V comme violent

Pour l’Adrienne, rayon UV veut dire ‘ultra-violent’.

Elle est comme monsieur Bordenave: elle n’aime pas le soleil.

Entendons-nous bien: elle aime le soleil qui fait mûrir ses framboises ou qui réchauffe la terre pour y faire germer toutes sortes de graines.
Mais pas sur sa peau.

Sur sa peau, elle a tout essayé: les crèmes solaires facteur 50, les chapeaux de paille, l’ombre des arbres… rien n’y fait.

Chaque année, pendant toute son adolescence, malgré les précautions prises, les vacances familiales ardéchoises avaient très vite le même résultat: la brûlure.
Grave.

Pourtant, elle s’enveloppait dans un drap de bain jusqu’au moment de plonger dans la rivière.

Pourtant, elle restait à l’ombre et même dans la tente (surchauffée) aux heures les plus dangereuses.

Pourtant, elle ne se promenait jamais en maillot de bain, comme le faisaient tous les autres.
Qui bronzaient allègrement.

Conclusion: il y a toutes sortes de violences et toutes sortes d’inégalités 🙂

***

écrit pour le Défi du Samedi où Walrus proposait ultraviolet.

En illustration, le petit frère et le petit cousin, bien bronzés, torse nu, et la blanche Adrienne, les épaules bien couvertes 😉

44 commentaires sur « V comme violent »

    1. Hier j’ai fait une première grosse cueillette, miam 🙂
      Photo des seventies, ça fait loin! Mais petit frère et cousin bronzent toujours aussi facilement 🙂
      Merci et bonne journée !

      J'aime

  1. S’il y a toutes sortes d’inégalités, certaines sont plus simples à accepter que d’autres.
    Passez une bonne journée. Ici, pour le moment, le ciel nous offre de nombreuses nuances de gris.

    J'aime

    1. C’est mon entourage qui ne l’acceptait pas, jusqu’à ma belle-mère, chacun pensait que ma peau « s’habituerait »… Quod non !

      J'aime

  2. Oh chouette, une belle récolte !
    Tu pourrais essayer, pour ta peau délicate, de faire comme ma fille (peau très blanche, hypersensible aussi) qui, petite, prenait des « bains de lune »….aucune brûlure;-))

    J'aime

  3. Le seul mot tente m’a fait revivre en un instant le monde révolu des vacances en camping, les sons de la pluie sur la toile et des cigales , les odeurs, les sensations de moiteur dans la chaleur de midi, la mollesse du matelas pneumatique, et tant de choses qui ont contribué à construire ma vie …

    J'aime

  4. Oui, vivent l’ombre et les nuages. Le temps que nous avons depuis plusieurs jours me ravit, c’est même une libération pour moi, après la mini-canicule que nous avions eue juste avant.

    J'aime

      1. ah les crevettes grises, les seules bonnes crevettes 🙂
        je n’avais plus mangé de croquettes aux crevettes depuis la mort de ma belle-mère et de mon père, qui en faisaient tous deux d’excellentes… c’est dire si c’était un test, là au Grote Post 🙂

        Aimé par 1 personne

  5. Inégalités, en effet : moi, je bronze…sans problème.
    Mais ma fille a la même peau que toi…
    J’en ai passé du temps à faire comprendre à l’entourage qu’il fallait la protéger !
    Les mamans des copines me la ramenaient, une fois sur deux, couleur « écrevisse »…

    J'aime

    1. aujourd’hui on commence à savoir que c’est néfaste, mais dans les joyeuses années 70 et 80… on conseillait même les rayons UV artificiels « pour préparer sa peau au soleil »
      c’est criminel, oui.

      J'aime

  6. Avec ma peau de rousse le soleil m’était interdit, j’avais vite la peau rouge ! à vieillir mon épiderme supporte beaucoup mieux les rayons mais je fais toujours très attention.
    Très sympa cette photo 🙂

    J'aime

  7. Dans mon enfance, on mettait plutôt de la Nivéa que des crèmes solaires protectrices – on a progressé sur ce sujet. Les peaux réagissent toutes différemment, c’est vrai, et la meilleure place par grand soleil, c’est forcément à l’ombre. Avec l’âge, on dit que ça protège des taches et des rides, voilà un avantage.
    Bon week-end sous un ciel couvert, Adrienne.

    Aimé par 1 personne

      1. ah oui!!!
        elle reçoit des évaluations positives, la bonne vieille boite bleue, mais ce n’est pas une crème solaire
        (je n’ai jamais été à la montagne en hiver ni fait de ski, par conséquent, sûr que je serais revenue le nez et les joues brûlées de là aussi, le chapeau de paille ne siérait pas dans le décor ;-))

        Aimé par 1 personne

  8. Pour moi aussi pas de bronzage ce n’est pas la peau qui s’enflamme mais les démangeaisons sur la peau et le cuir chevelu sont insupportables Donc je dois me couvrir.
    Et les piqûres de moustiques c’est le drame enflures démesurées, démangeaisons des jours durant.
    Les autres ont en effet bien de la peine à comprendre les conseils fusent.

    J'aime

    1. une allergie au soleil, dirait-on!
      et oui, des gens continuent de croire qu’on exagère ou « qu’on a apparemment eu du bien mauvais temps, en Italie » vu qu’on rentre blanche comme devant 😉

      J'aime

  9. Ici, je ne supporte plus les bulletins météo qui annoncent d’une voix triomphante : « Profitez au maximum du beau week-end qui s’annonce, il fera grand soleil et les températures seront enfin estivales ( c’est à dire, 30°ou plus à l’ombre) ! « . Je hais l’été d’autant que, lorsque la pluie arrive, c’est souvent sous la forme d’orages violents et dévastateurs.

    Aimé par 1 personne

    1. exactement, je m’énerve aussi de tout ça, et surtout des plaintes dès qu’il fait moins chaud ou ô ciel! qu’il pleut! comme si on voulait que la planète devienne un désert…

      J'aime

      1. Par exemple, sur France-Inter, Marie-Pierre Planchon a une voix exaltée et joyeuse quand les températures montent, que le soleil brille sans partage, et que cette situation soi-disant idyllique va durer plusieurs jours : elle s’en fout, évidemment, mais à ce moment-là je l’engueule en des termes bien sentis !

        J'aime

      2. c’est une des raisons pour lesquelles je n’écoute ni ne regarde la météo, si je veux vraiment savoir (pour le jardin ou le linge à sécher par exemple) je consulte le site de l’IRM/KMI 🙂

        J'aime

  10. Je connais quelques exemplaires de peau qui ne supportent pas le soleil.
    Je connais quelques exemplaires de peau qui ne supportent pas la chaleur.
    Je connais un exemplaire de fille qui donne des coups de pied dès qu’on essaie de coller.
    Elle n’accepte de « coller » que l’hiver et mais seulement de me coller des pieds gelés sur le ventre en hiver.
    Et tu te plains !
    Imagine si tu étais à ma place…

    J'aime

  11. Dans les années 70, ma peau a eu bien des occasions de brûler aussi!
    On ne protégeait pas du tout du soleil. On rougissait, voire grillait, puis on pelait à chaque début d’été je crois. :/
    Maintenant ça va, je brunis assez vite et ne mets de la crème solaire que dans les situations extrêmes (haute montagne surtout, et un peu à la mer),
    Mais il y a bien longtemps que je ne fais plus de bronzette (depuis la fin de l’adolescence !) et je préfère l’ombre dès que c’est possible.

    Je te l’ai sûrement déjà dit lors d’une précédente publication de cette photo mais j’aime beaucoup ton air décidé. 🙂

    J'aime

    1. Je me souviens qu’on était tous les trois impatients de pédaler mais mon père avait toujours de longs réglages à faire pour une photo 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s