D comme découvertes

88ème Devoir de Lakevio du Goût.

devoir de Lakevio du Goût_88.jpg

Souvent Mme de B*** se disait qu’elle devrait mettre de l’ordre dans ses papiers.

A commencer par les vieilles photos de famille et le courrier échangé entre ses parents à l’époque de leurs fiançailles.
Mettre des noms et des dates au verso des photos, établir un arbre généalogique…

Chaque fois qu’elle s’y mettait, elle n’arrivait pas à terminer la tâche: trop de photos étalées, la table à débarrasser pour l’heure du repas et cet « à quoi bon » qui la prenait parfois: tout ça n’intéressait pas ses deux fils et elle se demandait lequel de ses quatre petits-enfants serait prêt à accueillir les archives familiales.
Aucun des deux garçons, ça, elle en était sûre.

Elle sortit du placard de sa chambre la boite à chaussures où étaient classés le courrier et les photo de l’oncle Joseph. Un oncle de sa mère, celui qui l’avait toujours fait rêver d’Amérique.

Né en 1883 et parti tout jeune au-delà de l’océan d’où il envoyait régulièrement une photo pour montrer à sa famille qu’il allait bien: ces photos avaient fasciné au moins trois générations, pour diverses raisons.

D’abord pour les audaces vestimentaires des Américaines. Comme celle-ci, qui date de 1913 et où on voit la jeune femme qui n’hésite pas à montrer ses genoux. En 1913, en Europe, les dames portent encore des robes jusqu’à terre. Même à la plage.

Mme de B*** possède un cliché pris vingt ans plus tard à la côte belge, où on voit sa mère en long maillot rayé.
Et les hommes, exactement comme l’oncle Joseph, avec le canotier, les chaussures blanches, le costume de toile claire… et la fine canne en bambou.

Par contre, malgré toutes ses recherches, un point est resté obscur: impossible de découvrir dans quel secteur, dans quelle sorte de métier ou fonction, l’oncle Joseph a gagné les sous qui lui ont permis de revenir au pays vivre de ses rentes, alors qu’il n’avait même pas quarante ans.

***

écrit en réponse à la question 20 du jeu d’Annick SB, « Mais au fait, c’est quoi votre ministère? » et pour le tableau proposé par Monsieur le Goût:

Bonne ou mauvaise nouvelle ? Qu’en pensez-vous ?

43 commentaires sur « D comme découvertes »

      1. Remarquez qu’avec sa canne de jonc et sa gueule d’ange, il aurait tout aussi bien pu mener les femmes à la baguette… Il les emmène à la plage et puis…

        J'aime

      2. le petit frère et moi, on chantait « tonton cristobal est revenu » et c’était la seule ligne qu’on comprenait, pour le reste on faisait lalalalala

        J'aime

      3. Oui, c’est instructif, je me demande si on pourrait encore chanter un truc pareil aujourd’hui (même si les méthodes des proxénètes actuels sont sans doute encore plus violentes).

        J'aime

  1. On prend des photos ”en souvenir”, mais le souvenir est éphémère et pâlit plus vite que les photos, qui finissent souvent en témoins anonymes d’un temps révolu. E la nave va …

    J'aime

  2. J’ai été moi aussi surpris en lisant que cette toile datait de 1913.
    Et je me suis dit que les Américains avaient bien régressé en matière de pudibonderie.
    Chouette devoir, mais une question me vient à l’instant :
    Ta langue maternele, c’est le français ou le néerlandais ?
    Si c’est le néerlandais, tu es remarquablement douée pour le thème, qui est bien plus difficile que la version… 😉

    J'aime

    1. j’ai entendu le patois flamand et le français dès le berceau, plus de patois flamand que de français, puisque j’étais surtout chez ma grand-mère maternelle, qui le parlait avec son père, avec ses cousines, ses amies…
      puis s’est ajouté le néerlandais standard, je conseillerais l’éducation bilingue à tout le monde!

      J'aime

  3. Le chat dans le sac que tu montrais hier me fait sourire aujourd’hui ;-). Quant aux photos de famille ramenées de chez ma grand-mère et que je n’ai pas encore commencé à trier…

    J'aime

  4. Il avait peut-être gagné le million à la loterie des Gueules Cassées ?
    Pourquoi toujours voir le pire ? 😉
    Joli coup de projecteur sur une époque enfuie, en tout cas, madame Adrienne !
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    J'aime

  5. Dans quel secteur dites vous , mais dans la finance bien sûr ! Le début de ton texte me fait penser à ma propre expérience avec mes photos, ma généalogie, l’intérêt que portent ceux et celles pour qui je m’y colle ! c’est tout à fait ça ! Je le fait quand même et je laisse souvent la table en plan , raison pour laquelle je n’avance pas non plus ! merci pour ce texte qui est en rapport avec l’image et que j’aime beaucoup (les deux, le texte et l’image)

    J'aime

  6. J’ai toujours de la peine lorsque je vois aux puces des vendeurs de photos de famille. Plus personne ne peut mettre un nom sur le visage de ces inconnus tristes ou joyeux, j’aurais presque envie de tous les adopter pour ne pas qu’il terminent une seconde fois dans une caisse en bois, oubliés des dieux…
    Nous sommes bien peu de chose dame Adrienne, seule l’histoire racontera la sienne. Bises ensoleillées. brigitte

    J'aime

    1. oui, moi aussi ça me choque et je ne comprends pas qui ça peut intéresser d’avoir des portraits d’inconnus…
      mais apparemment, tout « vaut de l’argent » 😉
      bises, bonne fin de journée!

      J'aime

    2. Moi-aussi, voir des photos de famille finir dans un vide-grenier, ça me fend le coeur. J’ai dit à mes enfants « brûler les photos si vous ne les gardez pas, je ne veux pas finir sur une brocante »…Je sais bien que c’est une partie de l’histoire de l’être humain, mais, je préférerai finir dans un musée…Hi, hi..

      J'aime

  7. Que d’aventures, dans les boîtes à chaussures !
    Mais ce qu’on y découvre n’est pas toujours chose sûre…

    Bises à Madame de B***, de la part de l’officier Merle 🙂

    J'aime

    1. peut-être que ma mère sait quelque chose, je devrais le lui demander (mais elle ne l’a pas connu vraiment, il est rentré des Etats-Unis juste avant la guerre et comme il était citoyen américain, il devait se présenter à la Kommandantur tous les x jours – il est mort en 1946)

      J'aime

  8. L’Amérique, l’Amérique…
    Pendant longtemps, ce fut le pays où l’on pouvait « faire fortune » en partant de rien !

    Très sympa, ton texte…
    Je te souhaite de bonnes recherches généalogiques : les miennes sont bien avancées, déjà…
    et je trouve ça passionnant.

    J'aime

  9. J’aurais bien aimé avoir un oncle d’Amérique….Ca laisse rêveur…Oh, j’apprends à l’instant le décès d’Axel Kahn…Quel courage devant la mort il a eu…On est vraiment peu de choses. Restent les livres pour les écrivains ou ceux qui ont écrit leurs mémoires. Mieux que des photos…

    J'aime

    1. bonne question!
      si personne ne s’occupe à les ranger, annoter…
      si on ne trouve personne à qui les confier pour le générations futures…
      il faut se dire qu’il y a ou qu’il y aura sûrement quelqu’un que ça intéressera, un jour 😉

      J'aime

  10. Le fameux oncle d’Amérique qui fait (faisait) rêver ceux restés sur le vieux continent!
    Je ne crois pas qu’il y en ait eu dans ma famille, mais malheureusement ni les photos, ni les mémoires n’ont été très bien gardées.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s