B comme Bruxelles et Babelio

Ce vendredi premier mars, un cadeau dans ma boîte aux lettres, Bruxelles Omnibus de Patrick Weber, dont voici le résumé de l’éditeur:

Place forte seigneuriale, ville sœur de Madrid et de Vienne sous le règne des Habsbourg, capitale d’un royaume et de l’Union européenne, Bruxelles est l’une des plus anciennes cités d’Europe. L’une de celles qui a aussi le plus souvent changé de visage au cours de son histoire et des dominations successives (Bourgogne, Espagne, Autriche, France, Pays-Bas…). […]

Comme dans Métronome, le best-seller de Lorànt Deutsch, Patrick Weber nous fait découvrir tous ces trésors à travers les arrêts des métros, bus et trams de Bruxelles. Autant de noms – parfois pittoresques – dont la signification nous est souvent inconnue : Heysel, Maison d’Érasme, Jeu de Balle, Cage aux Ours, Petit Sablon, Porte de Hal, Botanique, Étangs d’Ixelles, Abbaye, Vert Chasseur, Vivier d’Oie…

Au fil de ses découvertes, Patrick Weber nous emmène sur les traces du grand humaniste Érasme, raconte la naissance de l’hôtel des Monnaies, ressuscite les heures glorieuses de l’abbaye de La Cambre et marche sur les pas des guerriers qui défendaient la prestigieuse porte de Hal. Sur la Grand-Place, il revient sur l’exécution des comtes d’Egmont et de Hornes, tandis que, de passage au Cinquantenaire, il retrace les grands rêves urbanistiques de Léopold II qui s’était mis en tête de concevoir la plus belle arcade d’Europe.

Envie de lire les premières pages? c’est ici 🙂
L’article du Vif (voir le commentaire de Walrus) est ici.

 

32 commentaires sur « B comme Bruxelles et Babelio »

  1. Même en n’y habitant pas et connaissant mal la ville, d’après les premières pages, ce livre semble passionnant à lire! Je note vite pour, oui, des cadeaux!

    J'aime

      1. si on connaît l’histoire de la Belgique, on n’apprend pas grand-chose, c’est vrai… dès le début j’ai eu l’impression que c’était écrit pour les Français « exilés » de Bruxelles, vu le nombre de fois qu’il y fait allusion…

        J'aime

  2. Bon,j’espère que tu y trouveras autant de plaisir qu’à découvrir les jupons de l’Histoire avec Métronome.
    Une autre façon de découvrir sa ville, dans laquelle je suis revenue après 25 ans d’absence : J’ai pris mon appareil photo, noté le nom des rues pour chercher leur signification, lu à toutes les sources et je l’ai trouvée bien plus belle que je m’en souvenais.

    Aimé par 1 personne

      1. Il y a toujours un risque à suivre un avis, mais le risque est faible quand l’avis vient de personnes qu’on apprécie.
        L’ e-book a en effet une fonction de recherche, et aussi d’annotations. Il a pour moi surtout l’immense avantage de me préserver de l’allergie provoquée par la poussière de papier 🤧

        J'aime

      2. ah! voilà une confiance qui va m’inciter à encore plus de prudence…
        ici dans ce billet je ne donnais pas encore d’avis, j’écris que je viens de le recevoir et ne l’ai pas encore lu…
        outre le manque d’index, il y a deux ou trois autres petites choses que je déplore, maintenant que je suis arrivée largement au-delà de la moitié dans ma lecture, mais c’est un récapitulatif de l’histoire de la Belgique (d’un point de vue bruxellois, comme je l’ai déjà écrit dans une autre réponse) et on y apprend toujours quelque chose 😉
        j’espère vraiment que vous ne serez pas déçu, faites-le-moi savoir!

        J'aime

      3. Je viens de le terminer, et je n’en suis pas le moins du monde déçu, au contraire. Les quelques imperfections propres au genre sont de peu de poids face au divertissement que le livre m’a procuré. Les pages sur l’histoire de Belgique n’apprennent pas grand-chose à un Belge quelque peu cultivé, mais les anecdotes bruxelloises (surtout pour un Wallon) sont tantôt instructives, tantôt divertissantes, souvent les deux.
        C’est vrai qu’il manque une table des matières détaillée (en e-book, la fonction de recherche peut remplacer l’index), et que des indications topographiques plus précises, avec un plan de la ville et pas seulement du métro, aiderait à se situer et, pourquoi pas, à s’organiser quelque promenade … en tram.
        Bref, un bon moment de lecture, divertissant et sans prétention.

        Aimé par 1 personne

      4. ah! super! je suis du même avis, pour les ‘plus’ et les ‘moins’ de ce livre (il aurait fallu aussi une bonne relecture avant publication, pour enlever ici et là un mot qui est répété deux fois sur deux phrases, et quelques erreurs d’orthographe ;-))

        J'aime

  3. Pour avoir habité un an avenue Legrand et être allé me promener dans le bois de la Cambre avec HB, je comprend tout à fait, après avoir vu et entendu la circulation chaussée de Waterloo, qu’Érasme ait écrit « L’éloge de la folie »… 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s