J comme je suis née

 Je suis né le samedi 7 mars 1936, vers neuf heures… par acquit de conscience, j’ai regardé dans les journaux de l’époque ce qui s’était précisément passé ce jour-là…
Georges Perec, W ou le souvenir d’enfance, p 36-38

Je suis née un jeudi vers treize heures.

Je ne sais plus pourquoi un jour j’ai voulu savoir quel jour de la semaine et quelle heure c’était. J’ai dû me satisfaire des réponses de ma mère. Elle ne savait plus très bien. Pourtant, à l’époque de mon questionnement, j’étais encore une enfant… et j’étais sa première-née. Quand j’entends d’autres femmes parler de leur premier accouchement, avec une telle foule de précisions, je me demande toujours si les souvenirs vagues de ma mère ont un rapport avec sa grande désillusion. Naître que fille.

Que c’était un jeudi, une recherche rapide me le confirme. Pour l’heure, bien sûr, je ne le saurai jamais. Mais ce n’est important que pour ceux qui croient au zodiaque, et je n’en suis pas.

Ce jeudi-là, précisément, une petite Portugaise conversait avec la Vierge Marie qui lui prédisait la fin imminente du monde : « Les derniers jours sont proches », lui répétait la Belle Dame sans Merci.

En ce qui me concernait, elle a failli avoir raison, parce que moins de trois semaines plus tard, je revomissais tous mes biberons.

– Sténose du pylore, dit le jeune médecin me voyant régurgiter fort à propos, sous son nez, ce qu’on m’avait fait boire avant son arrivée.

– Normalement, ajoute-t-il, ça arrive surtout aux garçons.

C’était bien la peine de naître que fille.

12 commentaires sur « J comme je suis née »

  1. Ton heure de naissance a été déclarée à la commune en t’inscrivant, elle est reprise sur tes extraits d’acte de naissance ou au moins est accessible dans les registres communaux. J’en ai eu besoin pour mon thème astral et comme j’étais née dans la maison familiale je pensais, comme toi, que je ne le saurais jamais. Ceci dit, un thème astral est très intéressant. Elle avait ton bon dans son interprétation, édifiant, stupéfiant…
    Belle journée Adrienne !

    J'aime

  2. Je reconnais ce texte o;)
    Je confirme que la Maison communale donne l’heure de naissance avec ton extrait (si tu le demandes). Juste par curiosité (je ne crois pas non plus à l’astrologie).
    Pour le pylore, oui, oui, j’ai connu aussi (mon fils avait ça … Finalement, il suffisait de mettre de la farine de caroube dans ses biberons).
    Ma mère ne m’a pas donné beaucoup plus d’indications sur ma naissance. Juste qu’elle a demandé au gynéco « Docteur, est-elle viable? » (Et il a répondu en souriant, mais Madame, vous ne l’entendez pas ? o;) et que je n’ai pas dormi la nuit (forcément, je suis née à 22h50, d’où mes problèmes d’insomnies, j’en suis sûre o;)
    Or, je reviens à mon propos, pour ma mère, le sexe (le genre plutôt) ne jouait pas. Mais elle avait horreur d’être enceinte, d’accoucher, et pourtant, cet accouchement a été de loin le plus facile des trois et je pense que beaucoup de femmes étaient dans le cas, en plus, il n’y avait pas de péridurale et déjà avec péridurale, ce n’est pas un moment de plaisir, mais alors sans, j’aime mieux pas imaginer…
    Je me demande si ça n’a pas beaucoup joué dans la réserve incompréhensible chez certaines mères, vis-à-vis de leurs enfants, mais je ne sais pas, je n’en sais rien, les enfants n’étant pas responsables…

    J'aime

  3. Tiens, Adrienne, j’ai pensé à toi aujourd’hui. Je me baladais en ville, au square du Petit Sablon, quand j’ai été accostée par des élèves d’une école (néerlandophone, visiblement, ou plutôt audiblement) qui m’ont demandé de m’interviewer sur ce que j’aime à Bruxelles et pourquoi. C’était pour leur cours de français. Je me suis dit « tiens, et si c’était des élèves d’Adrienne? » et du coup, j’ai répondu à leurs questions, moi qui ne suis pourtant pas des plus abordables -quand je suis en rue (sauf pour indiquer le chemin, bien sûr !!!)
    Voilà o;)))
    Donc, si un jour tu viens avec tes élèves à Bruxelles et qu’on se rencontre, je répondrai aussi à leurs questions o:)))

    J'aime

  4. Seriez vous un « garçon manqué » , terme utilisé pour les petites filles audacieuses ?
    Néanmoins: « fortuna audaces juvat  » et l’humanité doit beaucoup à l’audace qu’elle soit féminine ou masculine.
    Amitiés,
    Marc

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s