Question nature

source de la photo ici

Jeanne et Mme de B*** avaient pris un peu de retard sur le reste du groupe, de sorte qu’elles avaient raté le début de la discussion.

Celle-ci prenait un tour de plus en plus virulent et on pouvait même craindre que les deux messieurs en bottes Aigle n’en viennent aux mains.

– Elle est bientôt terminée cette partie d’échec et mat au bon sens? Vous trouvez peut-être qu’on en a trop, des arbres, en Flandre? Non mais regardez-moi ce désastre!

La cause de leur différend, c’était cette partie du domaine où on pouvait voir sous le soleil couchant une sorte de clairière: tous les hêtres avaient été coupés, abattus, et une végétation basse commençait à apparaître. Principalement des ronces et des chardons.

Verwijderen van boomopslag? hurlait-il de plus belle, c’est comme ça que vous appelez l’abattage d’arbres centenaires? Et tout ça pour quoi? Pour un hypothétique retour à une situation précédente? Espérer qu’après plus d’un siècle la bruyère réapparaisse spontanément? Vous croyez que c’est de ça qu’on a besoin, ici? De bruyère?

Il allait ajouter un godverdomme bien senti quand il vit le regard impérieux de Mme de B*** fixé sur lui.

– J’en ai assez vu! fit-il. Je m’en vais.

***

écrit en réponse à la question 8 de l’atelier d’Annick SB: Elle est bientôt terminée cette partie?

20 commentaires sur « Question nature »

  1. Ah les experts…entre l’économie et l’écologie les (grosses) bisbilles sont constantes.
    Là où, souvent, le bon sens suffirait. Refaire des pipes en bois de bruyère, une utopie ?
    Bonne journée dame Adrienne,

    J'aime

  2. Il faut garder une vue globale, la forêt est en extension dans notre pays. Mais beaucoup de hêtres sont en train de mourir faute au climat plus sec… et au piétinement des gens hors sentiers.

    J'aime

    1. Oui les hêtres de ma région ont été plantés comme réparation des dommages de guerre, après dévastation de la forêt existante, ils ont plus de cent ans et sont en fin de vie, les Allemands n’ayant pas fourni les bonnes espèces 😉
      Timeo Danaos et dona ferentes, c’est le cas de le dire 😉

      J'aime

  3. Expert moi-même dans un autre domaine, j’ai appris à me méfier de l’expertise.
    C’est la connaissance précise d’un domaine restreint.
    Plus la connaissance du domaine est étendue, plus le domaine étroit.
    Je me suis aperçu que l’expert finit par savoir absolument tout mais sur rien…
    Et quand cet expert règle un problème microscopique qui de fait n’en était pas un, la solution conduit à des dégâts collatéraux parfois catastrophiques.
    (le chlordécone, l’amiante et le DDT sont de bons exemples)
    Et si tu savais ce que j’ai pu passer comme temps à discuter avec des experts…

    J'aime

    1. J’imagine…
      Dans les débats qui occupent les conservateurs de parcs naturels, en plus de la question d’expertise, il y a les différentes visions sur ce qu’il faut conserver / préserver / … ou s’il faut laisser faire la nature, auquel cas, dans nos régions, des bois se reforment tout naturellement.
      Or de nombreuses espèces animales ont besoin d’espaces ouverts ou de végétation diverse…

      J'aime

  4. Cette question de la survie des hêtres est aussi posée en ce qui concerne la forêt de Soignes. Quand on a construit l’écoduc de Groenendael, pour le passage des animaux, on a aussi abattu beaucoup d’arbres le long de la route pour y placer une clôture. Bonne journée, Adrienne. Soleil !
    Pour info : https://www.foret-de-soignes.be/tableaux-dinformations-ecoduc-groenendael/ et
    https://www.foret-de-soignes.be/pourquoi-abattre-des-arbres-en-foret-de-soignes/

    J'aime

    1. voilà, « le cas des clairières à plus-value botanique », c’est ce dont il s’agit dans la discussion entre les deux hommes de mon billet 😉
      merci et bonne journée à toi!

      J'aime

  5. Ethique et toc ! L’intervention des hommes dans la nature reste un sujet très très sensible ! Doit-on la laisser se débrouiller seule, ainsi qu’elle le faisait avant l’apparition de l’humanité ? Ou doit on l’aider à se réguler, comme disent les chasseurs, qui ne tuent pas le gibier pour le plaisir, mais pour le réguler en en « prélevant « le trop plein?
    J’ai cru comprendre en lisant les commentaires, ce que veut dire « Verwijderen van boomopslag » et j’ai supposé que « godverdomme », pouvait correspondre à notre « nom de Dieu ».
    En tout cas, les « experts » vous diront toujours qu’ on ne coupe pas les arbres pour le plaisir et que si on le fait, c’est qu’on a une bonne raison pour cela. Et moi, pauvre « simplette » amoureuse des arbres, je leur rétorquerais sans doute, parce que je n’y connais rien : »Allez donc dire ça aux arbres abattus ! »

    J'aime

    1. Je suis aussi cette simplette amoureuse des arbres, je ressens la douleur de chaque blessure qu’on leur fait 😉
      Mais espérons, oui, que les experts savent ce qu’ils font !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s