D comme DCD

Juin en sixième (la Terminale), Madame fait lire en classe un dernier texte. La touche finale. 

http://mo.michelonfray.fr/chroniques/la-chronique-mensuelle-de-michel-onfray-n108-mai-2014/

– Ce qu’il y a de bien, dit-elle, avec un philosophe vivant, c’est qu’on peut lui écrire pour lui demander la permission d’utiliser son texte, et qu’il vous répond.

– Il est encore en vie? 

Il y a toujours ce moment magique où R*** passe de sa torpeur à son hyperactivité. Mais là n’est pas le propos. C’est son étonnement qui étonne Madame.

Pourquoi donc les élèves pensent-ils qu’un auteur est forcément mort? Madame a veillé toute l’année à ce que dans chaque thème abordé, il y ait des écrivains contemporains. Pas un mais plusieurs.

Bref, la stupéfaction de Madame était si grande qu’elle n’a trouvé rien de mieux à dire qu’un:

– Ben oui! bien sûr qu’il est vivant! Il a mon âge!

Ce qui n’est évidemment pas une preuve ni une raison suffisante pour être encore en vie.

En fait, elle aurait dû réagir ainsi:

– Bien sûr qu’il est vivant! Tout comme un tas d’autres auteurs que nous avons lus cette année et l’an dernier.

Et s’amuser à leur faire trouver tous les vivants parmi les quelques morts.

 

 

25 commentaires sur « D comme DCD »

  1. Mûrs pour une rencontre avec un écrivain, peut-être ? Question de leur dessiller la vue pour de bon ?
    Je me rappelle de l’étonnement des élèves qui avaient choisi (sans le savoir) un auteur contemporain dans la liste des écrivains belges à présenter oralement quand je leur disais: « Tu peux peut-être lui écrire ou la rencontrer à la Foire du Livre ? »
    Une fan de Jacqueline Harpman m’avait prise au mot et ramené une vidéo-entretien !

    J'aime

  2. Et ce dans tous les domaines, bien souvent sous l’effet de la stupéfaction, de la surprise notre réponse en est une qui nous surprend nous-même.
    C’est rarement ce qu’on aurait répondu 10 secondes plus tard…

    J'aime

  3. ils en rencontrent, ils rencontrent des auteurs de jeunesse quand ils sont en première et deuxième années du secondaire…
    (oui, tu as raison pour la foire du livre, dommage que Bruxelles soit si loin – et que les transports, ça coûte!!! nous devons vraiment faire très attention au coût des activités que nous organisons)

    J'aime

  4. Excuse-moi, mais j’ai ri… Nos âges, pour les jeunes, c’est du bonus! On est vieux ou on a bénéficié d’un bonus suspect… Parfois j’entends dire « une vieille de 60 ans » et je dis « mais… j’en ai 66! » et on se cache hâtivement derrière un « oui mais toi c’est pas pareil »…
    Ha ha!

    J'aime

  5. Pourquoi un auteur serait-il forcément vivant ?
    Il y a quelques années, un adulte à qui je venais de dire que j’allais à un concert de Bach m’a répondu que c’était bien qu’un compositeur de cette envergure se déplace dans les petits villages…
    Je n’ai jamais autant bafouillé de ma vie pour lui expliquer qu’il était mort, et depuis un bon moment…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s