U comme ukase

– Voilà, lui dit-elle, ma lettre de démission.

Et elle sortit fièrement du bureau.

Dommage pour la classe de 4e Latine, de véritables élèves friandises, pourtant logés dans un cagibi sans fenêtres où deux lampes donnaient une clarté funèbre sur les boiseries sombres, et où chacun avait le nez collé au dos de l’autre, ou au tableau, par manque d’espace.

Oui, dommage pour eux. Elle les aimait.

Mais elle ne regretterait aucun des collègues et toute la gamme de leurs hypocrisies, sur au moins trois ou quatre octaves: du premier au dernier, tous des quiches et des chiffes molles dont la principale habileté consistait à ramper devant le directeur, à gober aveuglément chaque ukase, chaque exigence, chaque notice sortie de son esprit pervers et manipulateur.

Car c’était un pervers, même s’il était oint des saintes huiles de la prêtrise.

Ah! quel bonheur de l’avoir bravé et d’avoir quitté ce zoo (in)humain!

U heeft heel wat noten op uw zang, juffrouw! lui avait-il dit en guise d’adieu.

Et elle avait souri pour répondre un simple « Ja« .

Ah! quel bonheur de marcher dans la lumière mordorée du soir qui tombe et de se dire: Plus jamais!

***

écrit pour 13 à la douzaine avec les mots imposés suivants: habileté – démission – lampe – notice – quiche – dommage – nez – durable – mordoré – gober – octave – huile – zoo.

L’expression « veel noten op zijn zang hebben » veut dire ‘exiger beaucoup’ mais ici il l’employait probablement avec le sens ‘avoir la grosse tête’.

Merci à Annick SB d’avoir permis grâce à ses mots de raconter une des pires expériences de ma (merveilleuse) vie de prof 🙂

20 commentaires sur « U comme ukase »

      1. c’était vers 1990, les élèves ne se rendaient pas compte de ces jeux de pouvoir et de manipulation, qui se passait entièrement au niveau du « personnel »

        J'aime

  1. Le pluriel ne vaut rien à l’homme et sitôt qu’on… (air connu)

    Peut-être vaut-il mieux, parfois, tomber en panne d’avion dans le désert, finalement ?! 😉

    J'aime

    1. Dans l’école néerlandophone de Gaspard, on appelle les institutrices « Juf » (la sienne, c’est Juf Martine). Idem en immersion néerlandais en Wallonie ( et en immersion anglais, on les appelle « Miss » ).

      J'aime

  2. À travers les temps les cols romains ont fait bien des dégâts Quand je lis votre texte je ne peux m’empêcher de voir que présentement avec cette pandémie on ressemble un peu à ces profs qui
    suivent tout ce que dit le Herr Kommandant… mais là ce sont les hauts pouvoirs qui nous dictent et on suit malgré les mensonges véhiculés, les exagérations… Selon le secrétaire général Antonio Guterres de l’ONU « Brandissant la pandémie comme prétexte, les autorités de certains pays ont pris des mesures de sécurité sévères et des mesures d’urgence pour réprimer les voix dissonantes, abolir les libertés les plus fondamentales, faire taire les médias indépendants et entraver le travail des organisations non gouvernementales » « la désinformation mortelle a été amplifiée » pourtant ça continue, vers où, ce n’est pas rassurant. (publié le 22-02-21)

    J'aime

    1. oui la Ligue des Droits de l’homme a du boulot, avec certaines mesures… et même chez nous.
      Mais… mes anciens élèves qui travaillent dans le médical ne cessent de supplier pour que les mesures sévères soient gardées et respectées.
      Alors je m’y tiens 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s