T comme terrasse

Recroquevillée sur la terrasse, derrière les grandes plantes en pot, elle se cache pour fumer.

Elle sait quelles remarques cinglantes elle aurait à digérer si sa patronne la surprenait, avachie sur le pouf en skaï, à tirer sur sa clope. Ou si une voisine d’un appartement limitrophe la voyait.

Mais là, elle est tranquille jusqu’à la fin de l’après-midi, sa patronne est chez sa pédicure-manucure-visagiste. Comme si cela pouvait arrêter l’outrage des ans et autres stigmates du grand âge.

« Je me respecte et je me soigne, alors que d’autres se laissent aller », siffle-t-elle au moins une fois par semaine en direction de son aide-ménagère, qui a toujours la queue de cheval qui se défait.

« C’est vrai que j’ai d’autres soucis que mes ongles ou mes futures rides », se dit Paméla en oubliant de tirer sur sa cigarette, tellement son attention est prise par les caravanes de forains qui s’installent sur la place pour la kermesse d’été.

Et comme chaque année à la même époque, elle décide qu’elle repartira avec eux.

***

Aquarelle de Marcos Beccari et consignes chez lakévio, que je remercie: La toile du jour et les dix mots choisis à introduire dans votre histoire :

cheval – cinglant – stigmate – outrage – porcelet – caravane – pouf – parfum – digérer – limitrophe

41 commentaires sur « T comme terrasse »

  1. Bravo pour votre histoire.
    J’ai même trouvé le porcelet. C’est un des lots que les enfants peuvent gagner à la pêche aux canards..
    😉

    J'aime

    1. je l’avais mis dans une comparaison « comme un porcelet qu’on égorge » mais finalement je l’ai enlevée, ça alourdissait inutilement (je n’aime pas quand les mots ‘se font trop voir’, ils doivent rester discrets et à leur juste place ;-))

      J'aime

  2. Ton histoire tient si bien la route que je m’imagine non en train de fumer sur un balcon mais m’imaginer de partir en vacances en caravane enfin juste en rêve , où alors dans un coin perdu
    Bonne semaine
    @ bientôt de te lire

    J'aime

  3. Les histoires de Madame sont assez modianesques au bout du compte-conte. Le personnage central a pris un mauvais départ dans la vie et n’aspire qu’à recouvrer sa liberté…

    Voilà ! Quel idiot ! Comme un crétin je viens de donner la recette cachée pour obtenir le Nobel de littérature.

    Bon, mettons que je n’ai rien dit et que je retourne à mon prochain roman qui sera le même que le précédent !

    Patrick Modiano p.c.c. Joe Krapov

    J'aime

  4. J’ai remarqué aussi l’absence du porcelet, qui, à mon avis, est sauvage et se trouve dans la caravane.
    Par contre, mon admiration pour la « queue de cheval » bien amenée.

    La pauvrette, sur le pouf en skaï, elle va être « collée », ce qui va enlever du romanesque à sa rêverie !

    J'aime

    1. j’imaginais que dans la caravane, il y aurait des cris comme d’un porcelet qu’on égorge, et que sa rêverie serait partie de ce côté-là, mais j’ai changé d’avis et laissé tomber le porcelet 😉

      J'aime

  5. Le porcelet est dans la porcelaine fine de la patronne ou sur la place avec les forains.
    J’aime bien ton histoire d’aide-ménagère qui souffle un peu et rêve d’ailleurs.
    Bonne semaine, Adrienne.

    J'aime

  6. Bravo !
    Je suis contente de te connaitre. C’est toujours comme ça avec les gens que j’admire, je suis contente de les connaître, et j’espère que leur talent diffusera et que je pourrais en glaner quelques miettes. 😉

    J'aime

  7. C’est une aquarelle et non une photo? C’est très réaliste.
    Ton récit élaboré avec des consignes parait très naturel et fluide. Je t’ai déjà souvent dit cela, je sais, mais j’admire toujours autant ton apparente facilité.

    J'aime

  8. Un concentré de texte où les mots imposés arrivent tout naturellement… Elles ne doivent pas être nombreuses les filles qui rêvent de partir avec les forains ! J’ai remonté te lire pour rattraper mon retard, sans laisser de commentaires, mais sache que j’aime tes remarques et que je les partgage

    J'aime

  9. Je suis d’accord avec un commentaire re précédent… ton devoir glisse tout seul à lire…. longtemps imagine une grande facilité (tant mieux pour le porcelet il ne sera pas grillé ni mangé chez toi!) Donc…. c’est parfait !

    J'aime

  10. Je ne sais pas si partir avec la caravane est un bon plan. ils ne la laisseront pas trainer inutilement la clope au bec assise en chemisette sur le bord de la fenêtre pour contempler l’horizon et il y aura toujours quelqu’un du clan pour la surveiller. Il n’y a pas pensé à tout ça, cette cruche !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s