22 rencontres (4.3)

C’était un de ces événements où Madame ne pensait pas retourner un jour mais les messieurs du « service club » avaient fait appel à elle pour un témoignage.

Sous forme d’interview, ce qui est un peu moins spontané que ce qu’on croirait: ils avaient voulu savoir à l’avance ce que Madame raconterait.

Bref, c’était ce genre de réunion mondaine où elle se tient légèrement à l’écart en attendant de monter sur le podium et fait une des choses qu’elle aime beaucoup: observer le genre humain.

Et là, il y avait de quoi 😉

A sa grande joie, il y avait ce soir-là deux nouveaux membres dans la foule, Pieter et Pieter, deux anciens élèves – le grand brun déjà marié et papa d’une petite fille – deux anciens gamins qui aujourd’hui font apparemment partie d’une certaine élite financière locale.

Ce qui ne les a pas empêchés, pendant toute la conversation après la partie officielle, de parler principalement du temps où ils avaient dix-sept ans et n’étaient pas sérieux.

Toujours pareils à eux-mêmes, le grand brun, beau gosse, sûr de lui, la tête en arrière, le dos droit, et le petit blond, à l’élocution et à la gestuelle agitées. Aujourd’hui, il est pharmacien.

– Vous savez, dit-il, que plusieurs profs ont prévenu mes parents contre Pieter, disant que cette amitié aurait une mauvaise influence sur moi?

Le grand brun rit. Il a toujours été fier de sa « mauvaise réputation ».

– Moi, dit-il, je n’ai vraiment commencé à travailler qu’à l’université. Là je me suis dit: bon, maintenant c’est ton choix, c’est toi qui as voulu être là, maintenant tu bosses.

24 commentaires sur « 22 rencontres (4.3) »

  1. L’autre jour, j’ai rencontré Juan, il a fait arrêter le camion que conduisait son fils pour me saluer. On bavarde un peu, il me présente: ”C’est le professeur, il m’a appris le français.”
    J’ai été heureux toute la journée …

    Aimé par 1 personne

  2. Je comprends bien Pieter et Pieter.
    C’est quand même quand on a dix sept ans qu’on est bien, on a plein d’espoirs, on n’a mal nulle part et parfois même on se dit « je me tuerai peut-être à trente ans parce qu’après, on est vieux, moche et on a tout vu ! »
    Après cinquante ans on se dit juste qu’on était vachement bien à dix sept ans, on n’avait mal nulle part… 😉

    J’aime

  3. Une belle amitié ! Et une belle reconnaissance envers leur chouette prof !
    Oui, certains ne se mettent au travail qu’une fois dans l’orientation qu’ils ont choisie (tous n’en ont pas la possibilité ni la capacité).

    J’aime

    1. voilà, c’est un pari qu’ont fait d’autres de mes anciens élèves (masculins 😉 est-ce un hasard) mais qui est très risqué si on n’a acquis aucune méthode et si on continue de croire qu’il suffit de lire un cours pour le connaître 😉

      J’aime

  4. « ils avaient voulu savoir à l’avance ce que Madame raconterait »

    Madame fait peur ? Les gens du « service club » connaissent son blog et sa patte littéraire qui fait toujours mouche (du coche) ?

    😉

    J’aime

  5. Observer le genre humain… La soirée a du être longue, il y a tant à observer dans les mondanités !!!
    Mr Pieter 1 ou 2 a fait preuve de maturité et du sens de l’engagement, ce n’est pas rien, dame Adrienne avait semé de bonnes graines visiblement. C’est bon de vivre un peu dans le passé, j’ai connu quelqu’un qui parlait de ces moments de « réunions d’anciens combattants ». Belle fin de journée et à bientôt. brigitte

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s