J comme journal intime

loti

Cher journal

Aujourd’hui j’ai encore eu droit à des moqueries en gymnastique. Pourquoi moi, qui grimpe aux arbres et me balance aux branches du pommier comme un garçon, je ne réussis pas à grimper cette corde à nœuds ? Mystère !

Au cours de dessin, Maryvonne m’a envoyé de la peinture verte sur ma blouse. Ma mère va encore piquer une crise quand elle va s’en apercevoir… crise moins grave que celle de l’autre jour, j’espère, quand elle a découvert sous mon matelas un roman de Pierre Loti. Je n’ai droit qu’à des Delly mais Aziyadé est infiniment plus instructif…

Ah ! Vivement qu’on soit au printemps et que j’aie seize ans !

Ton Adrienne

***

source de la photo ici – le roman peu être lu en ligne sur wikisource

Consignes chez Filigranes, que je remercie: 

Ce mois-ci, si vous avez un peu de temps… je vous propose de vous pencher sur vos états d’âme… et d’écrire la page d’un « journal intime »… Ce sera le vôtre ou celui de quelqu’un d’autre… comme il vous plaira. Et vous devrez aussi placer, dans votre texte, les mots suivants: mère, arbre, blouse, crise, roman, printemps, gymnastique, moquerie, dessin, balance.

Publicités

24 commentaires sur « J comme journal intime »

      1. Même si vous avez toujours quinze ans dans votre tête, vous savez maintenant qu’en avoir seize ne va pas changer grand chose à la situation…
        😉

        J'aime

  1. Savoureux ! Avez-vous visité Rochefort et la maison de Pierre Loti ? Sans doute l’un des lieux de France où la lumière est la plus belle et la plus subtile surtout quant elle cisèle la façade de la Corderie Royale.

    J'aime

    1. On peut séjourner à Rochefort, juste pour la lumière, sans rendre visite à Pierre Loti 😉 et puis ce n’est pas loin de Saintes et de son festival de musique 🙂

      J'aime

      1. Comme j’habitais « assez près » je me satisfaisais des répétitions et de humer l’air et n’ai jamais regardé les prix 😦 puisque je ne voulais pas rentrer de nuit.

        J'aime

  2. Aziyadé ! Quelle coïncidence, notre exemplaire se trouve dans un des vingt cartons de bouquins que j’ai déposés chez Oxfam à Ixelles.
    Quand nous avons visité la maison de Pierre Loti à Rochefort (mais que suis-je allé faire dans cette galère) ils étaient sur le point de la fermer pour effectuer des travaux de consolidation (le poids de la mosquée que ce pilleur de patrimoine avait reconstituée dans les étages faisait s’ouvrir le bâtiment en deux). Faut dire que ça fait un bail, on visitait encore le chantier de l’Hermione qui était loin d’être achevée.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s