O comme ogre

Photo de suntorn somtong sur Pexels.com

– Tu me racontes une histoire? fit la petite.

Avec ses boucles blondes éparses sur l’oreiller et son nounours contre sa joue, il la trouva une fois de plus terriblement attendrissante.

Il ne cessait de s’étonner comment lui, un grand échalas tout pâle, tout maigre, avait réussi ce prodige: de bonnes joues roses, des petits bras dodus, tout ce petit corps adorablement potelé.
Une merveille, oui.

– Mais pas une histoire de cave, précisa-t-elle. ça me fait trop peur, la cave.
– D’accord, d’accord, fit-il, je chercherai autre chose pour ce soir.

Il prit le livre magique, celui qui répond quand on lui parle et auquel il manque toujours la fin des histoires. Comme tous les soirs, il se prit la tête dans la montgolfière qui servait de mobile au-dessus du lit de l’enfant.

Elle rit:
– Tu oublies toujours comme tu es grand.
– Une histoire avec une grenouille, ça te va? demanda-t-il.
– Il y a un ogre dans cette histoire?
– Je ne crois pas…
– La maîtresse a dit que ça n’existe pas les ogres.
– Ah! ben… si la maîtresse le dit!

La petite endormie et le livre refermé, il se rendit à la cave, ouvrit le congélateur et en sortit la blondinette précédente pour son repas du lendemain.

***

Merci à Joe Krapov pour ses consignes – le jet des dés a donné le 10 (échalas), le 8 (cave), le 7 (livre), le 5 (montgolfière) et le 4 (grenouille)

42 commentaires sur « O comme ogre »

  1. La petite sait bien qu’elle n’échappera pas à l’ogre, elle espère juste que ce ne sera pas ce soir, elle y a pensera toute la journée AUJOURD’HUI.

    J'aime

  2. Comme tout bon faux-cul qui se respecte, je décline toute responsabilité quant à ce qui se produit dans mon atelier d’écriture , notamment ce gigantesque éclat de rire que je viens de lancer à la lecture de ce texte formidable !

    Je m’en vais le publier de ce pas avec les illustrations idoines en supplément !

    J'aime

      1. Votre réponse me rappelle une anecdote. C’était il y a au moins 35 ans, j’étais à l’accueil se trouvant dans la salle d’attente d’une étude de notaires. Une famille avec un enfant attendait leur rendez-vous et les parents, souhaitant que l’enfant se tienne tranquille (plus qu’il l’était : qu’il ne bouge pas, ne parle pas…) lui ont dit : Attention, si tu fais du bruit, la dame (moi) va t’emmener à la cave. J’étais furieuse pour plusieurs raisons : les parents voulaient le calme et n’avaient prévu aucun livre, jeu, occupation pour lui ; je n’aime pas les menaces ; ils ne disaient pas ce qu’ils voulaient et faisaient porter la punition sur moi.
        J’ai relevé la tête, regardé l’enfant, lui ai souri et ai dit : Il n’y a pas de cave ici.
        J’étais assez fière de moi car il me semblait avoir trouvé une formulation correcte pour la personne timide, réservée, n’étant pas censée contredire les clients de ses employeurs, que j’étais alors.

        Aimé par 1 personne

      2. exactement! c’est une lâcheté de la part des parents et une façon tout à fait déplorable d’exercer son « autorité » que d’insuffler des peurs à l’enfant…
        Vous avez trouvé la bonne réponse, il me semble, tout en ménageant les susceptibilités, bravo!

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s