Stupeur et tremblements

– Visiter des jardins anglais, dit l’homme aux trois hectares, c’est tellement déprimant!

Assise devant lui, l’Adrienne ne peut manquer d’entendre la suite.

– Vous rentrez chez vous et vous vous dites: je vais changer tout ça! Vous enlevez, vous rajoutez, mais vous n’obtenez jamais la même chose.

Jusque-là, à la limite, on peut le comprendre. Il y a des gens qui ne peuvent admirer sans vouloir posséder.
Mais attendez la suite:

– Pour mon jardin, j’avais fait appel à un grand nom, vous le connaissez peut-être? Jacques Wirtz.
Alors il m’avait tout planté, tout, tout, et moi je lui dis: mais pourquoi des petites plantes comme ça?

On sentait encore l’irritation dans sa voix!

– Il m’a répondu que c’était mieux de planter des petites plantes et que ça allait s’étoffer, c’était l’affaire de deux trois ans et dans cinq ans ce serait magnifique.
Mais moi je ne voulais pas attendre cinq ans pour avoir un beau jardin!
Alors on est allé en Angleterre, on a visité des jardins, et au retour j’ai vu mes petites plantes, et bien, j’ai tout fait enlever pour planter des plus grandes…

***

Photo prise à Glyndebourne le 17 juin dernier

33 commentaires sur « Stupeur et tremblements »

      1. Vous avez raison aussi. Les dégâts collatéraux sont désolants mais comme il a certainement engagé quelqu’un pour refaire le travail, peut-être qu’une partie des plantes ont pu être sauvées.

        J’aime

  1. On peut toujours se dire que cela a peut-être évite le chômage à quelques personnes. Malheureusement on ne peut éviter les idiots imbus d’eux même. Bonne journée.

    J’aime

    1. c’est apparemment un type à lubies!
      (tiens j’aurais dû garder ce texte pour le défi du samedi, j’ai longuement réfléchi au mot lubie et je ne trouvais rien, ce n’est que maintenant que je me rends compte que ce type avait des lubies et les moyens de se les permettre ;-))

      J’aime

  2. Pour apprécier la nature
    Il faut savoir attendre , la voir se métamorphoser est un réel plaisir
    Tout vouloir d’emblée ça fabrique des gens blasés
    Cela dit chacun pense ce qu’il veut mais le tout tout de suite c’est triste …

    J’aime

    1. absolument et ça s’apprend dès l’enfance, attendre qu’un désir soit réalisé, économiser pour s’offrir quelque chose de plus conséquent…
      et quand il s’agit de jardin, c’est évident qu’il faut le temps (les gens sont fous ;-))

      J’aime

  3. L’insatisfait perpétuel est une engeance étrange.
    Ce n’est pas l’artiste, insatisfait en comaprant ce qu’il a fait à ce qu’il a voulu faire.
    Ça me semble plutôt le technicien qui peste parce que ça ne marche pas.
    Et toi, à quoi as-tu assisté à Glyndebourne ?
    J’ai vu qu’on allait y donner « La Bohème ».

    J’aime

  4. Pour une fois qu’on était tombé sur un Candide qui a choisi de cultiver son jardin, voilà qu’il n’est pas mieux que le reste du monde ! C’est à vous dégoûter de lire Zadig et Voltaire !
    😉

    J’aime

  5. En tout cas en ce moment ce n’est pas mon cas mon jardin pousse de peine et de misère il pleut tout le temps mais dès que je vois une petite tête sortir du sol je m’en réjouis.
    Pauvre monsieur ne pas savoir apprécier est le plus grand mal. J’aime beaucoup Lao Tseu : « Pas de plus grand mal que d’être insatiable pas de pire faute que l’appétit de posséder c’est pourquoi se contenter du suffisant est se suffire toujours. »

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s