T comme Thomas de la Fuente

Quand Thomas de la Fuente a écrit Les Amusements de Muley Bugentuf, roi du Maroc, il avait déjà publié, dans un tout autre genre, Mes dix-huit métempsycoses, histoire de mes existences depuis l’an 184.

Dans un style déjanté, il s’y moquait des gens qui croient tout savoir sur tous les sujets, que ce soit un chanteur yéyé des années soixante, un Chinois à pousse-pousse de l’entre-deux-guerres ou de ce que peut ressentir le bébé au moment de sa naissance.

Dans Les Amusements, on retrouve cette même imagination à gogo, bien que ce soit dans un contexte fort différent.

Nous sommes à la cour de Muley (ou Moulaÿ) Bugentuf, roi du Maroc allergique au couscous, un problème qui, comme vous le verrez, aura ses conséquences sur l’Histoire (celle avec un grand H)

Toute l’info ici et .

20 commentaires sur « T comme Thomas de la Fuente »

  1. La métempsycose une croyance fondamentale chez les anciens Égyptiens, les Hindous….
    Oups moi je ne crois qu’en Moi …:)
    Pour le coup moi j’aime aussi le couscous mais le vrai pas celui qui frétille en boîte !)
    Bonne journée Adrienne

    J'aime

  2. En tout cas, pour ce qui me concerne, la tambouille des écrivantes d’atelier d’écriture, j’en raffole !

    Et ce petit plat-là donne vraiment envie de lire… le livre qui n’existe pas !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s