Y comme Y en a, je vous jure!

Y en a, je vous jure, marmonna Gérard en voyant une vieille dame s’extirper péniblement de la voiture qui venait de se garer à l’entrée du domaine.

Franchement, on a beau préciser que le parcours est difficile, qu’il n’est pas accessible aux voitures d’enfants, qu’il faut de bonnes chaussures de marche, etc. etc. à chaque fois c’est la même histoire.

Il soupira.

Est-ce que ça tombe toujours sur moi ou est-ce que les autres guides-nature ont le même genre de public « varié » ?

Il avait déjà une jeune femme en talons hauts, dans son petit groupe…

Il lui avait poliment fait remarquer que ce n’était pas adéquat mais elle a ri en disant qu’elle avait l’habitude et ne marchait bien qu’avec ça.

Ça, c’est-à-dire une hauteur d’au moins sept centimètres.

Bref.

La vieille dame, enfin debout, ou à peu près, attendait que son accompagnatrice lui tende ses cannes. Deux grosses cannes !

Comment lui dire diplomatiquement que ça n’allait pas, mais alors pas du tout le faire !

Il lui en venait des gouttes de sueur malgré les 3°C et il sortit son mouchoir pour s’éponger le front.

Pendant qu’il cherchait ses mots pour la renvoyer illico d’où elle venait, la voilà qui s’avançait vers lui à petits pas, tout sourire, même ses yeux de myosotis lui souriaient :

– Ah ! lui dit-elle, qu’est-ce que je suis contente qu’on organise une promenade dans ce domaine ! C’est ici que je suis née !

Puis elle ajouta fièrement à la cantonade : Il y a quatre-vingt-sept ans !

***

écrit en réponse à la première question du jeu d’écriture L’atelier en question(s): Qui va venir au rendez-vous?

Merci à Annick SB pour l’organisation!

25 commentaires sur « Y comme Y en a, je vous jure! »

      1. Je confirme, les cannes sont multifonctions. Elles servent notamment, tenues à l’envers, à rapprocher de objets posés au sol.
        Mais c’est surtout dans la communication non verbale qu’elles sont utiles. Du plus poli « Attention, ne pas bousculer » au légèrement agressif (tenue horizontalement) « Si tu veux traverser alors que le petit bonhomme est rouge, c’est ton problème, mais passe très au large de moi ». Et surtout dans les transports en commun « Messieurs, mesdames, merci de laisser la place à une pauvre handicapée » ou plus agressif (petit coup dans les mollets) « Relève la tête de ton téléphone, fais semblant de ne pas m’avoir vue tout à l’heure et lève tes fesses de ton siège, espèce de gougnafier ».
        Je n’ai jamais frappé personne mais j’avoue avoir rigolé intérieurement, quand j’utilisais mes cannes dans le métro (Attention, freins puissants) alors que je me déplaçais pour aller faire de l’escalade sur mur (excellent exercice de rééducation) !

        Aimé par 1 personne

      2. oui très juste! et puis, comme d’autres tendent le bras pour montrer un truc, si au bout du bras il y a une canne, vous avez intérêt à vous mettre tous aux abris 😉
        (et je ne parle pas des élèves-retour-de-ski, à l’époque où le ski était encore permis, bien sûr 😉 qui jouaient de leurs béquilles dans les couloirs de l’école, là c’est encore plus multifonctions, et tous les copains adorent tester… pour se rendre compte que ce n’est pas si facile que ça, au bout d’un moment)

        J'aime

    1. je calcule différemment les « vagues » féministes, pour moi la première a lieu à la fin du 19e siècle et la seconde dans les années 1920 🙂
      mais qu’importe, les vagues restent nécessaires, c’est certain

      J'aime

  1. Bonjour Adrienne ! Ravie que ce nouvel espace d’écriture t’inspire ; comme toi, j’ai hâte des questions suivantes pour que nos feuilletons prennent forme !
    Mais, je ne veux pas aller trop vitre en la besogne car j’espère que de nouveaux participants nous rejoindrons !
    Des lecteurs de ton blog peut-être qui sait ? !!!

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Adrienne !
    Vu que j’ai pris en marche train de l’Atelier en question(s) d’Annick, je prends également en marche, c’est le cas de le dire, votre balade organisée.
    Pour avoir survolé le tout, je sais déjà que vous en avez fait un « feuilleton », dans lequel je vais évidemment me promener, pas à pas, avec les autres « marcheurs »
    Elle est toute charmante cette vieille dame guillerette, prête à redécouvrir le domaine où elle est née 87 ans auparavant !
    Toutefois, je me mets à la place de Gérard qui outre cette adorable dame nantie d’une paire de cannes, compte déjà une jeune donzelle chaussée de talons hauts !
    cela promet !!!

    J'aime

    1. merci Anne-Marie!
      oui tu as raison, le pauvre Gérard n’est pas à la fête avec un groupe aussi disparate et aussi peu « prêt » pour ce genre de balade 🙂
      merci pour ta lecture!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s