J comme jet set

devoir de Lakevio du Goût_52.jpg

C’est vers l’âge de seize ans qu’il a décidé que son prénom était trop commun. Depuis, il se fait appeler Jean-Frederick. Il tient beaucoup à ce -ck, qui doit le singulariser. Il a hésité sur l’opportunité d’un Y et d’accents, Jean-Frédéryck, mais point trop n’en faut, s’est-il dit.
Faisons chic et classe.

C’est aussi dans ce but qu’il s’est laissé pousser la barbe et les cheveux, dans un savant mélange de soigné-négligé qui lui demande chaque matin une demi-heure de travail dans sa salle de bains.
Et parfois une retouche en cours de journée.

Il ne porte que du noir, dans l’idée que c’est le summum de l’élégance, ne fume que des petites cigarettes brunes et sourit rarement.
Il trouve que l’air légèrement blasé convient mieux.
Il faut garder la distance.

Les bras croisés, l’attitude fermée, le regard vaguement posé sur Marie-Caroline en train d’admirer des boucles d’oreilles dans la vitrine d’un bijoutier, il se dit que ce week-end il fera sa demande. Les parents de Marie-Caroline semblent l’apprécier.
Il n’y aura pas de pépin.

C’est à ce moment-là que passe Cindy, une ancienne camarade de classe.
Qui le reconnaît, malgré son look et les années passées depuis leurs quatorze ans.
Trop tard pour l’esquiver.
Elle lui lance, toute joyeuse:

– Kévin! Oh! Kévin! Quelle bonne surprise!

***

écrit pour le 52e devoir de Lakevio du Goût – merci à lui! – avec la consigne suivante:

Mais que peut bien avoir ce type ? Que vous inspire-t-il ?
J’espère que vous en direz quelque chose lundi.

37 commentaires sur « J comme jet set »

  1. Plus facile de se singulariser par un prénom que par une façon d’être 😉
    Bref, travailler l’intérieur, c’est plus dur et cela demande surtout de nombreuses années d’apprentissage !

    J'aime

  2. Je peux comprendre Kévin (enfin…. Jean-Frédérick. Car j’étais la seule à des kilomètres à la ronde à porter mon prénom de naissance, et je remplaçais deux soeurs mortes à 4 et 16 ans !

    J'aime

  3. Pas facile de choisir un nom. Quand mon fils est né je n’avais pas encore trouvé son nom. La marraine, ma soeur a proposé Louis nom que j’ai aimé et Louis aime son nom. Devoir accompli.
    Votre texte est comme toujours bien ficelé et Kevin de la fin je ne m’y attendais pas.

    J'aime

    1. non pas facile, je me souviens quand mon premier cousin est né, ma tante refusait tous les noms qu’on lui proposait sous prétexte qu’elle avait eu un élève portant ce nom-là 😉
      (elle avait été institutrice pendant dix ans)

      J'aime

  4. Originale ton idée de prénoms.
    C’est marrant mes fils ont 33 et 30 ans, je ne leur ai pas connu de copain s’appelant Kevin, et encore moins de Jean Frédérick 😉
    Par contre mon frère a un ami (breton) qui s’appelle Yves Marie.
    Reste à savoir comment va réagir Marie-Caroline ! 🙂

    J'aime

    1. pas d’Yves Marie par chez nous mais j’ai eu un élève qui s’appelait Jean-Frederick, une partie de sa famille était francophone, il a lui-même déjà trois enfants entre-temps 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s