X c’est l’inconnu

Tu devrais voir ce cirque, raconte l’amie au téléphone, quand je rentre des courses, le vendredi matin.

Oui, parce qu’elle y va le plus tôt possible, dans l’idée que pommes et poires n’ont pas encore été manipulées par cent autres mains, et elle n’y va qu’une fois par semaine.

Tu devrais voir ce cirque et combien de temps ça dure avant que tout ce que j’ai acheté soit enfin rangé!

J’imagine! dit l’Adrienne.

Il faut savoir que l’amie était déjà « en temps normal » une adepte de l’hygiène à 100 % alors depuis mars dernier… voilà, vous aussi vous imaginez 😉

Passer ses mains au gel avant, pendant et après, désinfecter tout ce qu’elle touche, avant et après, les poignées de portes, celle du frigo, des armoires, les sacs de courses… Une véritable épreuve.

Mais ça ne les empêche pas d’avoir quand même bien ri en se racontant qu’après avoir ouvert la boîte aux lettres et y avoir trouvé du courrier, elles se demandent si elles doivent laisser reposer les enveloppes bien fermées un jour ou deux avant d’en prendre connaissance 😉

26 commentaires sur « X c’est l’inconnu »

  1. J’imagine la torture de l’échange de trois SMS…
    Je suis toujours surpris par cette propension à penser qu’on doit vivre en milieu stérile.
    Entre être sale et être désinfecté-décapé, il y a la vraie vie.
    Et je pense à mon copain biologiste et généticien qui se lamente de la disparition de « la vaccination du caniveau » qui a plus protégé les générations précédentes que la manie de la propreté maladive ne protège les suivantes.

    J'aime

    1. oui c’est une histoire qu’on aimait apporter comme preuve, dans la famille de mon père: deux cousins de la famille habitaient côte à côte, chez l’un les enfants étaient tout le temps à jouer dans la cour, se salir, tomber sur le gravier, s’écorcher la peau, (et avaler leurs schnottebellen, comme on dit chez nous) … et ils n’étaient jamais malades; chez l’autre on couvait une fille et un fils dans un salon précieux et nickel, ils avaient toutes les maladies possibles 😉

      J'aime

      1. Moi aussi ! Ça c’est un autocollant de salubrité publique. Et ça marche !

        J’en ai mis un aussi sur la boîte aux lettres à Avioth ; les écolos-décroissants vertueux qui régissent le lieu n’y avaient même pas pensé.

        J'aime

      2. « ma boite aux lettes » : cette faute typographique fait penser au français parlé en Wallonie.

        J’ai même inventé une petite phrase pour imiter ça : « je suis allé à la Poss pour acheter un timp’, pour le coller sur la lett’ que je vais envoyer au miniss’ (socialiss’ éventuellement).

        Ou bien ceci : un animal féroce wallon en trois lettres ? « Un tig' » (lire à haute voix pour comprendre)

        Aimé par 1 personne

  2. C’est curieux, nous nous posons les mêmes questions. Nous laissons reposer le courrier et les colis dehors à l’air libre 24h mais désinfecter les poignées de portes, on a arrêté… C’est trop de contraintes. On se fait tout livrer et on désinfecte les emballages mais combien de temps allons nous continuer? Alors, il vient ce vaccin? Quoique… On n’a pas trop envie d’essuyer les plâtres.

    J'aime

      1. les « vieux » et le personnel médical, or ça m’étonnerait que les médecins acceptent de se faire injecter du n’importe quoi 😉 et ce ne serait pas très malin non plus de leur faire courir des risques supplémentaires

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s