Stupeur et tremblements

Comme de nombreux autres « classiques de printemps », le tour des Flandres avait été reporté à l’automne.

Il a eu lieu dimanche dernier et passait bien évidemment devant la porte de l’Adrienne.

Jusque-là, rien de nouveau.

Mais deux ou trois semaines avant l’événement, elle a trouvé dans sa boîte aux lettres un carton émanant du parti d’extrême-droite flamand, l’invitant à accrocher un certain drapeau à sa fenêtre.

Et le même jour – ou était-ce le lendemain – la même injonction fleurissait sur les réseaux sociaux, cette fois de la part de l’autre parti flamand.

Les deux s’offrant bien sûr à fournir la chose gratuitement, sur simple demande.

Et bien voulez-vous que je vous dise?

L’Adrienne a pris peur.

Pendant des jours – et surtout des nuits – elle a eu des visions de rues pavoisées où seules quelques maisons – dont la sienne – ne seraient pas aux bonnes couleurs.

Elle a eu des visions d’Allemagne années trente et d’une certaine nuit de novembre.

Même si les spécialistes vous disent qu’il n’y a pas de comparaison possible.
On ne contrôle pas son ressenti.

Bref, elle s’est dit je ne reste pas ici, ceci n’est pas ma Flandre, je déménage.

Elle s’est mise à chercher les prix des maisons et appartements en Wallonie.

Puis le jour J est arrivé.

Dimanche 18 octobre.

Et sur toute la longueur de sa rue, l’Adrienne n’a vu qu’un seul drapeau.

Un seul.

D’un type qui ne répond jamais à son bonjour.
Pourtant elle lui dit goedendag avec l’accent qu’il faut 😉

Tout n’est donc pas perdu, s’est-elle dit.

Et elle a décidé de rester.

49 commentaires sur « Stupeur et tremblements »

      1. Et puis, Membre, c’est un tout petit patelin perdu loin de tout (sauf de la France) et en hiver ça ne doit pas être très rigolo. Marche, c’est une petite ville sympa et bien équipée en commerces, services et hôpital, c’est un peu plus rassurant que le milieu de nulle part, surtout à nos âges !
        … Oh, pardon, j’oubliais que toi tu es une jeunette !

        J'aime

      2. Pour s’adonner à la Marche, on a besoin de Membre inférieur, donc je te conseille plutôt Jambes, aux portes de Namur 😉 ! Comme cela, on pourra dire de toi : Adrienne Bouge 😉 .

        J'aime

  1. Quand j’entends la Marine en haut des sondages, moi aussi j’ai peur et je tremble … et puis je me rassure en me disant que tous ces sondages sont plus ou moins fiables 😉

    J'aime

  2. Ce qui m’inquiète, ce n’est pas tant ces partis en eux-mêmes (en Wallonie, c’est plutôt faucille et marteau que lion), mais le nombre de gens qui croient y voir une solution ou un avenir.

    J'aime

      1. Je crois que les motivations sont essentiellement racistes et xénophobes (du moins à la base), avec la haine du francophone et du « wallon » fainéant et profiteur… avec ça tu vas loin… hélas.

        J'aime

  3. Sinon, il y a la Wallonie du Sud : Ploumanac’h-en-Famenne, Vallon-pont-de-Berguème-sur-Ardèche mais là, ca fait peut-être un peu trop « je retourne chez maman », non ? 😉

    J'aime

  4. Ben oui, c’est l’UDC-SVP. « Union démocratique du centre » (le nom francophone), « Schweizerische Volkspartei » (le nom allemand). Droite populiste, xénophobe, anti-européenne, traditionaliste suisse, fort bien implanté dans les petites villes et les campagnes de la Suisse alémanique protestante (mais pas que…).

    Mais comme la Suisse, au niveau fédéral, a un gouvernement de sept membres qui regroupe les principaux partis, l’UDC-SVP y siège aux côtés des socialistes, des démocrates-chrétiens et des radicaux (un peu l’équivalent des libéraux belges).

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Union_démocratique_du_centre

    J'aime

  5. Je suis un peu rassurée en lisant la fin de ton histoire, pcq pour le moment, je l’avoue, je suis plutôt désespérée… si je n’avais mon fils à Waterloo, je pense que j’aimerais partir aussi..
    Mais sans voiture, c’est vraiment difficile. Je comprends également ta peur…

    J'aime

    1. je reviens juste de chez toi où j’ai vu que tu nous traites tous de (je cite de mémoire) « Flandriens qui refusent les patients francophones », ce qui me montre à la fois du mépris et une grave injustice.

      J'aime

      1. la faute au titre, pour le moins, puisque quand on lit l’article on voit que les hôpitaux de Flandre ont accueilli et continuent d’accueillir des patients de partout en Belgique, même celui d’Alost…

        Aimé par 1 personne

      2. Personnellement, j’avais été soulagée en apprenant que les hôpitaux alostois avaient affirmé qu’ils continueraient à prendre en charge des patients Covid venant d’autres endroits en Belgique.
        😉

        J'aime

  6. J’ai regardé le Tour des Flandres…Pauvre Alaphilippe, notre auvergnat, qui est tombé à cause d’une moto et s’est fracturé le poignet à quelques km de l’arrivée. M’est avis qu’il aurait battu les 2 premiers et que c’est grâce à lui qu’ils ont pu être devant, vu que c’est lui qui a lancé l’échappée (belle l’échappée)…Celui qui a gagné est le petit fils de Poupou, Van Der Poel, un belge, c’est donc un moindre mal – je n’ai pas regardé s’il est flandrien, pour moi, un belge c’est un belge, comme l’est un breton, un niçois, un auvergnat, un alsacien…Quant à la politique, elle devrait être interdite dans le sport..quoique, les vainqueurs sont heureux d’afficher leur drapeau national..mais, cé pas pareil ma brave dame..

    J'aime

    1. oui il arrive trop d’accidents avec les motos ou autos, alors qu’il y a déjà bien assez de risques de chutes et d’accrochages entre cyclistes…
      et les drapeaux, ah! il y aurait beaucoup à en dire 😉 j’ai une amie dont les enfants sont troisième génération mais ils ne cessent d’agiter le drapeau tunisien 😉

      J'aime

  7. comme l’est un breton, un niçois, un auvergnat, un alsacien
    Ha, ha, j’ai oublié une phrase. On supposerait à lire ce que je viens d’écrire que nous sommes tous belges. Je rajoute donc….. comme est français un breton, un niçois (contrairement à ce que dit un pote blogueur), un auvergnat………..

    J'aime

    1. j’avais compris 😉
      certains croient que « l’Europe des régions » serait la solution à ce problème nationaliste mais je n’en suis pas du tout convaincue
      (et oui, bizarrement, voir agiter des drapeaux bretons me perturbe moins que des flamands ;-))

      J'aime

      1. En fait, Mathieu van der Poel est un coureur cycliste néerlandais; le Belge, c’est Wout van Aert, celui qui est arrivé deuxième.

        J'aime

      2. je n’ai pas regardé la course, sauf au moment de prendre cette photo et les deux qui roulaient seuls en tête, je n’avais aucune idée de qui ils étaient 😉

        J'aime

      3. Je n’ai pas regardé la course non plus, mais de ce côté-ci de la frontière linguistique, on utilise l’adjectif batave quand on parle du petit fils de Poupou.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s