U comme urbex

DSCI6895

L’Adrienne ne s’en rendait pas compte, mais les fois où elle a exploré une usine désaffectée ou une maison en ruine, elle s’adonnait à l’urbex.

Plus fort encore, le jour où elle n’a pas résisté à la tentation d’aller visiter les caves de son école, elle se laissait aller à la cataphilie.

Rien de moins.

C’est expliqué ici: « L’exploration urbaine, abrégé urbex (de l’anglais urban exploration), est une activité consistant à visiter des lieux construits et abandonnés par l’homme, mais cette pratique inclut également la visite de lieux interdits, cachés ou difficiles d’accès, tel que des tunnels de métro, des catacombes, des chantiers de constructions/rénovations et des rooftop (sommets d’immeubles, monuments…). La pratique regroupe ainsi diverses activités dites « underground » comme la ‘cataphilie‘, la ‘toiturophilie’. L’explorateur urbain est communément désigné par le néologisme urbexeur. »

Un site avec des lieux et des photos ici, principalement au Canada, mais également en France ou en Belgique.

***

photo prise dans ma rue juste avant la démolition totale d’une usine textile, sa cheminée et sa maison de maître. Ainsi que son grand jardin et ses beaux arbres, dont un magnifique saule pleureur. Il y a bien de quoi pleurer…

36 commentaires sur « U comme urbex »

  1. Là au moins on ne prend pas l’avion;-))
    Je lis sur ton lien « activité clandestine »..ça met du piquant à l’exploration , c’est sûr.
    Bon dimanche en robe d’été.

    J'aime

  2. Les locaux de l’usine auraient pu être réhabilités et servir de médiathèque, de maison de quartier.
    C’est triste de perdre les traces de ce passé industriel.

    J'aime

      1. « à partir de 50 ans notre faculté de compréhension baisse  »
        Mais non, en réalité c’est l’inverse, la preuve : Plus on vieillit plus on croise de jeunes cons !
        En plus ils nous traitent de vieux cons.
        En fait, c’est eux qui ne nous comprennent pas ! 😉
        Et je sais de quoi je parle, je viens d’écouter Brassens…

        Aimé par 1 personne

    1. le problème c’est que l’humanité préfère une maison individuelle avec jardin (en tout cas en Flandre ;-))
      parlez-vous aussi de « betonstop »? (je n’ai pas encore rencontré son équivalent en français)

      J'aime

      1. Ces braves Flamands n’ont déjà pas assez de place comme ça et ils rêvent tous d’une maison à la campagne, ils se prennent tous pour des « happy few », je crains. Et je te parle pas quand le niveau de la mer va monter… 🙂

        J'aime

  3. Ca me désolerait aussi de voir partir ces murs où tant de bonheurs et disputes ont eu lieu… Je tends également à recourir à la photo pour « sauver » le souvenir, mais bien sûr… c’est bien dérisoire…

    J'aime

    1. il semblerait qu’une seconde vague de démolitions ait lieu, plus subtile que celle des années 60 et avec des arguments en béton (si j’ose dire), comme les normes de sécurité, les performances écologiques e tutti quanti

      J'aime

  4. C’est toujours triste de voir partir une trace du passé, les Tournaisiens en savent quelque chose avec leur Pont des Trous. Mais la vie est ainsi faite de disparitions et de naissances, le vieux temps n’était pas vraiment si bon que ça, et même dans nos maisons nous ne pouvons tout garder sous peine d’asphyxie.
    Quant à l’urbex, c’est amusant mas souvent dangereux…

    J'aime

      1. le reconstruire? où?
        (des gens qui étaient témoins de la démolition s’étonnaient qu’on ne « numérote » pas les pierres pour savoir comment les replacer à l’identique)

        J'aime

  5. Je retiens ce mot, j’espère qu’il entrera dans L’Officiel du Scrabble ;-).
    Il y a décidément des réseaux pour tout, maintenant. Même le clandestin ne se cache plus.
    Beaucoup d’immeubles de bureau abandonnés sont transformés en logements, on leur ajoute des terrasses, c’est la tendance actuelle par ici.

    J'aime

  6. J’aime beaucoup le jeux de lumières sur ta photo !
    Urbex, je connaissais, j’ai une connaissance qui le pratique régulièrement, et qui ramène des photos parfois impressionnantes (nous faisons partie du même club photo). Par contre, je n’avais jamais entendu parler de cataphilie. Dans un premier temps, me fiant à une étymologie approximative, j’ai cru qu’il s’agissait d’un pessimiste inconditionnel, grand amateur de cata(strophe)s 😉
    Bon week-end !

    J'aime

    1. c’est « en catastrophe » que la photo a été prise, un matin d’hiver en allant à l’école, je me suis dit « vite une photo, ce soir quand je repasserai tout aura disparu »
      merci bonne soirée!

      J'aime

  7. Je ne suis pas une adepte de l’urbex même si j’en ai vu parfois des photos intéressantes. Je préfère les paysages et les jardins. C’est sans doute parce que je suis terre-à-terre (pas envie de me casser une jambe en escaladant des ruines…) 😉 )

    J'aime

    1. On n’est jamais assez prudent ! Personne n’est à l’abri : j’ai eu un copain expert immobilier qui était grimpé sur un mur avec deux collègues et le mur s’est écroulé 🙂

      J'aime

      1. si même les experts n’ont pas vu que le mur était branlant 😉
        c’est comme le frère du beau-frère, celui qui était carrossier mais n’avait pas vu que la voiture qu’il nous vendait était pourrie par en-dessous…
        tu me diras que dans un parc je peux recevoir une branche sur la tête 😉

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s