Question existentielle

– Non mais c’est quoi, ce délire! Cinq jours à Ibiza? Et puis quoi encore!

Cindy fréquentait depuis quelques mois un site de rencontres et ne manquait pas de faire profiter Mme de B*** de ses discours enflammés.

– Non mais franchement! Sous prétexte que j’ai mis sur mon profil que j’aime danser! Faut bien y mettre quelque chose, hein? Mais j’ai deux gosses, moi. Il est loin le temps où je passais les nuits du samedi à faire monter le thermomètre des petits mecs avec mon regard de braise – ici elle essaie le regard langoureux sous la frange – et mes déhanchements de déesse…

Ce qu’elle illustre en se trémoussant avec le tuyau de l’aspirateur.

– Je ne doute pas que vous ayez suscité des passions, fait Mme de B***, dont le subjonctif dément les paroles.

– Envoûtés qu’ils étaient, oh oui! Et puis j’ai quand même choisi le mauvais mec…

Elle tousse.
Mme de B*** se retient de dire, comme souvent:  » Vous devriez arrêter de fumer, ma petite Cindy ».
Au lieu de quoi, elle se soulève de son siège et déclare:

– Je vais aller m’installer à l’ombre sur la terrasse. Un peu de fraîcheur me fera du bien après vos histoires torrides.

Elle s’évente avec le magazine qu’elle lira au calme, puis ne se retenant plus:

– Mais dites-moi, vous en avez déjà trouvé beaucoup, comme ça, sur internet?

***

écrit en réponse à la question 18, Vous en avez trouvé beaucoup? et avec les mots imposés par Les Plumes d’Émilie : REGARD – DELIRE – PASSION – DANSER – SAMEDI – NUIT – THERMOMETRE – TOUSSER – OMBRE – FRAICHEUR – ENVOUTER – ENFLAMMER – EVENTER.

Le groupe de danseuses est une sculpture photographiée à la BRAFA il y a quelques années.

46 commentaires sur « Question existentielle »

  1. Une pensée émue pour nos organisateurs de soirées et tenanciers de discothèques qui ne sont toujours pas autorisés à reprendre leurs activités?

    J'aime

  2. Fièvre du samedi soir, fièvre des collectionneurs de chryséléphantines, fièvre au subjonctif, font la distinction bourdieusienne du samedi matin.

    J'aime

  3. Après l’échec des bals du samedi soir, sera-ce sur internet que Cindy trouvera le bon mec ? Tout porte à croire qu’elle finira bredouille, mais n’est-ce pas l’espoir qui fait vivre ?

    J'aime

      1. C’était il y a très longtemps, dans les années 50-60, chez mes grands-parents … Radio Luxembourg diffusait le feuilleton publicitaire « Ça va bouillir » (pour une marque de lessive) dont le héros était Zappy Max, une espèce d’enquêteur. C’était juste avant les infos de midi (le « Communiqué ») que mon grand-père écoutait religieusement, dans le canapé de la cuisine, en fumant sa pipe. Chez mes parents, nous écoutions sur « Bruxelles » l’adaptation en feuilleton radiophonique du « Mystère de la chambre jaune ». Toute une époque, où on se rassemblait autour du « poste » !

        Aimé par 2 personnes

      2. je comprends 🙂
        chez mon grand-père, le seul rituel radiophonique concernait les prévisions météo, par exemple à l’heure du midi, celles annoncées par un petit bout de la symphonie pastorale, et qui étaient dédiées aux agriculteurs… je n’ai jamais compris cette passion de mon grand-père pour la météo, il ne s’occupait pas du jardin et ne sortait qu’en voiture…
        chez mon père c’était « les cinglés du music-hall », avec Jean-Christophe Averty aux joyeux zézaiements… je n’ai jamais compris comment on pouvait être un homme de radio et avoir un si sérieux « spraakgebrek » 😉

        J'aime

    1. un de mes anciens élèves a créé un site de rencontres (il y a des années, déjà) et ses affaires marchent bien (par contre je ne sais pas comment se porte l’amour dans tout ça ;-))

      J'aime

  4. Il est vrai que maintenant beaucoup de couple se rencontrent par le biais d’internet. Pas nécessairement via les sites de rencontres, cela dit. Et heureusement ! ça permet de garder un peu le mystère de la rencontre fortuite 🙂

    J'aime

    1. si rencontre fortuite si chère aux films « romance », où un des topoï est qu’on se bouscule en sortant d’un bar, alors qu’on tient en mains un café, qu’on verse généreusement sur la chemise de monsieur 🙂

      J'aime

  5. Je ne sais pas ce qu’on trouve dans ce genre d’endroits , je ne suis pas de celles qui les fréquente car je ne danse plus depuis. houlalala je ne sais plus tiens !!!
    Mais c’est bien pour les esseulés et parfois certain sy trouve leur bonheur.

    J'aime

  6. J’ai deux amies très proches qui ont trouvé ‘chaussure à leur pied’ grâce aux sites de rencontre.
    Dans la quarantaine, divorcées avec des enfants, elles n’imaginaient plus courir les boîtes de nuit pour faire des rencontres!
    Et c’était très amusant de les écouter raconter les différentes péripéties et les rencontres farfelues avant de faire la bonne. Ça m’a fait découvrir tout un monde par procuration, un peu comme Mme de B*** !

    J'aime

  7. Hé, hé ! Outre que la photo Art Déco des années folles m’affole, je constate que la complicité entre ces deux femmes décolle… Peut-être même le papier peint, tiens !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s