A comme Asphodèle

Ça fait bien cinq minutes que Pierre tripote sa clé de voiture, la tourne et la retourne entre paume et doigts, quand il se décide à ouvrir la bouche.

– Bon, ben, on y va. On se revoit dans une quinzaine de jours, comme on a dit. S’il y a un problème, tu téléphones, tu as l’adresse de l’hôtel! D’accord? Et n’oublie pas de fermer la lucarne quand tu sors !
– Oui, oui, ne vous inquiétez pas! Tout ira bien! Bonnes vacances! Bon voyage!

Une fois de plus, le cercle des amis et de la famille les a déclarés fous et inconscients. Quoi? Vous allez abandonner votre maison à un inconnu? à un nègre? Pierre n’en éprouve plus que de la lassitude. Marie le ressent comme une douleur et répond plus sèchement qu’il ne faudrait. Les gens croient sûrement bien faire.

Muanza se tient longuement devant la porte du garage ouvert, pour saluer le départ, jusqu’à ce que la voiture soit hors de sa vue. Dans la maison, il voit que Marie a oublié les livres qu’elle voulait emporter pour le voyage: Scholastique Mukasonga, Alain Mabanckou, Nafissatou Diallo, depuis que Muanza est arrivé dans leur vie, elle ne lit plus que des auteurs d’Afrique noire. Il se dit qu’elle a cette passion de la lecture comme d’autres celle du jeu. Sans doute qu’à Amiens, leur première étape, elle cherchera une librairie après leur visite à la cathédrale.

 jeu,fiction,muanza

http://www.starducongo.com/Polemique-dans-le-monde-scolaire-beninois-autour-de-verre-casse-d-Alain-Mabanckou_a6997.html

Il prend les livres un à un en souriant, regarde la photo sur la quatrième de couverture. Muanza n’est pas un homme de l’écrit. Il ne lit pas, écrit peu. Juste ce qu’il faut pour rassurer Rosemonde. Quant à elle, elle préfère lui envoyer des cassettes audio.

Il est à la fois amusé et fier de voir cette tête d’homme noir, de femme noire, sur un livre. Il se dit qu’il y a là une forme de pouvoir. Et d’immortalité. C’est comme pour les contes que sa mère connaissait. Peut-être que personne n’a encore eu l’idée de les mettre sur le papier? (1) Ce serait certainement plus original que ces histoires de vampires, d’anges et de démons que les élèves de Marie aiment tellement.

Le voilà seul et libre d’occuper son temps comme il le veut, et dès la première seconde il se demande ce qu’il en fera. Lui aussi a besoin d’oubli, de repos.

– Je pourrais commencer à écrire mes mémoires, rigole-t-il en reposant les ouvrages oubliés sur la table. Ou dormir jusqu’à midi et regarder la télé toute la nuit.

Le petit écran est vraiment devenu son péché mignon, surtout les matches de foot.

Sa mémoire a été si fortement sollicitée, ces derniers mois, au fil de tous ces entretiens et autres interviews, avec des interlocuteurs toujours prêts à tout mettre en doute et à le prendre en défaut, qu’il a l’impression que s’il se mettait devant une page blanche, son histoire coulerait comme une source de son stylobille. Mais ce serait probablement d’une telle longueur qu’il n’aura jamais sa photo au dos d’un livre.

(1) Lisez donc le conte « Les lianes », c’est ici : http://site.zep.vallons.free.fr/Ecoles/Perrin/contes/Afrique/af12.html

 ***

jeu,fiction,muanza

écrit pour les Plumes d’Asphodèle n°33
avec les mots imposés:

Vacances – scolastique – immortalité – seconde – mémoire – longueur – ange – douleur -oubli – repos – cercle – passion – péché – vampire – jour – cathédrale – lassitude – liane -lucarne.

22 commentaires sur « A comme Asphodèle »

  1. Adrienne, je ne fais toujours pas le lien avec ton titre mais ce n’est pas grave, je suis lente en ce moment !!! Lol ! Un très beau chapitre où la lecture africaine est mise à l’honneur : j’avais beaucoup aimé Mémoires d’un porc-épic de Mabanckou et Notre-Dame du Nil de Scholastique Mukasonga m’attend quelque part dans une de mes vertigineuses piles ! C’est vrai aussi que l’Afrique est un continent de tradition orale, alors quand des écrivains prennent la plume, il faut lire et écouter ce qu’ils ont à dire, ce sont des histoire qui ont traversé des millénaires… Nafissatou Dialo est plus complexe… Muanza devrait commencer par Mabanckou (ce n’est que mon avis). Je vais suivre ton lien et aller lire le conte dont tu parles dès que j’ai un peu avancé la lecture des textes !!! Bises et bon mois d’août sans moi, ça va vous faire des vacances !!! 😀 (mais je passerai des têtes de temps à autre, tu penses bien^^)…

    J'aime

  2. bonjour Asphodèle!
    Normalement chaque 2 du mois, c’est un billet A comme Adrienne et il y en avait déjà un de prévu 😉
    Donc ce mois-ci c’est A comme Asphodèle, puisqu’il faut que la participation soit publiée le samedi (je me trompe?)
    Moi aussi j’ai commencé par Mabanckou, tu as raison 😉
    Merci et bonnes vacances à toi aussi, Muanza attendra 😉

    J'aime

  3. Je l’aime de plus en plus ce héros familier que tu nous décris de billet en billet…
    Le livre de Mukasonga a un très joli titre et il paraît qu’il est très bien écrit.
    J’aime beaucoup aussi le commentaire de Joe krapov.
    Bisous célestes

    J'aime

  4. Je ne l’ai pas dit jeudi, mais moi, ce jour là, j’aimais beaucoup le commentaire de Joe Krapov…
    Il disait beaucoup mieux que moi mon ressenti du jour…
    Peut-on en conclure que les poètes à leurs heures écrivent mieux que les profs de math? Je pense que oui.
    😉

    J'aime

  5. Je lui souhaite bonne lecture et bonne écriture aussi.
    Après tout, vu le nombre d’autobiographie à peine déguisée qui paraissent tous les ans (et paressent sur les rayons des librairies) pourquoi ne pas essayer ?

    J'aime

  6. donc vous aussi, Mme Chapeau, vous pensez que trouver choquante cette phrase-ci (Il n’y avait qu’un enseignant pour pouvoir aussi pleinement faire abstraction d’un enfant) c’est de la susceptibilité?
    bonne nuit à tous!

    J'aime

  7. La phrase de Cauvin est dérangeante car elle met tous les enseignants dans le même panier. Tous les enseignants ne sont pas comme il dit mais certains le sont…
    Le nier ne sert à rien, je peux vous en présenter certains.
    Passez un bon dimanche.

    J'aime

  8. Oh Adrienne j’ai un peu honte car vois-tu quand j’ai lu Nafissatou Diallo j’ai tout de suite pensé à l’affaire DSK sans penser une seule seconde à l’auteure ceci dit j’en ignorais même l’existence. Tu vois Adrienne j’en suis encore à penser que Châteaubriand n’est qu’un steak mdr!!!
    Alors pour t’amuser un peu, voici deux petites blagues.
    Un jour on a demandé à Johnny Halliday ce qu’il pensait de Toulouse Lautrec et il a répondu ceci : A que je crois qu’ils ont fait 2-0 hihi!!!
    Et la suivante : Sais-tu ce que DSK a écrit en dessous de sa carte de félicitations lors du mariage de Kate et William? Il a écrit : Biz to Kate mdr!!!
    Tu vois Adrienne je suis incorrigible, mais le rire est bon pour la santé parait-il bien plus que le travail 😉
    Je te souhaite une bonne pause estivale.
    Bisous
    Domi.

    J'aime

  9. merci Domi 🙂
    (pour ce qui est de DSK, aucune honte à avoir, l’érudit Joe Krapov a eu la même réaction 😉 pour moi par contre qui ne suis ni Française, ni en région francophone, cette affaire n’a pas fait la une pendant des siècles donc quand j’entends Nafitassou Diallo, je ne pense pas femme de chambre mais écrivain)
    bonne soirée!

    J'aime

Répondre à Joe Krapov Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s