O comme Oceanbird

C’est un projet un peu fou et qui sans doute aurait dû démarrer il y a déjà de nombreuses années, puisque le premier rapport du Club de Rome concernant les limites de la croissance a déjà paru en 1972.

Mais – direz-vous – mieux vaut tard que jamais et voici les plans pour une navigation qui se ferait à l’antique, uniquement par la force des vents, aidée par la technologie d’aujourd’hui, permettant d’adapter immédiatement la « voilure » au moindre souffle et d’en tirer parti au maximum.

Oceanbird.

Oiseau de mer.

Le cargo est aussi joli que son nom. Plus petit que nos cargos actuels, moins rapide et ne pouvant transporter qu’une fraction des géants qui sillonnent nos mers…
Et pourtant il semblerait que là se situe l’avenir.

Ci-dessous, une première expérience avec un prototype en modèle réduit, présenté par un Ulysse heureux 😉

Un article en français ici, si le sujet vous intéresse.

25 commentaires sur « O comme Oceanbird »

  1. Nous avons suivi cet Oceanbird avec immense intérêt depuis le début, en applaudissant.
    Il faut souhaiter maintenant que d’obscurs intérêts ne viennent pas mettre tous les obstacles possibles au développement de cette nouvelle technique !!!

    J'aime

  2. On revient peut-être enfin dans la vision originelle de « la civilisation marchande ».
    Celle qu’on confond depuis trop longtemps avec « société mercantile ».
    Importer l’utile qu’on ne trouve pas chez soi, exporter l’utile que les autres ne trouvent pas chez eux.
    Ne pas faire voyager le travail au gré de l’appétit des uns et de la misère des autres.
    Ça me paraît sain…

    Aimé par 1 personne

      1. Non, pas ce temps là.
        Plutôt celui où on fabriquait les chemises de lin en France et où elle ne faisaient pas le tour de la planète en cargo parce qu’on payait moins cher le miséreux de Dacca que celui de Roubaix… 😉
        On a importé la pauvreté en exportant le travail.
        Ceux qui le font sont esclaves, ceux qui ne l’ont plus sont chômeurs…
        C’est la seule fois où j’ai pensé que le leader d’extrême-droite avait mis le doigt sur un point qui fait mal : « Importé des produits fabriqués par des esclaves pour les vendre à des chômeurs »…
        C’est dire mon indignation du moment ! 😉

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s