X c’est l’inconnue

87ème devoir de Lakevio du Goût.

devoir de Lakevio du Goût_870.jpg

– Qui c’est, elle? demande Laura en pointant l’index en direction du portrait que j’ai oublié de couvrir de son drap.
– Qui ça, elle? je fais, pour gagner du temps.
– Ben là, la rouquine à la nuque épaisse.
– Oh! ça? Rien! Une commande d’après photo…

J’espère qu’elle m’a cru.

***

Tableau et consignes chez Monsieur le Goût:

J’aime ce pastel de Sally Strand. Même s’il vous a déjà été proposé par Lakevio, je vous le propose. Pourquoi ? Eh bien parce que cette « rouquine » me parle. C’est un sujet – pas un objet – sur lequel j’ai toujours aimé m’étendre. N’y voyez rien de leste quoiqu’on puisse penser de cette tournure de phrase. Mais, mon dieu ! Que cette épaule et ce cou pâles me parlent et m’appellent ! Et vous ?
Que vous inspire ce pastel de Sally Strand. Bien que je vous aie déjà parlé de cette rousse, je pense avoir encore quelque chose à en dire. Pourtant, ça fait des décennies que je vous en parle mais je suis intarissable car il y a encore tant à découvrir.

Publié dans X

36 commentaires sur « X c’est l’inconnue »

  1. C’est incisif et décisif ! mais la nuque épaisse…elle n’y va pas de main morte, cette jalouse…
    Espérons qu’elle l’ait cru.
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    J'aime

      1. On en connut de plus fines, il est vrai, mais c’est l’équilibre avec l’épaule, musculeuse également, qui en fait la grâce harmonieuse (ici, jusqu’au poignet).
        Si, si… regardez bien autour de vous, ou dans un tableau de Degas, par exemple : l’équilibre de la nuque avec l’épaule, c’est le truc !
        Selon moi, le triangle d’or, c’est nuque, épaule, menton. 😉

        J'aime

  2. C’est, en passant par chez toi et chez Célestine, que j’ai décidé d’abonder sur ce thème pour le 87ème devoir de Lakévio.
    Dans un registre où la lâcheté masculine, quoique sous-jacente, frôle la tienne, chère Adrienne, j’ai toutefois forcé le trait. Forcé ! Vu mon propos explicite sur un sujet qui me tient à cœur : la violence faite aux femmes…

    En tout cas, la sobriété de ton texte n’ouvre pas moins, tout grand, le volet fermé sur ce vaste sujet qui s’étend de la veule tromperie à l’ignoble tuerie.

    J'aime

    1. Complément sonore et visuel à ton sujet (même si c’est en anglais, c’est… parlant).
      Je te copie ce premier lien vers l’album entier, car c’est la version Noir & Blanc du titre de Lana del Rey – ‘Doin’ time’ (« Prenant mon temps ») – que je trouve la plus saisissante. Le morceau à atteindre se situe à la minute 44:44 de la barre de lecture :

      Sinon, il existe une version dédiée à ce seul clip, plus directe mais colorée ;

      Dans les deux cas, la musique est savoureuse et le clip très explicite !
      « Summertime, and the living’s easy »… (« C’est l’été, la vie est si facile). Une belle référence, tout de même…

      Allez, zoubis.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s