E comme Euclide

– Quand je serai grand, je vais ouvrir une friterie, fait petit Léon.

Aux axiomes d’Euclide, il préfère la conversation. De loin.

– Ah? tu as changé d’avis? tu ne veux plus faire informaticien à la police?
– Non. Mon papa a dit que pour ouvrir une friterie, on n’a pas besoin d’un diplôme. Alors c’est ça que je vais faire.
– Tu es sûr? Pour donner à manger aux gens, en Belgique, tu dois avoir un diplôme d’une école hôtelière…
– Bah! on verra bien! conclut-il, plus philosophe que Madame.
Et surtout plus résigné.

Maintenant c’est elle qui voudrait qu’on ait un peu plus d’ambition pour lui, alors qu’auparavant elle trouvait qu’on en avait trop 😉

39 commentaires sur « E comme Euclide »

      1. Ce genre de situation me rappelle toujours un de mes profs de math qui s’adressait en ces termes aux élèves insensibles à l’éclatante beauté de la trigonométrie : « Plombier, garçons, c’est un beau métier ! Et ça peut rapporter gros ! »

        J’aime

      2. oui j’avais une collègue de professionnelle dont la sentence était « kassa GB! » et j’ai toujours trouvé ça terrible à entendre pour ceux qui, peut-être, avaient une maman caissière de supermarché.

        J’aime

      3. Je suis d’accord avec Madame Chapeau : entre caissière de grande surface et plombier, y pas photo pour le salaire, le prof en question soulignait d’ailleurs cette différence pour son cas également 🙂

        J’aime

      4. Walrus n’aurait jamais entendu parler de « ce salaud de plombier polonais qui vient déboucher nos éviers à la place du plombier local » ? 😉
        (on a déjà oublié le boulanger étranger de Fernand Raynaud…)

        J’aime

      1. Je peux me corriger.
        L’important, c’est d’avoir une réponse, même provisoire, car on ne peut pas vraiment deviner ce qui nous attend d’ici dix ans.

        J’aime

      2. oui, voilà, c’est pour ça que je parle de souci, en effet, c’est une réponse, je suppose que le papa a voulu le rassurer, que même sans diplôme il trouverait à gagner sa croûte 😉

        J’aime

  1. Ne décourageons pas « la petite entreprise qui ne connaît pas la crise » !

    Boomers ou millenials (???), gardons la frite ! (Des trésors satinés, dorés à souhait) 😉

    J’aime

  2. Il se fera son chemin, petit Léon!
    Mais je lui souhaite de connaître un peu d’insouciance, même si visiblement ce n’est pas trop dans son caractère. Ou au moins d’avoir confiance en ses possibles!

    J’aime

    1. ça dépend des jours, parfois il sort d’ici gonflé à bloc (« je connais tout! », « j’ai tout compris! c’est facile, en fait! ») et parfois il faut tirer pousser tirer pousser inventer dieu sait quoi pendant qu’il est à moitié couché sur la table à répéter « je suis nul » ou « j’aime pas les maths »
      bref, un petit garçon de 11 ans 🙂

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s