Stupeur et tremblements

Burreken 2017-07 (1).JPG

Ça faisait bien quatre ans que l’Adrienne n’était plus retournée dans son vert paradis, alors quand des amis le lui ont proposé comme but de promenade, un bel après-midi de juillet, elle a d’abord eu un peu d’appréhension. 

L’émotion, vous comprenez? 

Mais ô stupeur, les retrouvailles se sont bien passées 😉 

C’est juste que l’endroit a beaucoup changé: c’est fou ce qu’en quatre ans, les arbres ont grandi. 

Burreken 2017-07 (6).JPG

Les Exmore avaient choisi de se cacher à l’ombre d’un sous-bois qui n’existait pas encore il y a quatre ans – saules, aulnes, frênes… ont bien poussé! 

Burreken 2017-07 (8).JPG

ce ne sont pas les mêmes qu’il y a quatre ans, ceux-là venaient lécher la main de l’Adrienne (ou sa caméra, quand elle voulait les photographier) 

*** 

Et la maison d’autrefois? 

Elle est maintenant bien cachée derrière un haut portail complètement fermé, avec caméra de surveillance et alarme… alors que l’Adrienne, à l’époque, laissait même la porte du garage grande ouverte, et oubliait souvent de la fermer la nuit. 

21 commentaires sur « Stupeur et tremblements »

  1. Coucou, Adrienne,
    Je suis contente que tu sois retournée. Ça ne m’étonne pas que tu aies été moins émue que tu ne t’y attendais. Cette maison était magnifique, accueillante, on s’y sentait bien, mais … c’est une autre période, et tu as su te reconstruire un petit nid, dfifférent, mais c’est ton petit nid quand même, et ta petite maison accueille aussi beaucoup d’émotions, si ses murs savaient parler.. 🙂
    Bisosus,
    Lulu

    J’aime

  2. Se voir confier des négatifs de photos familiales prises il y a trente ans et jamais tirées sur papier depuis est assez terrifiant aussi sur le plan émotionnel.
    Heureusement que j’ai encore en tête la leçon de Rimbaud : « Fuis cet ennui mortel et va-t-en de l’avant ! »
    Bravo d’avoir survécu à cette confrontation lors de ce « journey through the past »! 😉

    J’aime

  3. Ainsi va la vie ! se rendre compte que ce qui a compté est là, en soi et qu’on a pu tourner la page pour aller de l’avant est libérateur ! je l’ai vécu ainsi il y a douze ans ! beau dimanche Adrienne !

    J’aime

  4. c’est vrai, tant mieux, nous avons ce proverbe qui le dit « de tijd heelt alle wonden » (le temps guérit toutes les blessures) je n’étais jamais fort d’accord avec lui mais là ça a marché 😉
    bises Loulou

    J’aime

  5. J’ai vécu un truc semblable, invitée à garder la maison d’une ex-voisine. J’avais tourné la page, mais pas Zazou (chien) elle tremblais comme une feuille en voyant « sa » demeure où elle ne pouvait plus entrer…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s