Y comme y a pas que

Cousin numéro trois est marathonien. Champion de triathlon. Amateur des parcours les plus lourds, de ces ‘trails’ où il faut grimper des dénivelés boueux.

Apparemment, il n’est pas le seul.
Apparemment, le ‘trail’ ne leur suffit pas.
Il leur faut de l’ultra-trail.
Et c’est l’équipe belge qui vient de remporter les championnats du monde de cette discipline, devant les Etats-Unis.

Course d’endurance et ‘last man standing‘, comme dans le film They shoot horses, don’t they.

Ce last man standing, c’étaient deux Belges, dont un incroyable champion qui s’appelle Karel Sabbe et est dentiste à Gand:

« Cette fois, il vient de repousser les limites physiologiques de l’être humain puisque jamais avant lui un homme n’avait couru 75 heures, plus de trois jours et trois nuits donc, parcourant 503 kilomètres sans s’arrêter. »

Tout ce que vous voulez savoir sur cette compétition: ici.

27 commentaires sur « Y comme y a pas que »

  1. Vive la famille chez nous moi aussi. Une fille et son mari; un fils et son épouse mais je classe cette passion plutôt dans X, je cherche mais je ne comprends pas tout.
    😉

    J'aime

    1. Voilà 🙂
      Et le plus incompréhensible de tout, c’est que cousin numéro 3 a eu de gros problèmes cardiaques et a quand même repris les entraînements…

      J'aime

  2. J’ai du mal à comprendre moi aussi ce besoin de se surpasser, de martyriser son corps à ce point !!! Comme un ami belge de 69 ans qui vient de courir le marathon et m’envoie des photos de graphiques d’une montre spéciale (je suppose) qui mesure tout: pulsations, parcours..

    J'aime

  3. C’est curieux comme on peut mourir d’épuisement au travail après trois semianes de 60heures en cinq jour et résister à un sport dément au point de courir 75 heures durant et assez vite pour aller de Béthune à Montluçon…
    Quand je lis que l’homme est la seule espèce intelligente sur Terre, je me demande si c’est fondé… 😉

    Aimé par 2 personnes

  4. Le goût d’expérimenter ses limites physiques m’est plutôt étranger, mais ces sportifs y trouvent sans doute ce qu’ils cherchent, sinon ils ne continueraient pas. Cela dit, bravo pour ces performances records !

    J'aime

  5. Avec le sport de haut niveau, on produit ces hormones : les endorphines, auxquelles on devient addict, semble-t-il.
    Personnellement, comme je me tiens à l’écart de toute drogue, je vais me contenter de jardinage en guise de sport! 😉

    Aimé par 1 personne

  6. Des trailers, on en rencontre de plus en plus en montagne. Ils courent comme des fous chaussés de baskets, avec un équipement minimal sur le dos, quelles que soient les conditions.
    Je trouve ça fou (à mon avis ils ne sont pas faits comme toi et moi!), stressant et je me demande jusqu’où ils vont repousser les limites.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s