Question existentielle

99cff-dyn009_original_336_448_pjpeg__273fd3207652b4e92d6a0ec7f9b6d778

Qu’est-ce que je vais lui répondre, si elle me demande « Tout s’est bien passé? » au moment de lui remettre la clé, se tracasse l’Adrienne, des heures à l’avance.

Est-ce que je vais lui dire que j’ai entendu ronfler le type d’à côté, toute la nuit? Entendu des gens discuter le coup dans le couloir ou prendre des douches à minuit passé? Elle n’y peut rien!

Est-ce que je vais lui faire part de mon étonnement sur la différence de 12 € entre le prix annoncé et le prix payé? Elle me dira que c’est un problème de taxes qui ont augmenté.

Est-ce que je vais lui signaler les deux ou trois petites choses qui attendent une main bricoleuse, lampe déglinguée, fil électrique sorti de sa gaine, bout de plinthe détaché du mur?

Mais l’Adrienne s’est tracassée pour rien: la question « Tout s’est bien passé? » ne lui a pas été posée.

***

Par contre, elle aurait mieux fait de réfléchir à sa valise, ainsi elle n’aurait pas dû constater, trois heures plus tard, qu’elle avait oublié sa robe rouge et quelques menus achats dans la penderie de la chambre 403.

22 commentaires sur « Question existentielle »

    1. tu as raison, mais j’ose rarement le faire
      (le jour où on a signalé bien gentiment et fort discrètement au patron (de « chez Pascal c’est un régal », j’y ai consacré un billet ;-))) qu’il y avait des vers sur le fromage, il nous a retiré le plateau en s’exclamant « oh! il y en a qui aiment ça! »… c’est le genre de mésaventure qui rend prudent ;-))

      J'aime

      1. non, ni le fromage aux artisons, avec lequel on a fait connaissance quelques années plus tard, et pour lequel il faut presque une loupe si on veut voir se tortiller des ptites bêtes…
        c’était une adresse du Gault & Millau qui n’a figuré qu’une année dans leur guide, ils avaient omis de vérifier la salubrité du lieu 😉

        J'aime

  1. Saperlipopette ! Heureusement, que tu as pu tout récupérer.
    En Andalousie, Séville je crois bien, nous avons pu apercevoir (à la porte de notre chambre d’hôtel) une blatte « géante » : prise en photo pour la montrer au personnel. Ma que nennininini pas de ça dans notre établissement (je t’épargne l’équivalent en espagnol). Bah que si, que si, « aqui la fotografia ». Aye Madre de Dios !!! Donc bestiole écrasée par l’employée, et valises et sacs bien fermés pour éviter de transporter des passagers clandestins !
    PS : l’hôtel n’était pas bas de gamme.

    J'aime

    1. je n’ai aucun mal à nourrir les rubriques sous le tag ‘expert’ 🙂
      (chacun a le degré d’expertise qu’il peut, n’est-ce pas, et comme l’Adrienne est experte en distraction… il est meilleur pour la santé de pouvoir en rire :-))

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s