X c’est l’inconnu

Zaterdag 22 februari

Peut-on rire de tout, sans restrictions?

Pour la fille de Muanza, il est clair que non. Faites le test et partagez sur fb n’importe quel masque de carnaval: dans son zèle pourfendeur de toute forme de racisme ou d’exclusion, elle vous sabrera sans louvoyer.

Non, vous n’avez pas le droit de vous déguiser en « peaux-rouges », c’est insulter le « native American »!

Et en mousquetaire avec rapière et arquebuse, est-ce insultant pour les gars du Sud-Ouest?

Ou celui-là, monté sur échasses, dont la tête et même tout le torse émergent largement au-dessus de la foule, offense-t-il les nains ou les géants?

Bref, on peut avoir la vingtaine pétillante et voir le mal partout.

Peut-être, se dit Marie, devrais-je essayer de lui expliquer ce que c’est, le carnaval, même si elle est née aux Pays-Bas, et pas en Afrique?

Car il y a vraisemblablement un problème de transmission…

***

texte écrit pour Olivia Billington – merci à elle! – avec les mots imposés suivants: inconnu – restriction – clair – test – transmission – masque – zèle – louvoyer – émerger – arquebuse – pétiller

source de l’image ici – le texte dit: « char carnavalesque qui tient compte des sensibilités des juifs, des musulmans, des catholiques, de la gauche, de la droite, des conservateurs et des progressistes. »

40 commentaires sur « X c’est l’inconnu »

    1. merci Ghislaine!
      je comprends que ça puisse blesser si c’est ressenti comme une moquerie (blessante), c’est l’effet que me font certaines ‘blagues belges’, mais le carnaval est par essence ce jour unique dans l’année où on peut inverser les rôles, se moquer du pouvoir, de la religion, des politiciens…

      J'aime

  1. Comme disait Desproges, on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ! Maintenant, l’époque veut qu’on voit vraiment le mal partout, à tort ou à raison. Qu’importe, moi l’humour et la créativité des carnavaliers m’ont toujours amusée ! Belle et douce journée !

    J'aime

    1. oui c’est l’essence même du carnaval (dans nos régions, en tout cas ;-)) comme je viens de le dire ci-dessus en réponse à Ghislaine…
      mais Nana n’a pas du tout apprécié un groupe carnavalesque déguisé en « peaux rouges » et je n’ai pas compris où elle voyait le mal…
      merci, bonne journée!

      Aimé par 1 personne

  2. Très intéressant l’article sur le carnaval aux Pays-Bas.
    Nos carnavals sont bien les héritiers de la « fête des fous » du moyen âge, et à ce titre, libres de s’adonner à toutes sortes de « folies »‘. Certains, comme celui de Binche, sont plus codifiés, tandis que celui d’Alost semble privilégier la provocation, à mon avis gratuitement outrancière. Il devrait peut-être, par dérision, programmer ton char « vide » pour l’an prochain ?

    J'aime

  3. Bakhtine explique très bien l’esprit carnavalesque au Moyen Age au début de son livre sur Rabelais : « A l’opposé de la fête officielle, le carnaval était le triomphe d’une sorte d’affranchissement provisoire de la vérité dominante et du régime existant, d’abolition provisoire de tous les rapports hiérarchiques, privilèges, règles et tabous. »
    Les carnavals contemporains sont-ils encore vraiment habités par cet esprit ? On a l’impression que parfois on cherche à les figer dans un folklore-spectacle ou à les « instrumentaliser », ils doivent rester des fêtes du rire !

    J'aime

  4. J’ai vu les images du Carnaval d’Alost à la télévision, auxquelles on avait ajouté pour rappel celles de l’année dernière. Et j’ai pensé que c’était matière à « papier » de ta part.
    Je n’ai pas d’a priori et je connais l’origine de la permissivité des moqueries carnavalesques, mais je comprends que certains s’offusquent de la connotation, que j’ai trouvé moi aussi assez faschisante.
    Rire avec bonhomie de traits de caractères oui, mais les outrer grossièrement non.
    C’est épidermique je sais.
    Mais c’est comme pour toutes les épidémies, on craint toujours qu’il y ait début d’infection.

    J'aime

    1. l’an dernier, ils ont prouvé leur bonne foi (ces mêmes personnages de char avaient aussi servi l’année d’avant pour représenter des Arabes et personne n’avait rien trouvé à y redire) mais rien n’y a fait, au point que je me demande si aujourd’hui on aurait encore le droit de tourner un film comme rabbi jacob!

      J'aime

  5. J’ai l’impression qu’aujourd’hui tout est codé et mal perçu.
    Il faut savoir prendre du recul face à certaines manifestations et prendre les choses peut-être aussi un peu personnellement. Mais ce n’est pas donné à tout le monde!

    J'aime

  6. Pour les blagues belges, ne sois pas vexée et répond ce qui suit : Sais-tu pourquoi les français (on peut remplacer selon ton interlocuteur par toute autre nationalité) aiment tant les blagues belges ? C’est parce que ce sont les seules qu’ils parviennent à comprendre. et vlang !

    Aimé par 1 personne

  7. Ah, Muanza a une fille ?
    Je sais, ce n’est pas vraiment le thème du billet. Mais je n’ai plus fêté carnaval depuis longtemps et à l’époque le politiquement correct n’existait pas (ou du moins pas de la même façon).

    J'aime

  8. A part ce problème du carnaval dont j’ai entendu parler il y du politiquement correct concernant la nourriture!
    Figure toi que j’ai lu que des âmes bien pensantes s’offusquent du fait qu’il y ait des rayons « Exotiques » ou « Produits du monde » dans les supermarchés. Ce serait offensant pour certains descendants d’origine étrangère et de l’appropriation culturelle par les « blancs ». Bref, on n’a même plus le droit d’aimer faire des plats typiques d’autres pays! Et moi qui aime fabriquer des nems ou cuisiner des plats mauriciens, je suis donc une odieuse colonialiste ! 😉

    J'aime

      1. j’ose à peine encore manger un peu de viande, une ou deux fois par semaine, et ce midi en tranchant mon poireau je me suis demandé si je lui faisais mal, vu qu’il avait continué à pousser dans le frigo 😉

        J'aime

  9. Concernant le carnaval d’Alost, cela ne m’avait pas choqué l’an dernier. Mais personnellement, cette année, j’aurais joué un peu l’apaisement, ici, on a un peu l’impression qu’il y a une sorte de provocation, d’escalade. L’humour est de plus en plus difficile à notre époque. Je pense que quelqu’un comme Michel Leeb ne pourrait plus connaître la carrière qu’il a eu dans les années 1980 et 1990 avec ses imitations. Oui, « Rabbi Jacob » en 2020 susciterait la polémique. On est dans l’ère du politiquement correct, et les réseaux sociaux amplifient le problème.

    Bon Week-end Adrienne.

    J'aime

    1. à Alost, ils se sont cabrés, « touche pas à mon carnaval » et « je ferai précisément ce que tu m’interdis pour affirmer ma liberté », ils ont préféré ça à une reconnaissance de l’Unesco, c’est tout dire…
      sans la polémique de l’an dernier – imméritée – il n’y aurait pas celle de cette année: jamais un groupe carnavalesque ne refait la même chose, normalement 😉
      merci et bon week-end, petit Belge!

      J'aime

  10. J’avoue que je ne sais pas trop quoi penser de cette polémique.
    à la fois, j’ai envie de pouvoir rire de tout, et à la fois je suis une ultra sensible et me rends bien compte que certaines personnes peuvent être blessées. Pas toujours évident de trouver un juste milieu…

    J'aime

    1. si se déguiser en « peaux-rouges » est une insulte aux native Americans, alors on ne peut vraiment plus organiser de carnaval 😉
      tu comprends l’italien? alors teste ta sensibilité en lisant ceci: 🙂
      Un italiano è in Francia e sta facendo colazione con pane burro e marmellata e croissant, quando un francese, masticando la sua immancabile gomma, si siede accanto a lui. L’italiano lo ignora e il francese fa:
      – Voi il pane lo mangiate tutto?
      e l’italiano: »Certamente! ».
      Il francese, facendo un palloncino con la gomma, dice: « Noi no. In Francia noi mangiamo solo la mollica. La crosta la raccogliamo, la ricicliamo, la trasformiamo in croissant e la vendiamo in Italia! », con una smorfietta insolente.
      L’italiano resta in silenzio.
      Il francese insiste: « Ci metti la marmellata, sul pane?' » e l’italiano: « Sì… » ed il francese, rigirando la gomma tra i denti e ridacchiando, fa: « Noi no. In Francia a colazione mangiamo frutta fresca, mettiamo tutte le bucce e gli scarti in un contenitore, li ricicliamo, ne facciamo marmellata e li vendiamo in Italia! »
      L’italiano allora chiede: « Ma voi fate sesso? » ed il francese: « Eh, certo! » con un gran sorriso. « E cosa fate coi preservativi usati? » chiede l’italiano.
      Ed il francese: « Beh, li gettiamo via! »
      – Ah… noi no! – dice l’italiano – In Italia li mettiamo in un contenitore, li ricicliamo, li trasformiamo in gomma da masticare e li vendiamo in Francia!

      J'aime

      1. J’ai compris certains mots, mais j’ai dû me tourner vers un traducteur.
        Haha.
        Pour ma sensibilité, évidemment, comme tu pensais que j’étais Française… 😛 Cela dit, les blagues belges ne m’atteignent pas du tout, je n’ai pas la fibre patriotique. 🙂

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s