F comme François Le Lionnais

Pieter Bruegel - Huet Leen - (ISBN: 9789463100816) | De Slegte

« L’événement eut lieu un matin au cours d’une de ces séances auxquelles nous étions accoutumés. Nous étions quelques milliers de bagnards qui stagnions sur la place d’appel, pendant qu’on procédait à une fouille générale. Mon regard se porta machinalement sur la colline qui s’élevait du côté de l’infirmerie. L’automne y achevait son établissement. Alors ces grands arbres dépouillés fondirent sur moi sans crier gare et m’emportèrent avec eux. L’Enfer de Dora se métamorphosa subitement en un Breughel dont je devins l’hôte. Favorisée sans doute par l’affaiblissement physique et mental dans lequel nous nous trouvions, une vive exaltation s’empara de moi : l’impression de m’être évadé, comme aurait pu le faire une fumée, sous l’œil de mes gardiens imbéciles. Cette euphorie fut de brève durée. Elle fut assez longue cependant pour me permettre de supporter la solide volée de coups de poings et de gifles à décrocher les mâchoires (encore un cas où se révèle la supériorité expressive du langage populaire sur le vocabulaire académique : c’est « baffes » qu’il faudrait dire) qui furent mon lot quand mon tour arriva d’être fouillé. »

François Le Lionnais, La peinture à Dora, in Confluences, mars 1946.

***

Trois minutes d’info sur France culture et article complet La peinture à Dora ici.

Texte de François Le Lionnais cité par Leen Huet en introduction à sa biographie de Pieter Bruegel, qui vient d’être traduite en français.

14 commentaires sur « F comme François Le Lionnais »

  1. Je connaissais François Le Lionnais comme mathématicien et comme fondateur de l’Oulipo mais j’ignorais tout de sa biographie. Quant à la biographie de Pierre Bruegel, ce serait un beau voyage.

    J’aime

    1. pareil pour moi, un mathématicien (et pas le seul) chez Oulipo 🙂
      et oui avec Bruegel on va à Anvers, à Bruxelles, en Italie… et dans des tas de musées par le monde, j’ai noté celui de Munich pour commencer, qui sait un jour j’irai peut-être en Allemagne, finalement 😉
      (je ne compte pas Berlin LOL)

      J’aime

  2. Merci pour le lien vers « La peinture à Dora », un texte qui coupe la respiration ! (Très émue aussi en pensant à mon grand-père qui a été prisonnier dans ce camp.) Je me souviens d’évocations littéraires par Primo Levi et Jorge Semprun, mais pas de descriptions de peinture – waouh ! Tu me fais découvrir le nom et la personnalité de François Le Lionnais.
    Dominique Rolin a reconstitué la vie de Bruegel dans « L’Enragé », où elle le fait parler sur son lit de mort. J’y ai pensé en apprenant la nouvelle de cette traduction, je serai curieuse de lire tes impressions sur cette biographie.
    Bon week-end, Adrienne.

    J’aime

    1. je comprends ton émotion, même sans y avoir eu un papa… ces lectures te démolissent… et j’admire cette force qu’il a fallu pour survivre et trouver des moyens de garder son humanité.
      En effet, Semprun et Lévi parlent du rôle de la littérature, comme se raconter les uns aux autres ses lectures anciennes, réciter des poèmes, pour moi aussi c’est la première fois que je vois ce même genre de rôle joué par un art visuel, par la peinture. Quelle mémoire visuelle étonnante ne faut-il pas pour être capable de décrire un tableau! J’en serais incapable, à moins d’en avoir réalisé une copie 😉
      Merci et bon week-end!

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s