Ni stupeur ni tremblements

Ni stupeur ni tremblements – même si les sujets n’en manquent pas, comme chacun sait – mais de l’émerveillement et de la gratitude pour les roses de septembre et pour cet être humain d’exception qu’était Julos Beaucarne.
Puisqu’il faut désormais parler de lui au passé.

Mini-Adrienne n’avait qu’une dizaine d’années, ne connaissait de Victor Hugo qu’Après la bataille, que son grand-père avait appris lors de « ses années d’université », comme il disait par plaisanterie, dans un village wallon tout proche, alors que les écoles primaires flamandes de la ville étaient fermées par les Allemands, pendant la guerre de 14-18.
Il le récitait encore par cœur cinquante ans plus tard.

Elle ne connaissait pas non plus Julos Beaucarne.
Mais elle a tout de suite adoré cette chanson:

Photo prise à Alden-Biesen le week-end dernier, le jour de sa mort.

42 commentaires sur « Ni stupeur ni tremblements »

  1. Quand j’ai appris son décès, en début de semaine, c’est cette chanson qui m’est venue en tête en premier et je l’ai fredonnée toute la journée.
    Adolescente et par la suite encore, j’ai beaucoup écouté Julos Beaucarne.
    J’ai pensé faire un billet moi aussi. Ça viendra peut-être…

    J'aime

  2. Je n’ai entendu Julos Beaucarne qu’occasionnellement à la radio.
    En revanche je me rappelle très bien le poème de Victor Hugo que, comme beaucoup d’enfants, j’ai dû apprendre et réciter sur une estrade d’école… 😉

    J'aime

  3. Tant de chansons et textes de lui, des bijoux comme tu dis. Merci.
    UNncourt texte de lui que j’aime beaucoup:

    Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents.
    Ne vous laissez pas attacher
    Ne permettez pas qu’on fasse sur vous des rêves impossibles.
    On est en Amour avec vous tant que vous correspondez au rêve que l’on a fait sur vous
    Alors le fleuve Amour coule tranquille.
    Les jours sont heureux sous les marronniers mauves

    J'aime

  4. Un miracle s’est produit ! Après quelques bidouillages, me voici enfin chez toi ! Je ne connaissais pas Julos Beaucarne et je l’écouterai désormais par Internet. Merci de me l’avoir fait connaître

    J'aime

    1. cette exclamation m’a échappé parce que j’avais encore la tête pleine de commentaires anti-belges lus sous les vidéos de france inter, où beaucoup de Belges ont une chronique, des commentaires du genre « rentre chez toi en Belgique » et pires aussi bien sûr

      J'aime

  5. Je ne connaissais pas Julos Beaucarne mais quand j’entends sa voix chaude je comprends qu’il était aimé. Une voix qui porte à aimer et voir la beauté bien différente de tout ce qu’on entend de ces temps-ci.
    Les « rentre chez toi » c’est si triste à entendre.

    J'aime

  6. Je trouve un peu dommage que beaucoup ne retiennent de lui que « La petite gayolle ». C’est triste à dire mais son oeuvre est un peu tombée dans l’oubli, et sans vouloir vexer personne, je ne pense pas que beaucoup de Belges de moins de 50 ans le connaissent. Peut-être son décès permettra de le redécouvrir ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s