B comme baromètre

La première chose qu’il fait le matin en pénétrant dans la cuisine-pièce à vivre-et-à tout faire, là où il y a aussi les deux bergères en skaï bleu, le poêle à charbon et la télé, c’est un léger toc-toc au baromètre.

Mini-Adrienne n’a jamais compris cette passion pour le temps qu’il a fait, qu’il fait et qu’il fera, quatre saisons sur quatre, qu’on ait à sortir ou pas, et même les jours où ce n’est pas difficile à constater à l’œil nu, juste en regardant dehors. Mais grand-père y met un point d’honneur, chaque matin au lever, chaque soir au coucher, un toc-toc au baromètre.

Douce maison du côté heureux de l’enfance, quand grand-père enlaçait grand-mère, l’arrachant à sa vaisselle, pour danser ‘La vie en rose’.

Douce maison des moments heureux où mini-Adrienne se disait que ça existait donc dans la vie en vrai, des gens qui s’aiment.

Merci, oh merci d’avoir été là. Tant de choses encore à vous dire…

***

Merci à Joe Krapov pour ses consignes de Chansons d’Anne Sylvestre:

Cette grande dame vient de nous quitter ce jour. Elle laisse derrière elle des tonnes de chansons dont le moins qu’on puisse dire est que les radios et télévisions ne les ont pas largement diffusées et c’est grand dommage.

Nous jouons aujourd’hui avec une grosse centaine de titres de son répertoire. Il vous est demandé d’écrire un texte, sur le sujet de votre choix, dans lequel au moins cinq de ces titres seront insérés. Cinq n’étant pas limitatif.

Abel, Caïn, mon fils – Agressivement vôtre – Antoinette a peur du loup – Aveu – Bal des champignons – Baptiste – Berceuse aux petits vampires – Berceuse pour moi – Berceuse pour un ouragan – BergèreBleu – Ca va m’faire drôle – Carcasse – Ce merveilleux été – Ces bêtes-là – C’est un veau – C’était ce soir – Chanson dégagée – Chansonnette franco-québécoise – Chat c’est toi l’chat – Clémence en vacances – Coïncidences – Comme Higelin – Comme un personnage de Sempé – Comment je m’appelle – Dans la vie en vrai – Dans le brouillard d’automne – Dans ma fusée – Depuis l’temps que j’l’attends mon prince charmant – Des fleurs pour Gabrielle – Dis-moi Pauline – Douce maison – Douce-amère – Douze petits cochons – Écrire pour ne pas mourir – Éléonore – Faites-moi plutôt la cour – Faites-nous des chansons – Famille pour famille – Fausse sortie – Flocon papillon – Flou – Frangines – Grand’ mère – Grégoire ou Sébastien – Gulliverte – Histoire ancienne – Il me manquait une chanson – Il s’appelait Richard – J’ai de bonnes nouvelles – J’ai le cœur à l’ombre – J’ai une maison pleine de fenêtres – Java d’autre chose – Je cherche mon chemin – Je n’suis pas si bête – Je pense à Noël – Je suis un dinosaure – Je suis une vieille dame – Je te cherchais déjà – Jérémie – J’suis un bas bleu – La chambre d’or – La chanson de l’ortie – La douzième – La faute à Eve – La femme du vent – La payse – La peau de l’ours – La p’tite hirondelle – La Rochelle par la mer – La Romanée Conti – La rose de décembre – La rose des vents – La serpente – La vache engagée – La vaisselle – Lâchez-moi – L’année prochaine – L’autre et l’une – Lazare et Cécile – Le baromètre – Le centre du motif – Le géranium – Le jour où ça craquera – Le pauvre pierre – Le pêcheur de perles – Le petit maçon – Le western – L’enfant qui pleure – Les amours de l’été – Les années qui cognent – Les beaux enfants – Les blondes – Les cathédrales – Les gens qui doutent – Les pierres dans mon jardin – Les punaises – L’éternelle histoire – Lettre anonyme à Jules – Lettre ouverte à Élise – L’histoire de Jeanne-Marie – L’honneur – Lonlère – Madame ma voisine – Maman elle est pas si bien qu’ça – Marie – Marie géographie – Mariette et Françoise – Marine – Maryvonne – Maumariée – Me v’la – Même pas un coup de cœur – Merci, oh merci – Mes sabots de bois – Moire et satin – Mon grand-père Louis – Mon mari est parti – Mon mystère – Mon vélo est blanc – Mousse – Non tu n’as pas de nom – Oh ! Les nuages – Oiseaux – On s’est connu – Par les champs inondés – Partie simple – Pas difficile – Pas encore pas déjà – Petit bonhomme – Philomène – Plate prière – Plus personne à Paris – Porteuse d’eau – Portraits de mes aïeules – Pour qu’on m’apprivoise – Pour une petite chanteuse – Pour une solitude – Priez pour la Terre – Quand on dansait la vie en roseQuatre saisons – Que vous êtes beaux – Regrets d’une punaise – Rien qu’une fois faire des vagues – Ronde madeleine – Rose – Si je ne parle pas – Si la pluie te mouille – Si le renard tousse – S’il fallait faire la guerre – S’ils filent tous dans la lune – Sur un fil – Tant de choses à vous dire – T’en souviens-tu, la Seine – Thérèse – Tiens-toi droit – Très gentille et désespérée – Trop tard pour être une star – Tu es la terre – Un bateau mais demain – Un cœur sur les bras – Un mur pour pleurer – Une chanson grise en do – Une dame de Dijon – Une sorcière comme les autres – Valse-marine – V’la l’printemps gnan gnan – Vous m’avez tant aimée – Xavier.

***

J’ai utilisé les 13 mis en gras – l’illustration a servi à un devoir de Lakévio

35 commentaires sur « B comme baromètre »

  1. Anne Sylvestre, qu’on appelait le Brassens à jupe, a beaucoup marqué, influencé presque, mes vingt ans.
    Quelle tendresse et joie dans tes mots, le tableau, merci merci!

    J'aime

    1. je suppose que pas mal d’hommes le faisaient 🙂
      quand l’aiguille ne frémissait pas assez à son goût, il nous demandait d’un air sévère si quelqu’un y avait touché 😉
      lui seul en avait le droit!

      J'aime

  2. Ravie de retrouver ici tous les titres d’Anne Sylvestre, une voix amie pour moi depuis tant d’années.
    Emouvants, les vieux couples, oui, quand la tendresse et la complicité restent.

    J'aime

  3. Ah les jours heureux avec les grands parents qui dansent la valse, que de bons souvenirs pour toi… les temps changent et nous auront bientôt les jours heureux avec les grands parents qui nous apprennent à faire des masques ou… à jouer à comment résister aux policiers qui nous donnent des coups de matraque 😉

    J'aime

  4. Mon père tapotait aussi le baromètre. Je me souviens encore de ce baromètre rond, bordé de bois, avec les deux aiguilles. Il était passionné de météorologie, et il recevait d’ailleurs les bulletins quotidiens de l’IRM par la poste.

    Mais pourquoi dire « beaucoup d’hommes le faisaient » ? C’était la sociologie de l’époque ? Aux hommes le monopole de la curiosité scientifique ?

    J'aime

    1. ils n’étaient pas du genre à se tenir la main ou se faire des bisous mais deux ou trois fois j’ai pu assister à quelque chose du genre que je décris, comme cette fois où mon grand-père, alors qu’elle était occupée dans sa cuisine, l’a enlacée pour une petite danse, ou une autre fois, qu’elle l’aidait à se mettre un tablier et qu’il en a profité pour l’enfermer dans ses bras, des moments d’exception

      J'aime

  5. Je l’ai entendue il y a trois ans, avec certains de ces comparses. Un dîner concert que l’on m’avait offert. Autour de moi, une seule personne la connaissait, enfin en même temps ils ne savaient pas non plus qui était Nino Ferrer…

    J'aime

  6. Je me creusais la tête pour savoir où j’avais vu ce médaillon…En lisant la fin de ton texte, j’ai vu où, chez Lakevio dans un de ses devoirs.. Quand je vois dans la rue, des petits vieux se tenir la main, je trouve ça attendrissant.
    Il n’y a pas que les hommes qui regardent leur baromètre. Je suis passionnée par le temps. Tous les matins, dès que les rideaux électriques sont montés, je regarde le thermomètre. Je viens justement d’en acheter un gros pour mieux pouvoir le lire, il est attaché aux escaliers… Après, je regarde mon beau baromètre, acheté il y a 2 ou 3 dizaines d’années. Selon ce que je lis, ma journée sera bonne ou mauvaise…Aujourd’hui, il est descendu sur pluie. S’il descendait encore plus bas, je me mettrais à paniquer, à angoisser…On a juste un peu de vent.
    Je n’ai pas connu le couple de mes grands-parents, juste les grands-mères. Mais, je me souviens de mes beaux-parents. Ma belle-mère faisait ça, quand mon beau-père partait en course, elle lui mettait son écharpe autour du cou, lui faisait 1000 recommandations…Moi, je « charrie » tout le temps mon mari…Ca fait rire nos petits enfants.
    J’avais oublié Anne Sylvestre. Avec son décès, je me suis rappelée de sa voix…tiens, comme Henri Dès, aussi auteur compositeur chanteur pour enfants.

    Aimé par 1 personne

  7. Super ! Il est peut-être trop tard pour être une star mais en tout cas tu n’es pas une sorcière comme les autres ! Tu fabriques de sacrés trésors avec ton histoire ancienne !

    J'aime

  8. Ton texte m’a mis la larme à l’œil.
    Pour les grands-parents qui dansent dans la cuisine.
    Et pour Anne Sylvestre dont les fabulettes ont bercé l’enfance de mes enfants.
    Sinon j’aime bien aussi tapoter sur le baromètre, cadeau de mariage de mon beau-père qui adorait le sien!

    J'aime

  9. Hier, j’ai dansé avec mon mari sur  » Only you ».
    Ça faisait très longtemps que ce n’était pas arrivé. C’est bon signe.
    Anne Sylvestre est la chanteuse de mon adolescence, je l’ai vue en spectacle lors d’une fête de LO.
    J’aime beaucoup ses chansons et bien sûr ses fabulettes que j’ai chantées souvent avec mes élèves.

    Aimé par 1 personne

    1. faudra vraiment que je me renseigne parce que tout ça ne me dit rien du tout (et vous êtes plusieurs à parler de fabulettes…)
      tu as dansé avec ton mari, ça me met le cœur en joie!
      bises, chère Berthoise!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s