X c’est l’inconnu

Une bible bien plus ancienne que l’ouvrage signé Tante Léa  est également en possession de l’Adrienne qui ne sait plus du tout – mais alors vraiment plus du tout – comment elle est arrivée chez elle.

Elle date de 1906 et s’intitule en toute simplicité 🙂 L’Art de bien manger suivi de l’Art de choisir les vins et de les servir à table et d’un chapitre spécial, orné de figures explicatives sur le découpage. 

« Le tout recueilli et annoté par Edmond Richardin ».

On y trouve les aphorismes de Brillat-Savarin, une préface d’André Theuriet, des reproductions d’estampes expliquées par Gustave Geffroy…
Bref, vous n’avez qu’à lire la page de garde sur la photo ci-dessus et vous saurez tout 🙂 On peut même le lire en ligne sur Gallica.

Parmi les luxueux menus cités en fin de volume, voyons celui offert au prince Tenicheff (1844-1903) le premier janvier 1900 à l’Elysée Palace Hôtel

Huîtres natives.
Hors-d’oeuvre à la russe.
Crème Windsor.
Consommé Chevreuse.
Truite au bleu sauce mousseline.
Selle de chevreuil grand veneur.
Chasse royale.
Salade Palace.
Parfait de foie gras au porto.
Fonds d’artichauts au velouté.
Bombe 1900.
Corbeille de friandises.
Dessert.

L’ouvrage, en plus de son origine inconnue, ne dit pas ce qu’est la crème Windsor, le consommé Chevreuse, la chasse royale, la salade Palace… ni d’où les huîtres sont natives… justifiant ainsi triplement la place de ce billet sous le titre X c’est l’inconnu 🙂

30 commentaires sur « X c’est l’inconnu »

  1. Les termes utilisés dans les menus sont souvent mystérieux.
    Par contre, chasser le gibier dans les domaines royaux (par exemple dans le domaine royal de Ciergnon ), ça se fait toujours.

    J'aime

  2. C’est un peu copieux, non ?
    J’ai bon appétit et je suis effrayée par la quantité de nourriture proposée. À moins de n’avaler qu’une bouchée de chaque plat, j’aurais calé bien avant le dessert.
    Heureusement que je ne suis pas Princesse Tenicheff, j’aurais eu bien du souci.

    J'aime

    1. Dans le livre « la cuisine au jour le jour, 365 menus saisonniers » le deuxième conseil prodigué à la ménagère dit: « de plus, une nourriture bien préparée et proprement servie prédispose à la bonne humeur et a une influence considérable sur le moral de la famille ».
      En bonne ménagère, vous ne devez pas oublier de vous gâter.
      😉

      Aimé par 1 personne

  3. Merci d’avoir sorti ce trésor de ta bibliothèque, cette page de titre copieuse – comme on n’en fait plus – me met littéralement en appétit de lecture, d’autant plus que cette bible de cuisine est illustrée. Dommage qu’il y ait une faute d’orthographe : « Le tout receuilli » !

    J'aime

  4. On a une indigestion rien qu’à lire le menu… Et le « dessert » est bien mystérieux après la bombe et les friandises…
    On ne saura jamais si c’était vraiment bon, en fin de compte? 😉

    J'aime

  5. J’ai feuilleté cet ouvrage culinaire sur Gallica.
    Page 114, Homard à l’Américaine, façon Drouant.
    Découper un homard bien vivant, c’est cruel, mais indispensable […]
    Le temps de cuisson indiqué me semble un peu « surcuit ».

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s