Question existentielle

200f9-3635908370

Quand elle tenait la main de grand-mère Adrienne, là sur son lit d’hôpital, ou qu’elle lui passait un peigne dans les cheveux, elle lui parlait.

Elle lui disait « Marraine, marraine » du ton dont on parle à un enfant malade.

A l’infirmière qui passait parfois, elle disait, comme s’il fallait s’excuser:

– Je ne sais pas si elle m’entend, mais je continue à lui parler ».
– Vous faites bien, répondait généralement l’infirmière, on a déjà eu le cas d’un patient sorti du coma qui avait continué à entendre ce qui se disait. 

Alors même si elle savait que grand-mère Adrienne ne sortirait plus du coma, elle lui caressait la main et lui parlait avec un courage renouvelé.
Dans la « bonne oreille » et en détachant bien les syllabes.

Aujourd’hui en lisant les conclusions des chercheurs de l’université de British Columbia (Vancouver, Canada) elle est toujours aussi heureuse de l’avoir fait.

Ils démontrent par l’imagerie cérébrale que l’ouïe est la dernière faculté que nous gardons, même si nous ne sommes plus capables de répondre ou d’interagir: jusqu’à notre dernier souffle, nous entendons. 

***

photo du dessus, grand-mère Adrienne entourée de ses parents, juste avant la guerre de 14 – photo du dessous, grand-mère Adrienne et son époux, juste avant la guerre de 40.

55d6e-3357694032-4

24 commentaires sur « Question existentielle »

    1. j’ai rencontré au fil des ans deux sortes d’infirmières: celles qui haussent les épaules en disant d’un ton légèrement moqueur ‘si vous croyez qu’il/elle vous entend…’ et celles comme avec ma grand-mère

      J'aime

  1. J’ai effectivement toujours entendu dire que les personnes dans le coma entendaient, tu as bien fait de lui parler.
    D’ailleurs même si elle n’a pas entendu, tu voulais lui faire du bien, et c’est le principal.
    Bon dimanche Adrienne

    J'aime

    1. oui c’est vrai on le fait d’abord pour soi, pour se consoler ou se réconforter soi-même en se donnant l’impression qu’on fait quelque chose de bien 😉

      J'aime

    1. avoir été entendue aurait été un « plus »
      j’avais tout de même l’impression qu’elle le « sentait » quand je lui peignais les cheveux (elle aimait que je le fasse, quand elle était hospitalisée, alors j’ai continué pendant son coma)
      merci Mo!

      J'aime

  2. Hélas pour les cheveux, je n’en ai déjà presque plus, pratiquement rien à peigner… Il ne me reste qu’à insister pour qu’on me laisse mes prothèses auditives jusqu’à mon dernier souffle… Et qu’on n’oublie pas d’en changer régulièrement les piles. Mourir, la belle affaire, mais vieillir… Désolé, mais je me suis levé d’humeur météorologique 😉 .

    J'aime

      1. Ben si, justement… Je me suis levé sous un ciel si bas qu’un canal s’est sûrement pendu durant la nuit. Impossible de déjeuner dehors : les sièges étaient trop humides et il faisait trop froid… Mais on dirait que la situation commence à s’améliorer 🙂 .

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s