X c’est l’inconnu

devoir de Lakevio du Goût_50.jpg

Être un petit enfant, c’est avoir une vie pleine d’injonctions.

Va chercher le pain. Ne mets pas tes coudes sur la table. Tiens-toi droite. Ne cours pas comme ça, tu vas tomber. Mange ta soupe. Ne perds pas la monnaie. On ne chante pas à table. Tais-toi quand les grandes personnes parlent. Finis ton assiette. Occupe-toi de ton petit frère. Dis bonjour à la dame.

Être un petit enfant, c’est avoir une vie pleine d’injonctions.

Et rire quand même.

***

« Mais qu’a donc vu ce gamin qui le fait courir si joyeux ? » demande Monsieur le Goût pour son 50e devoir de Lakevio du Goût. « J’ai bien une idée… Mais vous ? Que vous inspire ou vous rappelle cette photo de Willy Ronis ? »

49 commentaires sur « X c’est l’inconnu »

      1. pour moi c’est ce petite texte de Cocteau:
        « Mange ta soupe. Tiens-toi droit. Mange lentement. Ne mange pas si vite. Bois en mangeant. Coupe ta viande en petits morceaux. Tu ne fais que tordre et avaler. Ne joue pas avec ton couteau. Ce n’est pas comme ça qu’on tient sa fourchette. On ne chante pas à table. Vide ton assiette. Ne te balance pas sur ta chaise. Finis ton pain. Pousse ton pain. Mâche. Ne parle pas la bouche pleine. Ne mets pas tes coudes sur la table. Ramasse ta serviette. Ne fais pas de bruit en mangeant. Tu sortiras de table quand on aura fini. Essuie ta bouche avant de m’embrasser. Cette petite liste réveille une foule de souvenirs, ceux de l’enfance. C’est très longtemps après qu’on arrive à comprendre qu’un dîner peut être un véritable chef-d’œuvre. »

        Jean Cocteau, « Petite lettre à la dérive »

        J'aime

      2. j’ai écouté, je ne connaissais pas du tout (et je ne suis pas du tout d’accord avec le message que ça véhicule, ça me fait penser à certaines « vedettes » qui aiment se vanter à quel point elles étaient cancres à l’école et « n’y ont rien appris »)

        Aimé par 1 personne

      3. J’y vois plutôt une critique des anciennes conceptions de l’école.
        Et s’il existe bien une posture du cancre fier de l’être, il est aussi vrai que l’école, parfois, est une expérience négative, voire traumatisante.
        Par exemple, j’ai coutume de dire que le peu de néerlandais que je connais, je l’ai appris malgré l’école et tout ce qu’elle a fait pour me décourager.

        J'aime

    1. je ne sais pas si les injonctions infinies reçues pendant toute l’enfance (et l’adolescence) permettent d’aborder plus sereinement les frustrations à l’âge adulte, personnellement je ne vois pas le rapport 😉

      J'aime

      1. devoir se taire peut-être frustrant, devoir attendre que les grandes personnes aient fini de parler… ce qui n’arrivait jamais 😉 c’est en effet un bon exemple.
        vers mes cinq à sept ans j’avais un cauchemar qui revenait souvent, je voulais avertir ma grand-mère d’un danger mais les grandes personnes parlaient entre elles et personne ne m’entendait

        J'aime

  1. Comme quoi les enfants savaient très bien se moquer des injonctions parentales !
    J’avoue que dans mon enfance j’étais un grand résistant à ce genre de choses. C’est peut-être ce qui m’a sauvé…
    un texte bref mais tellement parlant.

    J'aime

      1. je sais que c’est incroyable
        le seul problème c’était manger la soupe
        il a été réglé définitivement vers mes cinq ou six ans.

        J'aime

  2. J’ai une amie de longue date d’origine noble qui a été élevée strictement dans une famille coincée. Dès qu’elle l’a pu, elle ne s’est plus servie que d’un langage de charretier qui est devenu le seul qu’elle emploie avec délectation pour choquer l’entourage…

    J'aime

    1. moi ce sont les injonctions que je ne supporte plus et pendant ma carrière de prof j’ai eu besoin de bien m’entendre avec ma direction parce que si on n’était pas sur la même longueur d’ondes, ça pétait des flammes 😉

      J'aime

  3. Qui sait ? Peut-être vivait-il dans une famille détendue et aimante ? Qu’il ne subissait pas d’injonctions à longueur de journée ? A cette époque aussi, toutes les familles n’étaient pas faites sur le même moule.

    J'aime

  4. Oui, c’est un peu triste, mais bon, c’est court et efficace… Et il sourit quand même (je paraphrase, là…) Disons qu’il y avait parfois ces injonctions, certes, mais le ton sur lequel elles étaient proférées faisait toute la différence (parfois).

    J'aime

  5. L’intelligence de l’enfant est si grande. Enfant on est dans l’instant et l’instant c’est la joie.
    Mais toutes ces injonctions, injustices vécues dans l’enfance laissent ses marques en nous et nous ont éloigné de l’instant. Pourtant la même joie se trouve intacte en nous…

    J'aime

  6. Le rire, c’est comme le disjoncteur. Tu appuies sur un bouton et d’un coup ce sont les injonctions qui deviennent ridicules à force de tourner dans le vide !

    Encore plus gratuit, et c’est à ça qu’il me fait penser le gamin. Le tirage de sonnette !

    J'aime

  7. Je ne sais plus comment je vivais toutes ces injonctions, ces ordres, ces réprimandes, mais je réalise combien les adultes sont infernaux avec les enfants. Car c’est quoi cette vie sans droit ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s