X c’est l’inconnu

DSCI8163

Il y a tout un mur avec des articles de journaux américains qui ont beaucoup fait rire l’Adrienne.

Ceux de 1926 à 1928 relatent les péripéties d’une oeuvre de Brâncuși, L’oiseau dans l’espace, que le douanier avait refusé de considérer comme une oeuvre d’art. Selon lui, c’était une pièce de métal et donc il fallait payer un impôt pour son importation aux USA.

Par exemple, sous le titre Whatever this may be – it is not art on peut lire ceci:

Puzzled by the meaningless sculptures of the Rumanian artist Brancusi, the U.S. customs authorities get the advice of sane American artists and refuse to admit his work free of duty as « art ».

Ce qui donne plus ou moins textuellement:

Déconcertés par les sculptures absurdes de l’artiste roumain Brâncuși, les services douaniers des E.U. qui ont pris l’avis d’artistes américains sensés, ont refusé que son travail soit reconnu comme art et exempté de taxes. 

Ce n’est qu’à l’issue d’un procès et au bout de deux ans que l’artiste a obtenu raison.
Un journal de novembre 1928 déclare:

Futurist sculptor need not pay $4000 duty assessed by sceptical appraiser F.H.Kracke.

Le sculpteur futuriste ne doit pas payer les 4000 $ qui avaient été requis par l’estimateur sceptique, F.H. Kracke.

Voilà un « crack » qui a sa place dans la postérité.

Bien sûr, il est facile de se moquer après coup, et tout le monde n’est pas un visionnaire détecteur de futurs talents.

Il n’y a qu’une Peggy Guggenheim!

***

photo prise à l’expo Brâncuși à Bruxelles (prolongation jusqu’au 2 février) – journal américain de 1913 se moquant de l’art futuriste et cubiste.

19 commentaires sur « X c’est l’inconnu »

  1. Le moins qu’on puisse attendre d’une loi, c’est qu’elle définisse clairement les domaines où elle entend s’appliquer. Il faut bien admettre qu’aujourd’hui encore, l’art reste un monde aux limites hyperfloues et que les artistes sont le plus souvent autoproclamés 😉

    J'aime

  2. L’art ne se définit pas, il se goûte. Et quelquefois il peut être amer ou insipide, ou notre goût peut être trop dépendant de notre éducation, de notre environnement, de nos convictions, … ou pas assez. Tel iconoclaste me ravira, de tel autre je penserai qu’il se paie ma tête. L’art réside-t-il dans l’intention du créateur ou dans la perception du spectateur (ou de l’auditeur) ? Tenter de le définir me semble en tout cas en nier l’essence.
    Quoi qu’il en soit, l’expo Brancusi à Bozar vaut le déplacement. On y trouve même un atelier où tout un chacun peut s’essayer à … l’art !

    J'aime

  3. A mon très humble avis sur ce sujet, une oeuvre (quelle qu’elle soit) ne peut s’apprécier que si elle parle à notre esprit ou à notre coeur. A ce moment-là,on peut arguer qu’il s’agit d’une oeuvre d’art.
    Mais la frontière est étroite entre une appréciation positive et un rejet.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s