Stupeur et tremblements

slow

Le bol de Ted ressemble à un de ces jeux de patience et de dextérité où il faut réussir à faire traverser tout un labyrinthe à une bille pour lui faire atteindre le centre.

Dès le premier matin, l’Adrienne observe ça avec stupéfaction.

– C’est pour qu’il mange moins vite? demande-t-elle au maître du chien.

En effet.

Pendant les deux ou trois jours qui restent aux maîtres avant leur départ, ils expliquent à l’Adrienne tout ce qu’elle aura à faire pour la maison, le jardin et les bêtes.

Il devient vite évident que la seule éclaircie dans la vie de Ted, le seul moment de vrai bonheur, ce sont ses trois promenades quotidiennes.

– Il faut, dit le maître, qu’il sache qu’il est tout en bas dans la hiérarchie!

Pauvre bête, se dit l’Adrienne, qui s’attache extrêmement vite à l’animal, on ne sait vraiment pas quoi inventer dans cette maison pour le contrarier.

***

source de la photo (et autres articles du même genre) ici.

Texte écrit pour Olivia Billington – que je remercie – avec les mots imposés suivants: matin, bonheur, départ, reprise, éclaircie, contrarier, s’attacher. Je n’ai pas réussi à y intégrer ‘reprise’ mais je la souhaite excellente à tous ceux qui retournent au travail ces jours-ci!

40 commentaires sur « Stupeur et tremblements »

    1. ah oui comment savoir où est le juste milieu… ma grand-mère aussi trouvait que notre chien était tout en bas de la hiérarchie, après les chats (qui eux « pouvaient faire ce qu’ils voulaient »)

      J'aime

  1. « – Il faut, dit le maître, qu’il sache qu’il est tout en bas dans la hiérarchie! »

    Cette remarque me rappelle un dessin de Reiser où un type, béret, moustache, bottes, montre à son chien « qui est le maître ».
    – Assis !!!
    – Couché !!!
    – Debout !!!
    Le type s’en va, content d’avoir un chien obéissant – et qui sait qu’il est tout en bas dans la hiérarchie- pense-t-il.
    Dès que le type à le dos tourné, le chien se recouche et lui jette « Vieux con ! »

    Aimé par 2 personnes

    1. merci Nicole 🙂
      c’est vrai que je n’ai aucun mal à nourrir la rubrique ‘stupeur et tremblements’, ce ne sont pas les sources d’étonnement qui manquent (je lis ce matin dans la presse que le président brésilien a déclaré, à propos des feux en Amazonie, que cette forêt appartient au Brésil et que par conséquent il a le droit d’en faire ce qu’il veut)

      J'aime

  2. Ce bol est stupéfiant, tout autant que le maître de Ted, j’en tremble encore !!! Mais qui donc invente la folie du monde ? J’adore le comm. de « Le gout des autres ». Courage dame Adrienne, caresses en pensées à ce pauvre toutou qui doit bien exister quelque part. Bises. brigitte

    J'aime

      1. Rien ne peut servir d’argument pour justifier le malheur des autres, ne serait-ce que parce que nous sommes toujours les autres de quelqu’un. Et longue vie à Ted …

        J'aime

  3. Alors là, je n’avais jamais vu de telles gamelles.
    Lorsque l’on connait l’intelligence d’un chien (et d’un chat d’ailleurs), je pense que le commentaire du Goût reflète bien ce que doit penser Ted de son maître.
    La notre gère sa nourriture en fonction de ce qui le plait le plus, elle finit par ses croquettes lorsqu’elle sait qu’elle n’aura plus de douceur à table avec nous.
    Elle ouvre toute seule la porte pour sortir (dommage qu’elle ne la referme pas l’hiver 😉 ).
    Elle ouvre même à sa sœur (la chatte) lorsque celle ci veut entrer ou sortir.
    Elle sait qu’elle ne doit pas monter à l’étage, et ne le fait jamais.
    Bref, elle respecte les règles, mais a toute sa place dans la famille.

    J'aime

    1. Ted a le truc pour manger rapidement malgré la difficulté, donc j’ai un gros doute sur l’efficacité véritable de cette gamelle 😉
      mon chien aussi devait se tenir à quelques règles et il s’y tenait (même les chats s’y tenaient et n’allaient ni sur les fauteuils – sauf bien sûr si je les prenais sur mes genoux – , ni à l’étage ni sur rien en hauteur)
      et en effet, ça n’empêche pas nos bêtes d’avoir une bonne vie avec nous 🙂

      J'aime

    1. heureusement il vit dans le Yorkshire, la température n’a pas dépassé les 21° 🙂
      et puis il avait droit tous les jours à une séance d’arrosage qui le rendait fou de joie (je devais arroser le jardin et Ted ADORE essayer d’attraper l’eau directement dans sa gueule, c’était tordant)

      J'aime

  4. Intéressant le bol!!! Mais, pauvre bête! De quoi perdre la tête et ses croquettes! Tu t’en es quand même bien sortie pour intégrer le mot « reprise » dans ton commentaire de la fin! Chapeau!

    J'aime

  5. En bas de… Non, mais on rêve ! On n’adopte pas un animal pour se faire obéir (même si, bien sûr, il y a des règles à respecter, tout comme pour les humains).
    Comme toujours, les mots imposés se fondent dans le texte.

    J'aime

  6. « qu’il sache qu’il est tout en bas dans la hiérarchie! » avec un tel raisonnement il ne doit pas y avoir que Ted qui est au bas dans la hiérarchie…

    J'aime

  7. A chaque fois que je vois un chien, j’ai un peu tendance à le plaindre en voyant les maîtres ; ça me fait la même chose en voyant une femme et son mari, mais là, c’est soit l’un, soit l’autre 😉

    J'aime

    1. toujours ces rapports de force et ce difficile équilibre à trouver 😉
      chez mes beaux-parents c’était bien réglé, chacun avait son domaine (ses domaines) où il avait le dernier mot 😉

      J'aime

  8. Pour empêcher un chien de manger vite, ce n’est pas évident(. Beaux-parents avaient un samoyède (de 50 Kg) nommé Inouk. Ma belle-mère avait beau lui dire en servant sa gamelle : « Mange doucement mon Nounouk.. ». Tu penses… Il vidait efficacement dans son plat les joues de boeuf rissolées en un clin d’oeil et laissait le riz (bien nettoyé). Ensuite, il levait des yeux pleins d’espoir au cas où il y aurait du rab.

    J'aime

    1. on peut donc supposer que ça fait partie de leur nature et qu’en principe ça ne peut mal, qu’ils « mangent vite » ?
      le mien aussi dévorait, ça ne lui a jamais causé de problèmes

      J'aime

  9. Quel bol ! Pof’Ted. S’il a l’habitude depuis toujours, il a trouvé l’astuce pour manger à son rythme. Qu’ils sont donc vicieux les humains pour inventer, fabriquer, vendre et acheter une aberration pareille !

    J'aime

  10. Vais pas me prononcer, n’ayant ni chien ni chat (sauf les chats du voisin, qui viennent abandonner leurs crottes sur la margelle de la piscine et fourrager dans les semis du potager). Mais s’il faut une hiérarchie, peut-être vaut-il mieux y mettre des animaux que des êtres humains ? Bon, d’accord, je sais, il y a des êtres humains qui se comportent pis que des animaux. Comme disait Pascal (ou serait-ce Diogène ?), plus je connais les hommes, plus j’aime mon chien. Et Pierre Desproges d’ajouter : plus je connais les femmes, moins j’aime ma chienne.
    Ok, je sors 😉 .

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s