H comme Halimi

C’est une chose que l’Adrienne a toujours trouvée bizarre, qu’en France une femme prenne le nom de son mari.
Sans garder trace de son nom de naissance.
Et encore plus bizarre qu’elle puisse le garder après un divorce.

C’est aussi ce qu’a vécu Gisèle Halimi, qui ne s’appelle donc pas Gisèle Halimi 😉

Mais quel destin!
Quelle femme!

Une de celles qui ont droit à toute notre reconnaissance.

***

Un bel entretien ici, avec tant de choses reconnaissables sur le vécu d’une petite fille, alors que nous ne sommes ni du même pays, ni de la même génération.

28 commentaires sur « H comme Halimi »

  1. C’était pareil dans la société où je travaillais : les femmes mariées y étaient désignées sous leur nom d’épouse. Un jour, la loi a évolué et lors des élections sociales, il est devenu obligatoire de se présenter sous son nom propre. C’est ainsi qu’une dame a quitté le conseil d’entreprise où elle siégeait depuis des années : personne ne l’avait reconnue sur les listes de candidat·e·s ! 😉
    En compensation sans doute, le patron de mon épouse, lui, m’appelait Monsieur Navez (le nom de ma femme).

    J'aime

      1. En France aussi.
        Il y a le nom patronymique, le seul reconnu, et le nom d’usage, le nom d’épouse. Et maintenant en France un homme peut adopter le nom de sa femme s’il le souhaite. Mais le nom des impôts par exemple est le nom de naissance pas le nom marital.

        J'aime

  2. Grâce à elle, à quelques autres, le 20ºs. a été le siècles des femmes, celui où les lois ont changé…faire entrer tout cela dans les « habitudes » est le travail du 21ºs!

    En Espagne les femmes gardent leur nom, même aucune mention de celui de leur mari sur la carte d’identité.

    J'aime

  3. Lorsque j’ai été répudiée : 22 ans de « nom de jeune fille » et 35 ans de nom marital ; l’autorisation de porter le nom marital faisait partie des clauses sur l’acte de divorce, il est des noms de naissance trop lourd à porter.

    J'aime

  4. Qu’il s’agisse de Gisèle Halimi ou de Simone Veil, on voit bien que le nom n’est qu’une facilité administrative.
    Après, ma foi, qu’on se soucie plus chez les hommes de prouver la filiation du côté mâle m’a toujours paru étrange et inefficace.
    Mâles et femelles ne valant pas plus cher l’un que l’autre, on peut légitimement se sentir plus à l’aise quand on est le descendant de Marie Curie ou Antoine Lavoisier que celui de Marie Tudor ou Adolf Hitler.

    J'aime

  5. J’ai revu le film où elle défend deux lesbiennes violées, elle était extraordinaire, j’ai une grande admiration pour Simone Veil aussi, les féministes d’aujourd’hui me semblent trop dures.

    J'aime

  6. Mon ex mari a exigé que je reprenne mon nom de jeune fille… Pas grave, même si le nom de mon père, j’étais contente de m’en être débarrassée.
    J’ai une grand tante qui s’est mariée avec un belge . Un jour mon père est allé voir son notaire, il est rentré en disant que celui-ci ne la connaissait pas. Mon père avait donné son nom de « femme mariée » et le prénom par lequel elle se faisait appeler. En fait elle n’utilisait pas son vrai prénom, et le notaire la connaissait avec celui ci, et son nom de « jeune fille » 😉
    Le nom finalement importe peu , ce qui compte c’est ce que nous faisons.

    J'aime

  7. Beaucoup d’admiration pour cette femme combative. Garder ce nom après le divorce, je suppose que c’est lié à sa notoriété, mais comme tu l’écris, c’est bizarre, d’autant plus qu’elle s’est ensuite remariée.
    Je me souviens qu’après le divorce d’une de nos collègues, nous avons quasi toutes opté pour l’emploi de notre « nom de jeune fille » (nom de naissance ?) à l’école, mais certains, et même des élèves, s’obstinaient à utiliser les noms d’épouse. Ma mère préférait qu’on l’appelle du nom de son mari et a dû s’habituer à son abandon à la maison de soins.

    J'aime

  8. En ce qui me concerne, j’ai gardé mon nom de « jeune fille » après mon mariage par flemme de modifier la paperasse administrative… Il faut dire que Marc et moi nous sommes mariés à 65 ans, nous avions pris le temps de réfléchir après 38 ans de vie comme commune. Ce qui fait que j’étais très habituée à mon nom… 😉

    J'aime

  9. mes enfants ont forcément le nom de mon mari! Personne ne porte mon nom à moi, tellement plus beau, plus original et tout et tout.
    Ce qui fait que je me sens « à part », avec mon si beau nom qu’aucun ne porte!!! pffffffff

    J'aime

    1. je suis assez dubitative à propos des nouvelles lois qui autorisent de donner le nom de la mère (ou les deux réunis!) aux enfants, et pas seulement à cause du souci que ça donnera aux généalogistes du futur 😉
      Mais parfois, c’est vrai, un nom est si joli ou si unique qu’il le mériterait 🙂

      J'aime

  10. Tu me rappelles un autre : Alphone Halimi, boxeur pied-noir de Constantine.
    Il a un jour vaincu un Anglais, il a sauté sur le ring en hurlant « J’ai vengé Jeanne d’Arc ».
    Chacun a comme ça, des références étonnantes… 😉

    J'aime

  11. Quand je me suis mariée, en 1987, je n’ai pas eu le choix, j’ai dû prendre le nom de mon mari. Et c’est vrai que c’était perturbant! Se présenter avec une nouvelle identité, changer de signature, s’annoncer au téléphone, etc. Une année après, la loi a changé et j’aurais pu reprendre mon nom de naissance. Je ne l’ai pas fait, parce que mon mari, je l’avais choisi, et les contentieux avec mon père étaient loin d’être tous réglés…

    Aimé par 1 personne

  12. Suis bien contente de n’avoir jamais changé de nom, quoiqu’au travail on m’appelait madame Lejeune. J’aime mon patronyme car en plus c’est le nom de la commune où je suis née.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s