R comme rivière

86ème devoir de Lakevio du Goût.

Devoir de Lakevio du Gout_86.jpg

La prof de philo lui a donné un devoir dont le titre est « La catastrophe de 2050. »

ça vous fait peur, à vous, Madame? demande-t-il.
– Oh moi! rit-elle, en 2050 je serai morte!

Bizarrement, cette réponse ne lui a pas plu.

– Ne dites pas ça, Madame, vous me faites de la peine.
– Mais non, mais non! c’est la réalité! Tu connais mon âge! Tu crois que je rêve de devenir nonagénaire?
– Si, si, vous serez encore là, et je viendrai vous rendre visite!

C’est ça, oui, pense Madame, tu viendras en bateau et ma maison sera en bord de mer 😉

***

Merci à Monsieur le Goût pour sa consigne:

Que me direz-vous lundi matin de cet endroit plutôt bucolique ? Virgile lui-même en aurait dit joliment du bien j’en suis sûr. Peut-être même eût-il tartiné le XIe livre de son célèbre recueil. Enfin, célèbre chez ceux qui ont eu à transpirer sur des versions et qui, lycéens citadins dans l’âme durent se taper de la poésie pastorale… J’ai bien quelque chose à vous en dire lundi. Quelque chose de triste. Mais c’est quand même quelque chose à dire…

58 commentaires sur « R comme rivière »

  1. Ben quoi, tu aimes la mer, non ?
    Tu me rappelles, chère future nonagénaire, le temps où je déclarais à qui voulait l’entendre que je n’arriverais pas à la pension… 🙂

    J'aime

  2. Vous avez su voir le coté inquiétant de ce paysage que M. Le Goût qualifiait de bucolique. C’est à d’autres histoires sombres qu’il me faisait penser.
    Bonne semaine Adrienne.

    J'aime

    1. oui j’ai pu constater que mes jeunes anciens élèves sont tout de suite remontés dans des avions pour Ibiza en criant « qu’il était temps »
      (temps pour quoi, je vous le demande!)

      J'aime

      1. je m’énerve des plaintes des privilégiés, comme ces anciennes élèves privées de leur shopping à New York alors que les jeunes que j’aide ont à peine vu la mer du Nord

        Aimé par 1 personne

  3. Voilà une « madame » qui sait donner le moral à ses élèves !
    Bénis soient celles et ceux qui n’auront pas d’enfants afin d’avoir le temps de convaincre le monde qu’il n’y a qu’une seule et unique possibilité d’éviter la catastrophe… Bien sûr, je ne vous dirai pas laquelle 😉

    J'aime

    1. t’inquiète, on en a longuement parlé, après, chez moi, mais là c’était à sa porte, en ramenant son petit frère à la maison, avec la maman comme témoin, qui trouvait ce devoir tout à fait désolant « on ne trouve vraiment rien pour leur remonter le moral, dans cette école! déjà qu’il a dû lire Baudelaire », qui est selon sa maman un suicidaire dépressif (et Madame ne lui donne pas tort ;-))

      J'aime

      1. sa maman reproche au prof de français de n’avoir fait lire, pendant toute cette année de pandémie, que des poèmes hyper-tristes de gens déprimés qui ne voient plus d’issue à leur mal de vivre 😉

        J'aime

      2. Ben oui, c’est la grande génération des poètes maudits! 😉
        Vont quand même pas faire lire Maurice Carême à des mecs dont la moitié font le ramadan !

        J'aime

  4. Je vois sur cette photo les indices d’une inondation, ce qui n’a rien de bucolique.
    Quant à 2050, je ne pense pas et même n’espère pas vivre jusque là…

    J'aime

  5. 2050… je ne sais pas si je serai encore là… pas sûr du tout, je ne m’inquiète pas pour moi mais pour mes enfants et petits-enfants, j’espère que ces derniers ne feront pas de mômes !

    J'aime

    1. Si si, il faut perpétuer l’espèce. Lire « Le triomphe des lumières » de Steven Pinker. Le pire n’est pas du tout sûr. Et sinon, on s’adaptera.

      J'aime

      1. D’où l’utilité des asticots.
        Les « déchets », c’est une idée de l’Homme, la Nature ne connaît pas, elle recycle tout.
        Parfois en de nombreuses étapes mais elle recycle.
        Nous nous contentons d’être une espèce invasive qui s’éteindra après avoir épuisé ce qui la fait vivre.

        J'aime

  6. La plus grande catastrophe est cette inconscience qui perdure elle étend ses ravages partout.
    Aucun changement n’est possible sans une prise de conscience radicale de la part de chacun.
    Quelle grande illusion surconsommer pour être plus heureux… et ne rien voir de la destruction.

    J'aime

  7. Le Cher aussi parfois déborde et sème le désordre sur son passage, sans attendre 2050. Savons nous combien il faudra soustraire à 2050 pour arriver au bout ?

    J'aime

  8. C’est déprimant d’autant plus que je ne sais pas comment agir individuellement (de manière significative en tout cas). Quant à voter pour les « écolos » en France, ils défendent toutes les causes sauf l’écologie : minorités « opprimées » en tout genre… 😉

    J'aime

    1. il y a longtemps que les solutions ne se trouvent plus au niveau national mais international (ce qui ne m’empêche pas de garder la plus petite empreinte écologique possible, bien sûr, tu me connais ;-))

      J'aime

  9. Eh ben c’est gai, ici, aujourd’hui !

    A vous lire je devrais déjà, moi qui ai envie d’être immortel, me préoccuper d’un logement dans les Monts d’Arrhée ?

    J'aime

    1. plains-toi aux profs d’E*** 🙂
      (elle a évidemment un peu raison, sa maman, il ne faut pas non plus ne parler que de pleurs et de grincements de dents, à des jeunes – sérieux – de 17 ans)

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s