M comme marchande

source

Étonnement de l’Adrienne ce matin: fabriquer et « vendre » des fleurs en papier crépon sur la plage serait une activité qu’on ne trouverait pas ailleurs que sur notre côte belge?

Bizarre!

Et voilà qui ramène l’Adrienne des années en arrière, petite fille confrontée à son énorme timidité et à son absence totale d’esprit mercantile.

Ses fleurs, par contre, étaient très réussies 😉

***

L’article explique que son origine remonte aux années 1920 et que les coquillages qui servent de monnaie d’échange dans ce petit commerce floral diffèrent d’une plage à l’autre.

37 commentaires sur « M comme marchande »

  1. Oh je m’en souviens très bien, le soir, avec maman, les 3 filles fabriquaient les fleurs. Tôt le matin on partait sur la plage chercher des couteaux (qui servaient de monnaie) et puis on creusait un trou, construisait l’étalage et attendait le client. C’était très gai !

    Merci merci pour ces magnifiques souvenirs.

    Aimé par 1 personne

  2. Tu m’as inquiété.
    Ce matin tu n’avais pas écrit quand je suis passé à l’heure où tu as habituellement diffusé une note.
    Je trouve réconfortant de constater que des gens ne soient toujours pas obnubilés par l’argent, le commerce ou l’économie.

    J'aime

  3. Je n’avais jamais vu cela non plus.

    Du travail payé en coquillages ramassés sur la plage, est-ce qu’il n’y aurait pas déjà de l’ubérisation dans l’air ?

    J'aime

  4. Ahah, tu as refait surface ! Marrant, je ne me rappelle pas ce sympathique petit commerce, pourtant j’ai passé les vacances de ma jeunesse à la mer, mais c’était à La Panne et, peut-être les garçons ne fabriquaient-ils pas de fleurs en papier.
    Des fleurs en papier j’en ai fait plus tard avec des serviettes, sinon, je me défends pas mal dans les roses en crème au beurre montées à la poche à douille 🙂

    Aimé par 1 personne

      1. Crocheteur oui, tricoteur, c’est plus tangent… j’ai essayé (en tirant la langue) mais je tricotais trop loin des pointes et j’ai dû arrêter parce que ma femme et ma belle-sœur allaient s’étouffer de rire.

        Aimé par 1 personne

  5. Moi, je m’en rappelle très bien, j’ai aussi fabriqué des fleurs en papier, et je les ai vendues sur la plage de Coxyde, mais les tourelles si mes souvenirs sont bons, avaient plus de succès que les couteaux.

    J'aime

  6. jamais connu ça , nous étions à la mer une semaine à Heist , à partir de 1965 environ , peut être état ce avant , c’est charmant , les gamins maintenant font voyager des pierres pintes et à leur nom , est-ce toi sur la photo

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s