22 rencontres (6 ter)

d2128-4073319178-3

– Bonjour, Madame! dit un grand gars aux jambes largement étalées devant lui.

– Oh! bonjour! répond joyeusement Madame, tout en cherchant follement son prénom, son nom, quelque chose où raccrocher sa défaillante mémoire.

Il n’y a pas six mois qu’elle l’avait encore en classe, pourtant. Et qu’il était précisément celui qui lui donnait le plus de fil à retordre. Dyslexique et réfractaire au français 😉 Et voilà qu’ils se retrouvent tous les deux à bavarder dans la salle d’attente du médecin, comme de vieilles connaissances. Heureusement pour les épanchements, ils avaient le lieu pour eux seuls.

Mais ne croyez pas, amis lecteurs, qu’une rencontre en cet endroit soit la plus désagréable.
Il y a plus fort.
Il y a l’infirmière du service de radiologie, par exemple.
La plus gentille et la plus jolie des Julie, à qui vous devez confier votre corps.

Vous avez même déjà dû le confier à un médecin, un spécialiste, la plus charmante et la plus intelligente des Annelien (prononcer anneline), dont vous savez encore exactement à quel banc, dans quelle rangée, elle était assise. 

C’est là qu’on se dit qu’on peut comprendre les collègues qui préfèrent continuer à habiter à quinze, trente ou quarante kilomètres de l’école.
Aucun élève ne voit leur caddie.
Aucun ne voit les secrets de leur corps.

Mais ils ratent tellement de belles rencontres 🙂

20 commentaires sur « 22 rencontres (6 ter) »

  1. Où j’habite, les jeunes devenus adultes ont l’air d’aller s’installer ailleurs. J’en connais qui sont devenus médecins ou infirmières mais jusqu’à présent, je n’ai jamais dû leur confier mon corps.
    😉

    J'aime

  2. « Réfractaire au français. » Comment est-ce possible? 😉
    Nous avons tous, je crois, ce genre de rencontres. Dans mon cas, ce sont plutôt le garagiste, le maçon, le chauffeur de taxi … « Monsieur, vous n’étiez pas prof à …? » Et dans ce cas, pas de pudeur dérangée, juste un moment d’échange de bons souvenirs.

    J'aime

    1. réfractaire au français, ça existe, « à quoi ça sert? » et « je suis meilleur en anglais » ou « l’anglais est plus utile » ne sont que trois exemples courants 😉
      (pudeur, « divine pudeur », ça me rappelle Topaze quand Ernestine Muche lui colle une gifle ;-))

      J'aime

  3. Comme je n’ai pas été prof, ça ne risque pas de m’arriver.
    J’ai pourtant été abordée à une caisse d’épicerie par une cliente qui m’avait « reconnue » comme une ancienne prof, m’a abreuvée de nos souvenirs communs (mais si, vous ne vous rappelez pas ???) inexistants et a fini par penser que je ne voulais pas converser avec elle, et a pris un air très offensé.

    J'aime

  4. Je comprends très bien que cette situation occasionne de la gêne.
    Je n’ai jamais été prof mais j’ai été pionne à Tourcoing (maitresse d’internat) pendant mes études en fac de Lille.
    Je faisais du stop pour aller aux cours. Et une fois, ce sont deux élèves de terminale qui se sont arrêtées pour me prendre… Heu… Tu imagines? 😉

    J'aime

  5. Un de mes amis (et ancien prof d’histoire-géo) m’a raconté qu’il avait pris un coup de vieux lorsque l’un de ses anciens élèves (et chirurgien) lui avait annoncé qu’il prenait bientôt sa retraite !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s