X c’est l’inconnu

2019-02-23 (1)_LI

« Comment servir de la meilleure musique à vos hôtes », titrait un article de journal vendredi dernier.

Voyons cela, se dit l’Adrienne, que le chapeau de l’article emballe déjà: « Het meest onderschatte ingrediënt bij een goede maaltijd? Dat moet de muziek zijn. », L’ingrédient le plus sous-estimé d’un repas réussi? C’est sûrement la musique. 

En effet, qui ne s’est jamais senti énervé ou irrité par certaines musiques au restaurant? 

D’autant plus emballée, l’Adrienne, que la personne interviewée est une spécialiste de la musique dite classique, qui a travaillé plusieurs années pour la chaîne classique flamande (Klara).

L’article est long, plein de conseils, d’exemples et d’anecdotes, mais de musique ‘classique’… point.

Jusqu’à la fin, au dernier paragraphe, où on peut lire ceci:

« En klassieke muziek, haar biotoop? ‘Wordt totaal niet gevraagd. Alleen voor de Leuvense Faculty Club, ’s ochtends, heb ik een lijst gemaakt, omdat de historiek van deze plek dat dicteert. Maar klassiek, vroeger het etiket van chic en rijk, wordt nu ­geassocieerd met dikke nekken, met onuitstaanbare mensen die in das en kostuum uit eten gaan. De tijden veranderen.’ »

Et la musique classique, son biotope? ‘On n’en demande absolument pas. Ce n’est que pour le Faculty Club de Louvain, en matinée, que j’ai fait une liste [classique], parce que l’histoire du lieu l’impose. Mais le classique, qui avait autrefois l’étiquette chic et riche, se trouve associé aujourd’hui aux grosses têtes, à ces gens insupportables qui se mettent en costume cravate pour aller manger. Les temps changent.’

Traduction de l’Adrienne, qui ne s’en est pas encore remise et essaie de se consoler avec un proverbe, « Onbekend maakt onbemind« , on n’aime pas parce qu’on ne connaît pas. Ou comme disent nos voisins hollandais: « Wat de boer niet kent, dat lust hij niet« .

Mais les temps changeront sûrement encore, Monsieur Neveu, qui n’a pas tout à fait vingt ans, se met en costume cravate pour aller au resto 🙂

photo prise au printemps dernier pour la réunion des anciennes élèves

39 commentaires sur « X c’est l’inconnu »

  1. Je préfère quand il n’y a pas de musique. Souvent, elle s’ajoute aux autres bruits et m’empêche de suivre la conversation si la tablée est grande…
    Hier, j’étais pantoise aussi. J’aurais dû vous le dire.

    J'aime

  2. Je me souviens du restaurant de la pousada de Queluz où l’ambiance était assurée par un duo de demoiselles : flûte traversière et harpe. C’était bien agréable, mais bon, mieux vaut pas de musique du tout que n’importe quel fond sonore « standard ».

    J'aime

    1. quand il y a un artiste en ‘live’ c’est encore plus embêtant, je n’ose pas parler parce que c’est irrespectueux, il faut l’écouter et l’applaudir 🙂
      (sur le bateau entre Zeebrugge et Hull il y a un pianobar (c’est quoi le bon mot?) et à certaines heures quelqu’un y chante en s’accompagnant d’une guitare, j’avais pitié de lui parce que tout le monde parlait fort, personne ne semblait l’écouter)

      J'aime

      1. oui j’imagine 🙂
        mais je me demande comment on se sent, à se livrer devant un public pour qui on n’est finalement que du « papier peint musical » (comme on dit chez nous ;-))

        J'aime

  3. Ça me rappelle deux anecdotes.
    À propos de musique, un restaurant d’un vieux quartier de Lisbonne, où on s’arrête de manger pour déguster une « pause fado »: j’ai été séduit, mais il est vrai que l’affiche à l’entrée annonçait la chose.
    À propos de dialogue au restaurant, un avis à l’entrée d’une trattoria dans les Pouilles : « Qui non c’è rete , parlatevi » (ici il n’y a pas de réseau, parlez-vous).

    Aimé par 1 personne

  4. Dernièrement nous nous sommes retrouvés en tête à tête au resto, seuls dans une grande salle ! La musique d’ambiance était douce et pas dérangeante. Un moment très agréable 😊

    J'aime

  5. Remonte en ma mémoire un doux souvenir… Nous étions à Istanbul, mon époux, nos deux filles et moi-même, il y a longtemps. Le guide du routard ventait une maison en bois sublime et disait, allez-y pour admirer et prenez juste un thé. Nous sommes allés y diner, des mets délicieux nous ont été servis dans un beau jardin, un décor dans le style Orient Express, un piano et un violon nous ont bercés pendant ce sublime repas. C’était si beau et si fort que nous avons réservé une table pour le lendemain et le plaisir fut le même. Ce lieu s’appelait le Yesil Ev et nous laisse à tous un souvenir grandiose. Alors oui, certaines fois la musique ajoute sa note et elle me plait infiniment. Beau dimanche dame Adrienne, à tout bientôt. brigitte

    Aimé par 1 personne

    1. j’imagine!
      la musique ajoutait à la typicité du lieu, et sans doute y avez-vous été vraiment attentifs…
      (ce n’était pas un simple « papier peint » :-))
      merci Brigitte, bonne journée!

      J'aime

  6. ­ »geassocieerd met dikke nekken », mince alors !!!
    Souvenir ambivalent d’un « repas-concert » à Saint-Pétersbourg : j’étais à la fois ravie de la présence des musiciens qui jouaient dans la pièce du milieu, de la belle ambiance, et un peu confuse de manger pendant qu’ils jouaient et chantaient. Merci, Adrienne, de me rappeler ce voyage et l’amie qui l’avait organisé, qui écoute à présent les anges musiciens – je l’espère.

    J'aime

    1. ce serait aussi mon sentiment, bonheur et confusion mêlés!
      (n’est-ce pas que c’est fou, cette association! je vais finir par ne plus oser dire que je suis fan de Mozart ;-))
      les anges musiciens, c’est ce qu’on peut souhaiter de mieux aux mélomanes qui ne sont plus…
      bise, bonne journée!

      J'aime

  7. Je préfère les repas dans le calme en conversant avec mes voisins de table.
    Et je plains de tout mon cœur les interprètes se donnent du mal devant des gens qui masquent la musique avec le bruits des couverts et des conversations.
    Pour tout dire je trouve les uns pathétiques et les autres mal élevés.
    Ou tu manges ou tu écoutes la musique.
    Imagine un peu dans un restaurant chinois une soprano chantant l’air de « la reine de la nuit ».
    Ça fait plus penser à la pub du riz « Taureau ailé » qu’à Mozart… 😉

    J'aime

    1. voilà, ça rejoint ce que j’écrivais plus haut 🙂
      merci de reprendre le tableau du lundi de Lakévio!
      j’ai vu trop tard celui de la place Blanche, j’essaierai de participer la prochaine fois!

      J'aime

  8. Alors moi ça me fait penser à cette chanson de Maxine Le forestier qui a dû commencer sa carrière dans un resto, les paroles sont si vraies…:

    Paroles de la chanson Le Steak ou Complainte de ceux qui ont le ventre vide, considérée comme une gaudriole par ceux qui ont le ventre plein par Maxime Le Forestier

    Si le steak qui te résiste
    Est meilleur qu’ mes chansons tristes,
    Si tu es venu pour lui,
    Faudrait pas que je t’empêche
    De digérer ta viande fraîche
    Au prix où ça s’ paye ici.

    Fais deux boules de pain pareilles,
    Mets-les toi dans les oreilles.
    Fais comme si j’étais pas là,
    Je ne chante pas pour toi.

    Si la fille qui te cajole
    Est plus gaie qu’ mes chansons drôles,
    Allez, mets-toi bien à l’aise.
    Je vois ta main qui s’occupe,

    Qui s’insinue sous sa jupe.
    C’est pas si souvent qu’on baise.

    Fais deux boules de pain pareilles,
    Mets-les toi dans les oreilles.
    Fais comme si j’étais pas là,
    Je ne chante pas pour toi.

    Si les banquettes moelleuses
    Sont meilleures que mes berceuses,
    Je te vois déjà, tu dors.
    Que tu bouffes ou que tu manges,
    Faudrait pas que j’ te dérange
    Et je vais chanter moins fort.

    Fais deux boules de pain pareilles,
    Mets-les toi dans les oreilles.
    Fais comme si j’étais pas là,

    Je ne chante pas pour toi.

    Si tu es seul qui écoutes,
    Si tu viens et si tu goûtes
    La chanson pour ce qu’elle est,
    Quatre rimes maladroites
    Que l’on trouve ou que l’on rate
    Mais qui forment des couplets

    Alors ouvre tes oreilles.
    Je te chanterai des merveilles.
    C’est pour toi que je suis là
    Et je chanterai pour toi.

    Aimé par 1 personne

    1. Ah Ah, c’est drôle cette chanson! Reste que les musiciens ou chanteurs qui acceptent un boulot dans un resto, savent qu’ils ne sont pas dans une salle de concert, ils connaissent leur rôle.

      GL

      J'aime

      1. j’essaie de trouver le bon côté à la chose et j’ai fini par en trouver un: peut-être que ça t’aide à surmonter le trac, que personne ne t’écoute 😉

        J'aime

  9. Il arrive que l’on mange seul ou que l’on souhaite faire une pause dans la conversation. Une chanson ou une mélodie discrète peut être de mise.

    Néanmoins, imposer une musique qui favorise l’atmosphère souhaitée relève du défi. Dans tous les cas, il faut limiter les décibels et se méfier des styles flamboyants. Si on ne peut plaire à tout le monde, on peut facilement déplaire à tous.

    J'aime

  10. Trop souvent une musique mise là pour meubler le silence. Je déteste cette musique de fond qui crée un brouhaha quand mélangée aux paroles des convives. Et des musiciens sur place … on ne sait pas trop comment agir les écouter ou converser. Dans les deux cas on profite de rien ni de la musique, ni du repas.

    J'aime

  11. On peut peut-être servir un tournedos Rossini, quelques trompettes des morts (pas trop, pour ne pas plomber l’ambiance), à servir avec un pain polka ou une bonne baguette et terminer par une pêche Melba, voire même un opéra servi avec une flûte de champagne ? « De la musique avant toute chose » disait Verlaine !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s