L comme liberté, j’écris ton nom

d2128-4073319178-3

C’est le thème de la semaine de la poésie, la liberté. Tous les profs de néerlandais ont fait participer leurs élèves, qui ont écrit de fort jolies choses, souvent drôles, spirituelles, sensées ou vécues. 

Vrijheid.

Puis un midi une élève arrive complètement bouleversée au bureau des coordinatrices.

En état de choc.

Pendant la pause, son père l’a vue passer dans la rue, alors qu’elle allait s’acheter un pain garni. Or elle n’était pas seule: il y avait des garçons. Hé oui, nous sommes une école mixte, ce monsieur devrait le savoir. Mais il s’est mis à vociférer, à traiter sa fille de ‘sale pute’ et à lui promettre la punition qu’elle mérite quand elle rentrerait, ce soir-là.

C’est ainsi que Madame a appris que cette jeune fille reçoit des coups.
Que sa mère reçoit des coups.
Que sa sœur reçoit des coups.

Alors vous comprenez, avec une urgence comme celle-là, et aussi quelques autres, Madame n’a pas eu le temps de répondre aux commentaires, ces derniers jours.

27 commentaires sur « L comme liberté, j’écris ton nom »

  1. Immédiatement, un visage s’est imprimé devant mes yeux … une famille de notables, l’intervention n’a pas abouti. Et puis LE visage : des coups mais surtout des mots, ceux qui détruisent, il était prof.

    J'aime

  2. Sur mes cahiers d’écolier
    Sur mon pupitre et les arbres
    Sur le sable sur la neige
    J’écris ton nom.

    Le pire ?
    On l’écrit en vain.
    C’est un luxe qu’on se permet quand on est libre.
    Sinon, on songe seulement à éviter les coups et les contrôles divers…
    Et si tu vas voir les pandores, la gamine va se faire encore plus maltraiter.
    Sauf à envoyer le père « au violon » et mettre la femme et les enfants à l’abri.
    Que faire d’efficace ?

    J'aime

  3. Nous comprenons Adrienne, il y a plus urgent que de répondre quand on apprend que dans son propre cours une enfant se fait maltraiter et voit son entourage féminin recevoir des coups.
    La mère aiderait-elle à faire aboutir une plainte de maltraitance pour elle et ses enfants ???? Je n’en suis pas certaine. Le carcan sociétal est une plaie dans des familles.

    J'aime

    1. c’est terrible de l’entendre dire merci alors que je ne peux lui donner qu’un peu de soutien moral, trois fois rien en fait
      il y a des pistes, peu, mais il y en a, lourdes de conséquences et compliquées à mettre en place, sans vraie garantie de succès (on n’enferme pas un père qui frappe, et une visite de policiers n’empêche pas les coups après leur départ, au contraire)

      J'aime

  4. J’ai le cœur lourd pour cette jeune fille.
    La violence verbale, les coups, c’est déjà dur à vivre.
    Et en me mettant à sa place, j’aurais trouvé terrible la scène en pleine rue devant les camarades de classe.
    Mais avoir pu en parler et trouver du soutien de la part des enseignants lui aura peut être apporté un peu de réconfort.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s