7 noms

2019-10-30 (6)

Sept noms parmi les plus de quatre mille affichés sur les murs de la « Salle des noms », à la Conciergerie.

Pourquoi ceux-là, vous demandez-vous.
Parce que je cherchais celui d’André Chénier, une des victimes de la Terreur qui me rend vraiment triste.

Si le nom est en rouge, ça veut dire que la personne a été guillotinée. En rouge, ils le sont presque tous. Un mur par année, de 1793 à 1795.

Sur l’un d’eux, il y avait un homme portant le même nom de famille que le mien. Grâce à un dispositif multimédia qui permet d’en apprendre plus sur chacune de ces personnes, j’ai pu voir où et quand il était né, qu’il exerçait le métier de boucher et que l’acte d’accusation disait: « soupçonné d’avoir proféré des paroles favorables au roi ».

Son nom était en rouge.

36 commentaires sur « 7 noms »

  1. Quoi qu’en disent les livres scolaires d’Histoire de France, ce fut une époque abominable ! La veuve guillotine ne chômait pas !
    Ça doit faire un drôle d’effet de voir son propre nom inscrit en rouge …

    J'aime

    1. surtout que le prénom est Jean-Baptiste, le même qu’on retrouve à chaque génération dans la généalogie (patrilinéaire) du 17e au 19e siècle et qu’il est né en Picardie, lieu d’origine de mon nom de famille 😉

      J'aime

    1. si on ose répondre à un Lavoisier, demandant de pouvoir d’abord finir un travail, « la révolution n’a pas besoin de savants », ça dit assez comme on est loin des idées des Lumières.
      Et je ne parle pas encore de ce brave Condorcet 🙂

      J'aime

  2. D’où l’utilité d’éviter de verser la goutte d’eau qui fait déborder le vase (celle qui tombe lentement et de loin dans le vase, guidée par l’aveuglement et la surdité de ceux qui sont chargés justement de compter les gouttes).
    Histoire d’éviter de voir fleurir des Robespierre à foison.
    Histoire d’éviter que les idéaux de 89 ne laissent place à 1793.
    1793 fut une abomination dont on ne doit pas oublier qu’elle n’est pas survenue par hasard.
    Comme la révolution d’octobre en Russie ou l’avènement de Chavez au Venezuela.
    On est toujours scandalisé par ces événements mais on jette pudiquement un voile très très épais sur ce qui les a causés.

    J'aime

    1. attiser la haine et trouver des boucs émissaires, c’est tellement facile (facile à me faire peur) il n’est souvent même pas besoin de véritables ‘grandes causes’ (faciles à créer, elles aussi, à commencer par les sentiments nationalistes)

      J'aime

      1. La recherche de coupables est tellement plus aisée que la recherche de solutions.
        D’autant plus aisée qu’elle évite si facilement de se poser des questions sur la responsabilité de ceux qui désignent des coupables…
        Il fut un temps où le coupable était le tailleur juif.
        Le premier épicier arabe a fait longtemps l’affaire.
        Hélas l’éducation et quelques guerres ont tari le filon.
        Heureusement, le Malien, le Syrien et l’Ethiopien sont venus les remplacer…

        J'aime

    1. j’ai bien aimé la citation en exergue de votre blog:
      « Mieux vaut écrire pour soi et ne pas avoir de public plutôt qu’avoir un public et ne plus être soi-même. »
      😉
      mais il m’est impossible de laisser un commentaire chez vous, on y accepte uniquement le profil blogger

      J'aime

  3. J’habite rue André Chénier, je le savais littérateur et poète, j’ignorais sa triste fin…
    La Conciergerie est un bel édifice, mais c’est un lieu « chargé ». Les Hommes sont fous, ils me font trembler, bêtise et méchanceté vont de pair, l’histoire se répète inlassablement. Ici et maintenant, essayons de peindre un autre monde dame Adrienne. Belle journée à toi. brigitte

    J'aime

  4. Tiens, je m’apprête justement à publier chez moi une autre liste, autre époque, même résultats, faire régner la terreur en stigmatisant l’Autre. Finalement, à quelque époque que ce soit, tout est bon à faire de l’AUTRE un ennemi à abattre. Rien ne justifiait pendant la Terreur qu’on coupe des têtes à la chaîne, le tort de ces gens n’ayant été que mépriser le peuple et aimer le clinquant.

    J'aime

    1. trouver le souffre-douleur, le meneur, les ‘barbares’ et la foule complice par son silence, ce n’est pas difficile, il n’y a qu’à observer les cours de récré à l’école primaire 😉

      J'aime

  5. Lieux de mémoire où le passé devrait non seulement nous instruire, mais nous rendre plus vigilants et réactifs aujourd’hui devant les prêcheurs d’illusions et les fanatiques.

    J'aime

  6. Nous sommes encore à l’état primitif même si on se croit bien intelligent. Très peu d’évolution. Juste à regarder ce qui se passe c’est l’évidence même. Tournée vers le passé, guillotine, bûcher, pendaison etc rien n’est changé…maintenant massacre à grande échelle. Mais au-delà de ma vision négative du moment reste que je vois tant de lumière dans les yeux des êtres que c’est mon seul espoir d’une évolution majeure qui doit prendre place et vite.

    J'aime

  7. Dans cette période troublée – et c’est un euphémisme – une femme pourtant essaie, avec tous les artifices dont elle dispose, de sauver quelques centaines de concitoyens. Mme Tallien, née Cabarrus. (Le ruban rouge, de Carmen Posadas).
    Le ruban rouge que les « écervelées » portaient autour du cou pour simuler la décapitation.
    Mais c’est vrai que l’info ne circulait pas aussi vite, et que les réseaux sociaux, ma foi….

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s