N comme nourritures

« A Combray, les célèbres déjeuners du dimanche composés d’aliments les plus divers sont les fruits du hasard ou de la fantaisie de Françoise, la cuisinière prodigue (…). Les cardons à la moelle, le gigot de 7 heures, les abricots ou le gâteau aux amandes (…). Dans chaque plat, on devine la douceur du temps de l’enfance (…) »

Michel Erman, Les 100 mots de Proust, PUF Que sais-je? n°3989, pages  88-89

***

On ne dira jamais assez de bien des Françoise qui nous nourrissent 🙂

8 commentaires sur « N comme nourritures »

  1. Tu essaies d’allécher Walrus et de le réconcilier avec Marcel?
    En ce qui concerne Patrick en tout cas, je vois que ça le laisse froid! 😉

    J'aime

  2. Je ne savais pas que François Dolto avait commencé comme cuisinière chez Proust ! Ses qualités dans ce domaine expliqueraient en tout cas que son fils le chanteur Carlos n’ait pas manqué d’embonpoint ni de bonne humeur…
    .. tandis que Marcel lui se morfondait, ainsi que moi, à propos de l’absence de m devant le p dans le mot « embonpoint » : http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-20413.php et http://www.mediadico.com/dictionnaire/definition/embonpoint
    😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s