R comme railleries

Enquête sur l’Académie française / Revue Europe - Idées - France Culture

Railler l’Académie française est un sport auquel la France s’adonne depuis la création de cette immortelle institution et si vous voulez en lire un bel exemple, cliquez donc sur celui-ci, publié dans l’Express en 2012.

En littérature aussi on en trouve de nombreux exemples – rappelez-vous ce passage de Cyrano de Bergerac – et cela donne toujours une une petite note humoristique.

Comme dans Le Testament français d’Andreï Makine, à la page 49, quand il évoque la visite à Paris du Tsar Nicolas II et de son épouse Alexandra:

Et même entre les murs de l’Académie française où l’odeur des vieux meubles et des gros volumes poussiéreux nous étouffa, ce « je ne sais quoi » lui [à Alexandra] permit de rester femme. Oui, elle l’était même au milieu de ces vieillards que nous devinions grincheux, pédants et un peu sourds à cause des poils dans leurs oreilles. L’un d’eux, le directeur, se leva et, avec une mine maussade, déclara la séance ouverte. Puis il se tut comme pour rassembler ses idées qui, nous en étions sûrs, feraient vite ressentir à tous les auditeurs la dureté de leurs sièges en bois.

Ça, c’était en 1995.

En 2016, Andreï Makine a été élu au fauteuil numéro 5 dont on veut bien croire qu’il est confortablement capitonné 🙂

Mais ce qui a le plus fait rire l’Adrienne, c’est sur cette même page la description de son épée d’académicien.

***

Source de l’illustration ici.

11 commentaires sur « R comme railleries »

  1. Il parle de « belle épopée académique ». Il y a aussi les épopées tardives…
    J’espère que tout se passe bien de ce côté là.

    J'aime

  2. Moi j’aime bien ces institutions, malgré leurs apparences poussiéreuses. Je vis loin du berceau francophone et ça me rassure un p’tit peu, juste un brin, de savoir qu’une telle institution existe. Si elle n’existait pas on en inventerait une autre.

    Nous avons ici, notre propre institution mais le fait de savoir que des racines existent ailleurs a quelque chose de rassurant. Ces institutions qui veillent à la pérennité ne peuvent pas être souples, dynamiques et changeantes. Ces gens sont des conservateurs. Et puis, comment pourrait-on être un membre à l’âge de 18 ans? Il faut avoir du vécu, avoir écrit et lu avant de se prétendre spécialiste.

    Aimé par 1 personne

    1. je vois ça tout à fait différemment… il y a 150 000 ans (dans les estimations les plus minimalistes) que le langage existe mais depuis trois siècles on voudrait graver sa propre version dans le marbre… non seulement ce n’est pas ainsi que ‘vivent’ nos langues mais c’est aussi donner une importance prépondérante (et à mon sens un peu risible, oui ;-)) à toutes sortes de chipotages avec cette langue (concernant son vocabulaire, sa grammaire, son orthographe)

      J'aime

  3. Pourquoi ils n’ont pas marché mes alt 250 ? Je rectifie :
    Un train – des rails
    et
    Une Académie française – des vieillard·e·s cacochymes !
    J’ai dû été trop vite ! 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s