– Ma fille est amoureuse d’un non musulman. Vous comprenez que pour nous, c’est inacceptable!
– Notre fils veut aller vivre avec sa copine. Elle l’a complètement envoûté, on ne le reconnaît plus!
– Vous comprenez, il est beaucoup plus âgé qu’elle, ça nous fait peur…
– Jamais nous ne pardonnerons à la psychologue d’avoir dit que notre fille était amoureuse d’une autre fille!

Ah les drames des familles! le papa de M*** mort trop jeune et trop brutalement, le petit frère d’E*** qui a un cancer, les parents de S*** qui sont en train de se déchirer devant elle et B*** qui est rejeté par les siens …

Ah les drames des enfants! A*** a une forme d’autisme qui la perturbe beaucoup, D*** est gravement dyslexique, C*** a une sœur infiniment plus douée qu’elle à laquelle ses parents la comparent tout le temps…

Oui, c’est très instructif, de rencontrer les parents des élèves.

Après les entretiens, tous ses surdoués et ses moins doués, ses travailleurs et ses moins travailleurs, Madame les aime encore plus 🙂 

 

17 commentaires sur « 22 entretiens parents-professeurs »

  1. Je suis méfiante vis à vis de l’école, j’y ai été une très bonne élève pas très heureuse, essentiellement au collège et au lycée mais j’y ai appris le goût de la connaissance. Pour les garçons, l’école ce sont les copains…

    J'aime

  2. je n’étais pas heureuse à l’école non plus Caro (en tout cas pas pendant le secondaire) mais je suis reconnaissante à une paire de profs tout de même, qui faisaient la différence 😉
    il y a des élèves, Walrus, qui n’ont pas les parents qu’ils méritent
    j’ai rarement vu le contraire 😉
    être prof ce n’est pas dur, mais ça te prend complètement, ça te prend tout, ton énergie, tes pensées et ton coeur 🙂
    merci à tous et bon dimanche!

    J'aime

  3. Ah ! Les rencontres parents professeurs, tout un programme !… En général, je termine ce genre de réunion lessivée (avec essorage intégré, je précise). Cela dure longtemps longtemps, et souvent, il y a beaucoup trop de rendez-vous pour que l’on soit vraiment disponible sur l’ensemble de la plage horaire.
    Enfin, c’est l’occasion de voir des parents que l’on ne voit plus ensuite, et c’est l’occasion pour eux, souvent, de voir la bouille de la prof de leurs enfants…
    Bon dimanche Adrienne

    J'aime

  4. ah tu es rentrée du Mexique, Elisabeth?
    (ce qu’il y a d’éprouvant c’est que la nuit passée je n’ai quasiment pas dormi, je revoyais toutes ces conversations, ça me travaille 😉 et aujourd’hui je ne suis pas très combative alors que j’ai des tonnes de travail à faire ;-))
    c’est vrai Margotte, parfois des entretiens durent plus d’une demi-heure, parfois j’en ai qui durent une heure… et parfois c’est juste pour faire connaissance, mais je trouve ça très bien 🙂
    merci à tous et bon dimanche!

    J'aime

  5. ah c’est donc une auréole, ce truc au-dessus de ma tête qui me suit comme mon ombre 😉
    (merci Célestine, tu viens de me donner l’idée pour le défi du samedi :-))
    merci et bon dimanche!

    J'aime

  6. Ben moi aussi, hier , j’ai reçu des parents.
    C’est dur, dyslexie, dyspraxie, troubles de l’attention. C’est dur. Surtout d’annoncer qu’il faut peut-être prendre des dispositions.

    J'aime

  7. ah oui quand il faut « annoncer une mauvaise nouvelle », ce n’est pas évident!
    pourtant il faut avoir le courage de le faire, n’est-ce pas…
    merci Berthoise et bonne soirée, bonne semaine!
    (tu vas encore devoir tempêter ou tu vas faire des étincelles ailleurs? 😉 je te fais une bise de bon courage!)

    J'aime

  8. Je me suis rendue compte aussi que les professeurs ne connaissent qu’une partie de la vie de l’enfant. Je discutais avec le prof d’histoire de mon fils et il me dit: « Ah bon , il fait ça et ça ? » Une touche plus personnelle. de part et d’autre.
    Adrienne oui il y en a eu plus qu’une paire, heureusement. Et beaucoup de juste bons professeurs ; qq uns avaient une forte personnalité et si tu ne correspondais pas à leur vision c’était difficile… En plus avec qui pouvait-on en parler à l’époque…

    J'aime

  9. ah bien sûr, Caro, nous ne sommes pas devins 😉
    je sais de leur vie ce qu’ils m’en racontent ou ce qu’ils m’écrivent…
    mais j’aime savoir s’ils sont passionnés par les chevaux, la guitare ou les mangas 😉
    je ne parlais pas avec mes profs, ils étaient plus inaccessibles que nous ne le sommes aujourd’hui, je pense
    merci pour ta réaction et bonne soirée, bonne semaine!

    J'aime

  10. C est trés intérressant , mon beau Frére qui était prof d anglais disait que certains Parents défendaient leur enfant , leur donnaient raison méme s ils étaient dans le faux. Dans leur vie professionnelle, ils sont habitués à se defendre ou à imposer des arguments et ils utilisent ces habitudes pour essayer de prouver que le prof est dans le mauvais chemin. Ces cas sont souvent observés chez les éléves qui ne travaillent pas. Bon, pour moi c est difficile de parler car nous n avons pas d enfants.
    Amicalement Latil

    J'aime

  11. ça m’est arrivé une fois au début de ma carrière, une maman estimait que sa fille n’avait pas besoin d’apprendre le subjonctif présent « parce que ça ne s’emploie plus » 😉
    le plus gênant, ce sont les couples qui s’engu… devant vous ou qui engu… leur enfant devant vous…
    merci Latil et bonne journée!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s