O comme objet inconnu

L’Île du Point Némo

Holmes fit une courte pause et leva un doigt, requérant l’attention de Canterel sur la suite: « Pour épaissir ce que les habitants du cru appellent déjà le “mystère des trois arpions”, il convient de noter qu’il met en scène trois pieds droits de pointure différente, mais chaussés du même modèle de basket.»
— De quelle marque? demanda Canterel.
— Anankè…
— J’espère que vous n’avez pas fait tout ce chemin uniquement pour me raconter ça ?
Il introduisit une langue de chat dans le mouille-biscuit que Miss Sherrington avait déposé près de sa tasse et trempa l’ensemble quelques secondes dans son thé.
— Anankè, dites-vous ? reprit-il en portant le biscuit humecté à ses lèvres.
— Oui, dit Holmes. Le « destin », l’inaltérable « nécessité» des Grecs…
— Sauf que cette marque n’existe pas, continua Grimod en humant son verre de whisky.
— Mais qu’en revanche, ajouta Holmes, c’est le nom de la pierre précieuse qui a été volée cette semaine au cœur du même triangle, à Eilean Donan Castle…

Jean-Marie Blas de Roblès, L’île du Point Némo, éd. Zulma, 2014, p.18-19

***

Si quelqu’un sait à quoi ressemble un trempe-biscuit, qu’il le fasse savoir, une petite recherche g**gl* ne mène qu’à des cochoncetés, comme on dit chez Zazie (celle du métro :-))

***

Image de couverture et toute l’info ici sur le site des éditions Zulma.
Premières pages à lire ici ou un autre extrait à écouter ici.

14 commentaires sur « O comme objet inconnu »

  1. Je ne sais pas ce qu’est-un « trempe-biscuit » mais va savoir à quoi pensait vraiment Jean-Marie Blas de Roblès en utilisant le mot…
    Comme disait l’abbé de Lattaignant en écrivant « le mot et la chose ».

    J'aime

    1. oui, la cuiller à sucre ajourée, je connais 😉 mais pour ce trempe-biscuit j’imagine plutôt une sorte de pince qui permet de tremper puis de porter à la bouche en utilisant cet ustensile plutôt que les doigts, si tu vois ce que je veux dire?
      (non, pas de tea time, je suis redevenue totalement café 😉 par contre je rêve d’un bon moelleux au chocolat ;-)))))

      Aimé par 1 personne

  2. Perso, je ne trempe jamais mes biscuits, sauf les speculoos. Et je n’ai pas besoin d’un trempe-biscuit. Mais l’important, c’est surtout le temps de trempage ! Un chercheur anglais nous l’affirme, c’est trois secondes et demie : https://www.courrierinternational.com/article/1998/12/23/tremper-son-biscuit-en-trois-secondes-et-demie . L’info date de 2005, alors que dès 2000 le metteur en scène Jean-Michel Frère et le comédien Philippe Vauchel (tous deux belges) l’avaient déjà découvert : https://www.lesoir.be/art/trois-secondes-pour-tremper-un-biscuit-jean-michel-frer_t-20000301-Z0HXT5.html

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s