F comme fritte

Nefertiti_berlin

Dans la salle du Neues Museum qui lui est réservée, la belle princesse s’ennuie.

Qu’on ait interdit de la photographier, passe encore, on la trouve des milliers de fois sur le WWW et dans tellement de livres qu’elle est le visage de femme le plus connu au monde. Juste un peu concurrencée par une mystérieuse Italienne 😉

Mais qu’on interdise à ses admirateurs de parler? de chuchoter? Plus le moindre petit compliment, plus aucune platitude comique, nul émerveillement, plus rien ne traverse l’épaisse paroi de verre.

Silence total, sauf un « chut » sévère de temps en temps de la part de la gardienne, toujours sur le qui-vive, toujours de mauvaise humeur, toujours à taper sur l’épaule d’un contre-venant qui sort son portable pour une discrète photo.

Ses admirateurs ont juste le droit de se remplir les yeux de sa beauté d’une symétrie parfaite, du bleu (poudre de fritte, coloré avec de l’oxyde cuivrique), du vert (fritte en poudre, coloré avec du cuivre et de l’oxyde de fer), du blanc, du noir, du jaune et du rouge clair de sa peau.

source de la photo wikimedia commons

23 commentaires sur « F comme fritte »

      1. Chaque fois que je vois ma fille qui « mitraille » sans arrêt ses enfants, je me dis qu’elle aura besoin de deux vies, une pour faire les photos, et une pour les regarder… Je me dis que ce n’est plus de l’amour, c’est du culte… Mais bon, ceci est un autre débat! 🙂

        Aimé par 1 personne

      2. oui 🙂
        je pense qu’il ne faut pas confondre « regarder avec les yeux », « regarder avec le cœur » et « regarder avec l’appareil photo » 😉

        J'aime

    1. dans la même petite salle qui lui est consacrée, il y a une réplique qu’on peut toucher et caresser… à condition d’être aveugle! sans ça, on n’y a pas droit…
      (je me retiens encore une fois de dire un truc désagréable sur la « rigueur allemande » mais tout de même, dans nos musées quand on peut toucher, tout le monde peut toucher, les enfants, les adultes, ceux qui voient et ceux qui ne voient pas)

      J'aime

  1. Normal qu’elle soit entourée d’un silence religieux, Hitler n’a pas voulu la rendre à l’Egypte parce qu’il la considérait comme le type même de la beauté aryenne.

    J'aime

  2. Une reproduction en plâtre de ce buste magnifique de Néfertiti a trôné longtemps dans une salle de l’école jusqu’à ce qu’on l’abandonne dans une classe où des élèves ont cru bon d’y ajouter leurs touches au marqueur ou au tippex, dans l’indifférence quasi générale. Je l’ai mise à l’abri un temps dans ma classe, déjà fort dégradée, je n’ose imaginer ce qu’elle est devenue. Chuuuut 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Eh bien, figure toi, Adrienne, que cette quasi obligation aujourd’hui de se comporter dans un musée comme dans une église m’agace au plus haut point.
    Depuis quand un musée ou une galerie sont ils devenus des « Temples de la Culture » dans lesquels un silence religieux doit être observé ?

    Aimé par 1 personne

    1. ça m’a semblé le comble de la « rigueur allemande » et j’espère bien que ce n’est pas contagieux… non pas qu’il faille tomber dans l’autre extrême, évidemment, mais pour une fois que je ne visitais pas un musée seule, il aurait été agréable d’échanger quelques paroles avec Monsieur Neveu 🙂

      J'aime

    1. je ne sais pas si la ‘rigueur allemande’ faiblit devant un petit enfant, je n’en ai vu aucun dans les musées, c’est frappant, d’ailleurs, chez nous j’en vois toujours au moins quelques-uns (et pas seulement dans les ateliers qui leur sont proposés)

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s