K comme Kardamyli

Tout avait commencé à cause des femmes.

Elles avaient dû lire dans leurs magazines féminins que la mode était aux voyages entre amis et s’étaient convaincues les unes les autres de tous les avantages, comme celui de pouvoir louer une grande villa avec piscine et de partager les frais à trois ménages.
De partager les corvées courses, repas, vaisselle.
Des arguments de ce genre, qui omettent évidemment d’évoquer les problèmes de promiscuité ou de salle de bains, soit occupée, soit dévastée.

– Toi qui hurles déjà quand j’oublie d’abaisser la lunette des toilettes… avait-il tenté, mais Anne lui avait tout de suite coupé la parole, avec cette mauvaise foi qu’elle pouvait avoir dans ce genre de discussion:
– T’inquiète! On sera en vacances, on sera zen et d’ailleurs: on sera trois contre trois!

Et en effet, ils étaient zen – surtout les femmes, il n’avait jamais vu la sienne aussi ‘zen’ que cet été-là! – et trois contre trois: elles étaient parties toute la journée à leurs activités, faisaient du yoga sur la plage, allaient au massage et autres c…ries du genre – se faisait-il masser, lui? et par des éphèbes, en plus! – pendant que les hommes faisaient mollement un peu de tennis ou de piscine en attendant l’heure de l’apéro et des grillades.

Vous les voyez, là? sur la terrasse de leur blanche villa grecque à regarder la mer à six heures du soir? à attendre que les épouses reviennent de leur cours de planche à voile? ou était-ce de la plongée, ce jour-là?

Il n’en sait rien, tout ce qu’il sait c’est que les moniteurs sont toujours des gars bronzés aux boucles brunes, taillés comme des Adonis de la tête aux pieds et tout ce qu’il y a entre les deux.

Et que lui, d’un ‘commun accord tacite’ – comment cela s’est-il fait? il n’en sait rien! – se trouve avec les deux autres maris qui semblent bien contents de ce partage.

***

Kardamyli se trouve sur la côte sud du Péloponnèse, images ici. Merci à monsieur le Goût pour son 127e devoir de lakévio:

Ce tableau d’Aldo Balding vous inspire-t-il quelque chose ?
Quant à moi je me demande ce que font ces trois hommes.
On verra bien lundi ce qui sort de nos cogitations…

34 commentaires sur « K comme Kardamyli »

    1. je connais des gens qui l’ont fait, une fois, plusieurs fois, ça donne toujours des frictions plus ou moins importantes, surtout si les tâches sont mal partagées, le choix des programmes décidé de manière peu démocratique, les espaces privés envahis ou si les enfants ont des disputes 😉

      J’aime

    1. pour prouver qu’on a été en vacances ils faut revenir bronzé, donc j’ai du mal à prouver 😉
      (comme j’ai pu le déduire un jour, d’une remarque sur ma blancheur: tu as eu du mauvais temps, à ce que je vois!)
      merci, bonne journée!

      J’aime

  1. Bravo pour cette histoire, ces trois hommes ne respirent pas la joie de vivre, les femmes auraient-elles plus de ressources en elles, plus d’imagination aujourd’hui ? J’ai des souvenirs terribles de vacances à plusieurs, où les femmes s’occupaient des enfants, des courses, de la préparation des repas… et les hommes faisaient de la planche à voile et allumaient le barbecue… Un jour est venu où j’ai senti qu’il fallait dire STOP, la fatigue au retour était plus grande qu’au départ ! Lumineuse journée dame Adrienne, ici le temps est caniculaire, je vais de ce pas fermer les volets. brigitte

    J’aime

    1. oui ils ont l’air de victimes sur ce tableau, genre « et maintenant, on fait quoi? »
      j’en ai déduit que les femmes étaient plus entreprenantes et avaient des activités 😉

      J’aime

  2. J’aime bien ce devoir.
    Il semble néanmoins infirmer quelque chose que j’avais constaté : deux choses faire pour perdre un ami :
    – Lui vendre sa voiture.
    – Aller en vacances en famille avec lui et sa famille.
    Là, les choses se passent plutôt bien.
    Les nanas se tirent à leurs activités, les mecs attendent l’heure de l’apéro et du barbecue…
    (apparemment, la sieste dite « crapuleuse », ce sera pour les prochaines vacances. 😉 )

    J’aime

    1. moi pas, la mort j’y pense tous les jours et là ses personnages ont la meilleure fin de vie possible, dans une belle villa bretonne en bord de mer 🙂
      bon, la Grèce, c’est un brin plus chaud, trop, peut-être 😉
      merci à toi!

      J’aime

  3. Partir entre amis oui, mais en centre de vacances, chacun son chez soi !
    Dans ton récit, les hommes ne sont pas très inventifs, ils s’ennuient !
    Superbe la Grèce, j’y ai de bons souvenirs, mais à Rhodes.

    J’aime

    1. oui nous aussi on a passé d’excellentes vacances avec la sœur et le beau-frère de ma belle-sœur (quelqu’un suit encore? ;-)) mais chacun avait ses activités, on ne se voyait qu’au repas du soir 🙂
      je suppose qu’au ski c’est pareil, on est sur les pistes et pas collés les uns aux autres tout le temps ou avec des tas de soucis d’intendance!

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s