I comme inspiration chez Lakévio

Fanny Nushka Moreaux contemporary French artist

Au moment où ils sont entrés dans le parc, la jeune femme qui était assise sur un banc s’est levée, serrant une pochette rouge vif contre sa cuisse et tenant un gobelet de café dans sa main soigneusement manucurée.

Instinctivement, Isabelle sentait qu’Aymeric avait les yeux sur cette fine silhouette, alors elle a lancé un peu vite, un peu aigrement:

– Tu l’as vue, celle-là! en décolleté plongeant et en mini-short à Bruxelles au mois de mars! Elle s’est trompée de quartier!

– C’est justement pour que je puisse te la présenter qu’elle est là. C’est ma sœur.

***

Une silhouette dans la rue qui attire votre œil, dit Lakévio à propos de cette toile de Fanny Nushka-Moreaux, Une journée ensoleillée (2014). On ne distingue pas encore les traits mais on y projette toujours quelque chose.

46 commentaires sur « I comme inspiration chez Lakévio »

  1. Maintenant, peut-être que Aymeric trouve aussi la tenue de sa sœur légèrement inadaptée et que ce soir, ils en riront ensemble sur l’oreiller.
    😉

    J'aime

  2. ce qui est dit est dit
    Cela n’empêche pas de se rattraper
    On n’est pas forcément être dans la jalousie que de dire qu’un style ne plait pas 🙂
    Cela dit pour se présenter pour la première fois on se doit d’être sobre et non montrer ce que la nature nous a donné, après il n’y a plus rien à découvrir hihi
    Bonne journée
    Bravo pour ton texte

    J'aime

      1. Pour une fois que tu laisses échapper un soupçon de ta vie privée, je ne l’ai pas raté. Dommage que ce soit un mauvais souvenir.
        Bises

        J'aime

  3. Ma foi, une rencontre-test….
    Mais il est vrai que, même pour une soeur bien « gaulée », un short et un décolleté à la mi-mars, c’est un peu beaucoup (dirait ma nièce qui s’en offusque tous les ans régulièrement) !

    J'aime

  4. Aïe ! Encore des paroles qui auraient mieux fait de rester dans la bouche ! Mais elle a des circonstances atténuantes : la tenue n’est pas, e,n effet, adaptée au mois de mars. A Paris, on voit le phénomène dès qu’il y a un rayon de soleil : tongs, short ou jupette et débardeur. J’en suis toujours étonnée…

    Merci, Adrienne. Comme toujours, c’est drôlement bien trouvé !

    J'aime

  5. Hou là là ! Ce qu’il fallait éviter de dire ! La jalousie donne-t-elle des oeillères ? Je lui souhaite bon courage pour la suite !

    J'aime

  6. Ce qui m’a dissuadé d’écrire ?
    Le fait qu’elle porte des bigoudis jaunes et qu’elle boive le curaçao par grands verres. 😉

    Et le fait qu’Adrienne est la meilleure sprinteuse sur ce sport-là !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s