Question existentielle

DSCI7252 (2)

Comment voulez-vous que les patates poussent si après l’été le plus chaud et le plus sec depuis que l’Institut Royal de Météorologie existe (1833), alors que les nappes phréatiques sont toujours à un niveau si bas et si critique, qu’il devrait pleuvoir pendant des semaines sans s’arrêter pour les remettre à niveau, et qu’on a encore un printemps chaud et sec?

Comment voulez-vous que les patates poussent, me suis-je demandé hier après-midi en voyant ce champ, alors qu’on se promenait en T-shirt et que le vent balayait une terre devenue poussière.

33 commentaires sur « Question existentielle »

  1. Ah ça, c’est surprenant. Mais profitez-en à défaut de pouvoir changer la donne.
    Aussi surprenant que l’hiver qui s’est installé en Méditerranée:-)
    Et si un jour la Belgique exportait des tomates rougies au soleil vers l’Espagne? …on croit rêver.

    J'aime

  2. Dans le nord de la France l’alerte sécheresse est déjà en place et à Paris, il fait chaud et sans doute pollué, interdite l’ile de la Cité aux voitures, n’empêchent pas certains de la prendre à défaut de rouler.

    J'aime

  3. Je viens de voir à peu près la même désolation chez une amie qui visitait la Champagne : terre crevassée, ceps avec à peine quelques touches de vert et encore !

    J'aime

  4. Chauffer la planète au CO2, épuiser les sols à grands coups de nitrates puis gagner quelques % de terres cultivables en retirant les haies, ce qui permet au vent d’emporter la terre arable, ça c’est intelligent.
    Enfin, non, ce n’est pas intelligent mais tellement rentable à court terme…

    J'aime

  5. Que dire ? Lutter contre le gaspillage de l’eau et, pour les paysans, faire des réserves d’eau de pluie, éviter les cultures et les modes de culture gourmands en eau. Pas sûre que le Boerenbond ait pris la mesure de ce changement climatique.

    J'aime

    1. Je ne suis pas sûr qu’aient pris la mesure du changement climatique ceux qui donnent du soja qui a traversé la moitié de la planète à des cochons dont l’immense population pourrit les nappes phréatiques à cause du lisier…

      J'aime

  6. En tout cas ici ce n’est pas l’eau qui manque. Pluie, pluie, pluie et avec la fonte de la neige, et neige il y en a encore des montagnes, ce sont les inondations. Notre tour viendra bientôt terres asséchées par les tonnes d’engrais déversés… ça me fait flipper de voir cette destruction.

    J'aime

    1. c’est ce que disent aussi mes amis roumains quand je leur suggère de fermer les robinets qu’on n’utilise pas, qu’ils ont plein d’eau dans leur pays (des Carpates, des rivières et des fleuves…) mais…

      J'aime

    1. justement hier une dame me disait que sa citerne d’eau de pluie était déjà vide… (elle l’emploie pour les toilettes, le lave-linge, le nettoyage, des choses comme ça)

      J'aime

  7. Et maintenant les habitants qui ont une citerne d’eau de pluie vont avoir une nouvelle taxe en Wallonie… (pour le traitement des eaux usées). Moi aussi j’ai des inquiétudes.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s